Accéder au contenu principal

Vigilance [Robert Jackson Bennett / Gilles Goullet / Aurélien Police]

« Je veux de la télé qui saigne »
Diana Christensen, directrice des programmes d'UBS©, 1976 
Si des signes alarmants n'ont pas manqué de précéder le récit de Robert Jackson Bennett, celui-ci se distingue par sa virulence très documentée et la prégnance d'un atavisme américain puissant.
            Dès 1976, Diana Christensen importe dans les programmes du réseau UBS© des « actes authentiques de terrorisme politique filmés sur le vif » pour booster l'audience. Howard Beale, l'un des présentateurs vedettes de la chaîne, sera par ailleurs assassiné à l'écran par lesdits terroristes.
Au début des années 1980, Le prix du danger™ met la France presque au niveau des U.S.A. en matière de téléréalité musclée.  
Dans les années 2020, « Vigilance », programme phare d'Our Nation's Truth (ONT©), place la barre plusieurs crans au-dessus.
            Si la « vigilance » du titre est essentiellement le prétexte à armer tout ce qui reste de la population américaine, à qui on intime de l'être (armée & vigilante), à moins de vouloir mourir pendant l'un de ces monstrueux shows télévisés visant à déclencher des tueries de masse filmées. Cette « vigilance » est aussi un appel au vigilantism né sur la « Frontière », et qui transformait n'importe qui en justicier au temps béni de la Conquête de l'Ouest™.  
Concept labile et instable il recouvre au mieux (sic) donc, une justice dite expéditive, et au pire, dixit Fathi Beddiar* ; une sociopathie déguisée en altruisme, dont les super-héros sont les derniers avatars.
Et pour ONT©, du temps de cerveau disponible ; d'autant plus captif que les outils I.A. sont devenues puissantes.
           Une novella qui fait froid dans le dos, tant les effets de réel qu'elle convoque semblent ne pas se contenter de n’être que des effets.    
10,90 euros pour ce faire peur pendant qu'il en est encore temps, c'est pas cher payé !
Surtout que l'éditeur, Le Bélial' pour ne pas le nommer, offre pour l'achat de deux livres de sa formidable collection, un très beau hors-série [Pour en savoir +].
 _____________
* Fathi Beddiar est notamment l'auteur notamment d'un essai sur le sujet, intitulé bien à propos : Tolérance zéro    

Commentaires

  1. Tu donnes envie avec tes pistes de lecture.

    RépondreSupprimer
  2. C'est l'une des meilleurs novellas de la collection. Quelle claque réaliste !

    (NB : tu as abandonné le projet maki ?!)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

L'Agence [Mike Nicol / Jean Esch]

Acheté sur la foi de son titre, le dernier roman de Mike Nicol paru en France me fait par la même occasion découvrir ce romancier d'Afrique du Sud. Si en faisant quelques recherches après coup, je me suis aperçu que L'Agence était de deuxième d'une série entamée avec Du Sang sur l'arc-en-ciel, je ne regrette pas du tout cette entrée en matière. Qui ne souffre apparemment pas trop, de ne pas connaitre son prédécesseur.

Commercialisé dans la célèbre collection de la Série noire™, L'Agence n'en est pas moins surtout, un « roman d'espionnage ». Lequel enfile avec élégance l'adage de John le Carré disant de ce genre littéraire qu'il était, je cite, « une guerre dans les coulisses de la bonne conscience ». La bonne conscience en question étant ici, la Nation arc-en-ciel© si chère à Desmond Tutu.

            Entre la Mother City et Berlin, via une escale à l'aéroport de Schipol et quelques pérégrinations en République centrafricaineMike Nicol semble s…