Accéder au contenu principal

Aube de fer [Matthew Woodring Stover / Frank Reichert]

Cinq ans après la fin de la guerre de Troie, trois mastiqueurs de bronze ; Leucas, l'ancien combattant athénien, Khépéru, le magicien égyptien et Bara, la princesse picte arrivent à Tyr, dans l'espoir de se refaire, après un puissant revers de fortune
Mais la patrie d'adoption de la farouche picte a bien changé depuis son départ.

       Roman existentialiste, en tant que « ce qui doit arriver », autrement dit l'aventure (du latin adventura), n'est, ici, pas une fatalité, Aube de fer est par ailleurs une formidable réussite.
Matthew Woodring Stover, sorte d'aède du XXème siècle y décrit, sur le ton de l’épopée, additionné d'une bonne amphore d'humour, la sempiternelle lutte du Bien et du Mal. Et ce n'est pas une mince affaire que de réussir à rendre palpitant un récit aussi souvent conté. 
Force est pourtant de constater qu'il y parvient pendant les 460 pages de cette édition, commercialisée à partir de 2002 par les éditions de L'Atalante (1997 pour la version originale).
Laquelle n'a manifestement pas trouvé son lectorat, puisque qu'une suite a été publiée aux États-Unis, mais pas dans l'Hexagone.  

 « Chez moi, affirma-t-elle calmement, on juge davantage les gens, hommes ou femmes, à leurs capacités qu'à leurs parties génitales. Traiter avec une femme te pose un problème !?  »

Mais rassurez-vous, Aube de fer se suffit à lui-même, et quiconque s'y plongera pourra s'en contenter. Encore que je ne vous cache pas que la suite en question, intitulée Jericho Moon, est désormais en bonne place sur liste de courses à venir.

       En conclusion, Aube de fer, malgré son titre bien peu évocateur, et sa couverture tout aussi peu séduisante, est un roman du tonnerre (de Zeus). L'un de ceux qui, lorsqu'on l'a lu, vous fait vous demander comment on a pu s'en passer si longtemps.  

Apohis a également lu ce roman, et il n'en pense pas moins [Pour en savoir +]   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…