Accéder au contenu principal

GrimJack, les back-ups de Starslayer

Toujours coincé dans la ville tentaculaire de Cynosure, je n'ai pas d'autres choix, si je veux en sortir, que de vous faire part des dernière aventures que j'y ai vécues. Elles se déroulent essentiellement dans les pages du mensuel Starslayer, lequel accueillera à partir de son dixième numéro, aux alentours de novembre 1983, GrimJack.
En effet, Mike Grell laisse sa création dans les mains du scénariste John Ostrander à partir du neuvième numéro, et celui-ci y introduira, dès le numéro suivant, sa propre création, dans les pages réservées aux histoires de complément (back-up). 
GrimJack quittera définitivement le mensuel Starslayer par une rencontre (crossover) avec le personnage éponyme (Starslayer #18), juste avant d'obtenir son propre titre.

       La ville de Cynosure, inventée par le scénariste Peter B. Gillis, n'est pas pour rien dans le ton que prendront les aventures de GrimJack

Cette ville, qui n'est pas entièrement cartographiée, et pour cause, est un carrefour multi-dimensionnel. Dans certains quartiers seule la magie est opérante, dans d'autres c'est la science ; il suffit de traverser une rue pour que les armes à feu n'aient plus aucun effet. Peuplée d'individus plus bigarrés les uns que les autres, de races extraterrestres improbables, Cynosure est un véritable réservoir diégétique prêt à exploser.
GrimJack y est une sorte de consultant opérationnel multi-fonction, tantôt détective, garde du corps, ex-barbouze, etc.
Véritable anti-héros, autrement dit quelqu'un qui poursuit un but moral en usant d'une manière qui ne l'est pas. Motivé par tout sauf l'altruisme, il ne s'interdit cependant pas de l'être à l'occasion.
La seule chose à laquelle on peut s'attendre avec ce type de personnage, c'est à l'inattendu. Mais ce qui différencie GrimJack de la majorité de ses homologues de papier et d'encre, c'est son âge. Lorsque nous faisons sa connaissance il a en effet près de la cinquantaine.
Ce qui veut dire qu'il a un passé, dont John Ostrander jouera avec beaucoup de finesse, et souvent un passif avec une bonne partie des autres résidents de Cynosure. GrimJack est une série, qui dès ses premières pages est une usine à sous-intrigues. Outre que cela instille une tension continue, elle tricote aussi à son personnage principal une présence ; en plus de nous donner l'impression de partager quelques-uns des secrets. Rien de mieux pour que le protagoniste en question vous devienne empathique.
Toutefois, Ostrander a aussi l'excellente idée de faire graviter autour de son anti-héros toutes une galaxie de personnages récurrents, qu'il n'oublie jamais de traiter avec les meilleurs égards.

       Mais GrimJack c'est aussi la vison de son cocréateur, le dessinateur Timothy Truman. 
Et si les planches et cases proposées ici viennent de l'omnibus de 2010, dans sa version numérique, je crois qu'on peut se faire une bonne idée de son talent d'alors. L'ami Nikolavitch a par ailleurs interviewé le dessinateur, en 2007 ; un entretien dont on peut retrouver la retranscription sur son blog, et en français [Pour en savoir +].

    En conclusion, dès ses débuts, la série donne une bonne idée de ce qu'elle deviendra lorsqu'elle volera de ses propres ailes. En presque une centaine de pages, John Ostrander & Timothy Truman, sans oublier le lettreur John Workman, plantent les fondations d'une aventure éditoriale qui plus de 30 ans plus tard donne l'impression de s'être définitivement affranchie du poids des ans.

GrimJack est une série intempestive, inactuelle, parce que toujours d'actualité. GrimJack est, si je peux me permettre de paraphraser André Malraux : « l'intrusion de la tragédie grecque dans la bande dessinée d'aventure ».
Voilà c'est dit, à bons entendeurs salut !   

(À suivre ....)

Commentaires

  1. Merci beaucoup pour cette rétrospective, et pour le lien vers l'interview.

    RépondreSupprimer
  2. je reste un immense fan de Grimjack, série complètement dingue qui a réussi l'exploit de "plagier par anticipation" Death of Superman et X-Men :Inferno avec à chaque fois quelques années d'avance (et de façon plus ramassée, donc très, très efficace)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un