Accéder au contenu principal

Bonheur™ [Jean Baret] le Bélial'

Dans la postface écrite pour l'occasion, le philosophe Dany-Robert Dufour dit tout le bien qu'il pense du roman de Jean Baret, lequel s'inscrirait dans le « courant de l'anticipation sociale », dixit l'auteur de Bonheurhimself, à l'instar d'aînés tels que Brett Easton Ellis & Chuck Palahniuk. 
Une comparaison dont n'a pas à rougir Jean Baret, nonobstant que son roman n'est évidemment ni écrit par l'un, ni écrit par l'autre. Mais bien par un romancier à part entière. Très inspiré par les thèses de Danny-Robert Dufour, dont je m'étonne toujours qu'elles ne soient pas plus utilisées dès lors qu'il s'agit de déchiffrer la société dans laquelle nous vivons, Jean Baret ne se contente pas, comme l'a fort bien remarqué son inspirateur, de les illustrer, mais les transforme bel et bien, en une énergie diégétique puissante.
La société dans laquelle nous invite Jean Baret est à la fois familière et terriblement dérangeante. Aventure lointaine et chute dans le réel, elle est, sans nul doute, le personnage principal du récit. Un personnage dont on ne se lasse pas, chapitre après chapitre, de découvrir l’inquiétante étrangeté. Si loin et pourtant si proche.
Si ma sensibilité fait de Bonheur™ une dystopie, rien n'est moins sûr pour le reste de mes contemporains. À l'exemple des protagonistes principaux du premier volet de ce qui s'annonce comme une trilogie, si évidemment intitulée « Trademark » (comme cela est précisé dans la préface dithyrambique d'Olivier Girard, big boss des éditions le Bélial'), des individus donc, qui ne remettent pas en question le monde dans lequel ils vivent. Non pas parce qu'ils seraient moins perspicaces que moi, mais parce qu'ils sont tout aussi satisfait de leur sort.

Mais heureusement, Bonheur™ est un petit précis de self-defense intellectuelle. En plus d'être d'une lecture tout ce qu'il y a de plus divertissante, le roman de Jean Baret, dans la dé-monstration qu'il fait de ce qui nous attend à plus ou moins brève échéance, nous apprend la langue d'une futur possible, mais loin d'être inéluctable.  
  
Mais dont la remise en question nécessite bien plus qu'une solution simpliste.  

Ce tour d'horizon d'une excellent moment de lecture ne serait pas totalement complet sans dire tout le bien que je pense de la couverture, signée Aurélien Police, et indiquer qu'il vous en coûtera 19,90 €, ou 9,99 en version numérique, si vous décidez de passer à la caisse.
Pour ma part j'ai fait le choix de l'emprunt en bibliothèque. Presque un acte subversif dans notre société thermo-industrielle [-_ô].      

(À suivre ......)  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Authority [Robbie Morrison / Frazer Irving / Dwayne Turner]

Après la fin de la série précédente qui n'en finissait plus d'arriver, les attentats du 11-Septembre et le faux départ d'un relaunch annoncé, par Brian Azzarello & Steve Dillon. Dans lequel, selon des rumeurs persistantes de l'époque, le clone de Jésus Christ aurait rejoint les rangs de l'équipe ; The Authority redémarre -enfin- sous la direction d'un scénariste inattendu : Robbie Morrison.
Recruté par Scott Dunbier, alors executive editor de WildStorm (un autre nom pour editor-in-chief), qui connaissait son travail pour l'hebdomadaire 2000 AD et le mensuel Judge Dredd Megazine, Robbie Morrison devient donc le nouveau scénariste de The Authority. Après Warren Ellis, Mark Millar et l'interim de Tom Peyer.
Nous sommes alors en 2003.

Si vous connaissez également son travail (Nikolai Dante, Shimura, La Mort blanche ou encore Bendatti Vendetta, pour n'en citer que quelques uns), vous savez donc que Robbie Morrison n'est pas du genre à réinventer la…

Les Chats du Louvre [Taiyô Matsumoto / Isabelle Merlet]

"Un musée, de nuit, on se croirait dans le ventre d’une baleine."
D’un partenariat scellé entre les éditions Futuropolis et le musée du Louvre s’est développée une collection atypique de bandes dessinées au fil des années au gré de l’inspiration d’auteurs venus d’orient comme d’occident. Le cadre de ces publications autorise aux auteurs conviés un accès privilégié pour visiter les galeries et les coulisses du Louvre, d’en arpenter couloirs et recoins de jour comme de nuit pour s’imprégner de l’atmosphère du musée. Empli des énergies qui parcourent les lieux, à charge de l’auteur d’imaginer un récit s’inscrivant au sein du décor fantasmatique louvresque. Après diverses publications, c’est au tour de Taiyô Matsumoto de se voir offrir l’opportunité de s’aventurer dans « le ventre de la baleine » avec son nouveau manga Les chats du Louvre. Initialement publié en deux tomes en noir et blanc, ce récit a été complété d’une édition intégrale parée de couleurs réalisées pour l’occas…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…