Accéder au contenu principal

GrimJack, les back-ups de Starslayer

Toujours coincé dans la ville tentaculaire de Cynosure, je n'ai pas d'autres choix, si je veux en sortir, que de vous faire part des dernière aventures que j'y ai vécues. Elles se déroulent essentiellement dans les pages du mensuel Starslayer, lequel accueillera à partir de son dixième numéro, aux alentours de novembre 1983, GrimJack.
En effet, Mike Grell laisse sa création dans les mains du scénariste John Ostrander à partir du neuvième numéro, et celui-ci y introduira, dès le numéro suivant, sa propre création, dans les pages réservées aux histoires de complément (back-up). 
GrimJack quittera définitivement le mensuel Starslayer par une rencontre (crossover) avec le personnage éponyme (Starslayer #18), juste avant d'obtenir son propre titre.

       La ville de Cynosure, inventée par le scénariste Peter B. Gillis, n'est pas pour rien dans le ton que prendront les aventures de GrimJack

Cette ville, qui n'est pas entièrement cartographiée, et pour cause, est un carrefour multi-dimensionnel. Dans certains quartiers seule la magie est opérante, dans d'autres c'est la science ; il suffit de traverser une rue pour que les armes à feu n'aient plus aucun effet. Peuplée d'individus plus bigarrés les uns que les autres, de races extraterrestres improbables, Cynosure est un véritable réservoir diégétique prêt à exploser.
GrimJack y est une sorte de consultant opérationnel multi-fonction, tantôt détective, garde du corps, ex-barbouze, etc.
Véritable anti-héros, autrement dit quelqu'un qui poursuit un but moral en usant d'une manière qui ne l'est pas. Motivé par tout sauf l'altruisme, il ne s'interdit cependant pas de l'être à l'occasion.
La seule chose à laquelle on peut s'attendre avec ce type de personnage, c'est à l'inattendu. Mais ce qui différencie GrimJack de la majorité de ses homologues de papier et d'encre, c'est son âge. Lorsque nous faisons sa connaissance il a en effet près de la cinquantaine.
Ce qui veut dire qu'il a un passé, dont John Ostrander jouera avec beaucoup de finesse, et souvent un passif avec une bonne partie des autres résidents de Cynosure. GrimJack est une série, qui dès ses premières pages est une usine à sous-intrigues. Outre que cela instille une tension continue, elle tricote aussi à son personnage principal une présence ; en plus de nous donner l'impression de partager quelques-uns des secrets. Rien de mieux pour que le protagoniste en question vous devienne empathique.
Toutefois, Ostrander a aussi l'excellente idée de faire graviter autour de son anti-héros toutes une galaxie de personnages récurrents, qu'il n'oublie jamais de traiter avec les meilleurs égards.

       Mais GrimJack c'est aussi la vison de son cocréateur, le dessinateur Timothy Truman. 
Et si les planches et cases proposées ici viennent de l'omnibus de 2010, dans sa version numérique, je crois qu'on peut se faire une bonne idée de son talent d'alors. L'ami Nikolavitch a par ailleurs interviewé le dessinateur, en 2007 ; un entretien dont on peut retrouver la retranscription sur son blog, et en français [Pour en savoir +].

    En conclusion, dès ses débuts, la série donne une bonne idée de ce qu'elle deviendra lorsqu'elle volera de ses propres ailes. En presque une centaine de pages, John Ostrander & Timothy Truman, sans oublier le lettreur John Workman, plantent les fondations d'une aventure éditoriale qui plus de 30 ans plus tard donne l'impression de s'être définitivement affranchie du poids des ans.

GrimJack est une série intempestive, inactuelle, parce que toujours d'actualité. GrimJack est, si je peux me permettre de paraphraser André Malraux : « l'intrusion de la tragédie grecque dans la bande dessinée d'aventure ».
Voilà c'est dit, à bons entendeurs salut !   

(À suivre ....)

Commentaires

  1. Merci beaucoup pour cette rétrospective, et pour le lien vers l'interview.

    RépondreSupprimer
  2. je reste un immense fan de Grimjack, série complètement dingue qui a réussi l'exploit de "plagier par anticipation" Death of Superman et X-Men :Inferno avec à chaque fois quelques années d'avance (et de façon plus ramassée, donc très, très efficace)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®