Accéder au contenu principal

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... Je viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan, une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope (Kelley Jones), en plus dessinée par P. Craig Russell.
Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de Patrick Marcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre.
Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman, le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui.
Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine, la présence de G. K. Chesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, "Hommes de bonne-encontre" aussi, le clin d’œil à Windsor McCay et les dialogues d'Hector.
Et certainement d'autres choses qui ne me viennent pas à l'esprit maintenant.
En écrivant ce qui précède je me rends compte que si ces numéros ne font pas partie de mes préférés ils contiennent tout de même beaucoup de choses qui me plaisent.
L'édition proposée par Urban Comics est une bien jolie proposition, j'ai souvent dit que ce genre de recueil était trop cher à mon goût (et je le pense toujours), mais je dois dire aussi qu'on n'est pas "volé sur la marchandise" (qualité du papier, reliure, appendices, traduction, lettrage, etc.).
L'idée de proposer en fin de volume un appareil critique, d'annotations, d'entretiens, de croquis, etc., est par ailleurs excellente.
Sandman de mon point de vue, ne peut tirer que du bénéfice de ce genre de suppléments.
On remarque ainsi au fil des discussions avec Neil Gaiman qui sont proposées, que si Sandman a été la pierre angulaire de la création du label Vertigo, la série n'a pas été exempte de contrôle éditorial : l'hommage à McCay par exemple ou le coup de téléphone de Karen Berger (directrice exécutive de Vertigo) disant à Gaiman : "Les gens ne se masturbent pas, dans l'univers DC".
Voire l'insistance de DC Comics d'inclure dans le recueil La maison de poupées une histoire qui n'appartient pas à cet arc narratif.
Il ne fait aucun doute que si Sandman et le label Vertigo peuvent être une alternative à la lecture de comic books de super-héros comme en proposent par exemple Marvel et justement DC, cette série et les autres proposées sous ce label ne sont pas comme j'ai pu le lire parfois, des comics "alternatifs".
Selon moi, un comic book "alternatif" se distingue des autres (qui ne le sont pas) par son mode de production (auto-publication/contrôle éditorial complet) et sa distribution, utilisation des réseaux parallèles : VPC, Web (vente & publication), ou fut encore dans les head shops ( magasins dédiés à la vente de cannabis entre autres).
Voire le fanzinat d'encre et de papier du siècle dernier.
Et en dernier lieu par ses thèmes.
En tout état de cause un comic book alternatif a à voir avec l'underground et la contre-culture (je n'ai pas dit la sous-culture) et en aucun cas avec le "Système" ou l'etablishment. [-_ô] (Ce qui par ailleurs n'enlève aucune qualité à ceux qui sont publiés de cette façon).
Des exemples de comics alternatifs ?
Yoshitaka Amano
C'est je pense, Cerebus de Dave Sims (auto-publication & aucune ingérence éditoriale extérieure), Sin Titulo de Cameron Stewart dans sa version webcomic, la série totalement inachevée Big Numbers de Moore & Sienkiewicz, voire les BD en financement participatif à condition que ce ne soit pas sous l'égide d'une maison d'édition ayant "pignon sur rue".
Paradoxalement je cites des titres connus, mais l'une des spécificités des bandes dessinées alternatives c'est certainement aussi leur relatif anonymat ou disons leur discrétion à l'égard du grand public.
À partir du moment où elle acquièrent une certaine renommée elles sortent peu ou prou du giron "alternatif".

Or donc, Sandman est sans nul doute une alternative de qualité à la lecture de comic books de super-héros ou plus simplement, une bande dessinée captivante et il faut bien le dire épatante !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®