Accéder au contenu principal

Vigilance [Robert Jackson Bennett / Gilles Goullet / Aurélien Police]

« Je veux de la télé qui saigne »
Diana Christensen, directrice des programmes d'UBS©, 1976 
Si des signes alarmants n'ont pas manqué de précéder le récit de Robert Jackson Bennett, celui-ci se distingue par sa virulence très documentée et la prégnance d'un atavisme américain puissant.
            Dès 1976, Diana Christensen importe dans les programmes du réseau UBS© des « actes authentiques de terrorisme politique filmés sur le vif » pour booster l'audience. Howard Beale, l'un des présentateurs vedettes de la chaîne, sera par ailleurs assassiné à l'écran par lesdits terroristes.
Au début des années 1980, Le prix du danger™ met la France presque au niveau des U.S.A. en matière de téléréalité musclée.  
Dans les années 2020, « Vigilance », programme phare d'Our Nation's Truth (ONT©), place la barre plusieurs crans au-dessus.
            Si la « vigilance » du titre est essentiellement le prétexte à armer tout ce qui reste de la population américaine, à qui on intime de l'être (armée & vigilante), à moins de vouloir mourir pendant l'un de ces monstrueux shows télévisés visant à déclencher des tueries de masse filmées. Cette « vigilance » est aussi un appel au vigilantism né sur la « Frontière », et qui transformait n'importe qui en justicier au temps béni de la Conquête de l'Ouest™.  
Concept labile et instable il recouvre au mieux (sic) donc, une justice dite expéditive, et au pire, dixit Fathi Beddiar* ; une sociopathie déguisée en altruisme, dont les super-héros sont les derniers avatars.
Et pour ONT©, du temps de cerveau disponible ; d'autant plus captif que les outils I.A. sont devenues puissantes.
           Une novella qui fait froid dans le dos, tant les effets de réel qu'elle convoque semblent ne pas se contenter de n’être que des effets.    
10,90 euros pour ce faire peur pendant qu'il en est encore temps, c'est pas cher payé !
Surtout que l'éditeur, Le Bélial' pour ne pas le nommer, offre pour l'achat de deux livres de sa formidable collection, un très beau hors-série [Pour en savoir +].
 _____________
* Fathi Beddiar est notamment l'auteur notamment d'un essai sur le sujet, intitulé bien à propos : Tolérance zéro    

Commentaires

  1. Tu donnes envie avec tes pistes de lecture.

    RépondreSupprimer
  2. C'est l'une des meilleurs novellas de la collection. Quelle claque réaliste !

    (NB : tu as abandonné le projet maki ?!)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er