Accéder au contenu principal

L'Épée brisée [Poul Anderson / Jean-Daniel Brèque]

Fruit d'une politique d'auteur de longue haleine menée par les énergiques éditions Le Bélial'™, « L'Épée brisée » de Poul Anderson paraît finalement en France en 2014, 60 ans après sa première commercialisation aux U.S.A..
Traduit par Jean-Daniel Brèque, qui n'a jamais ménagé sa peine lorsqu'il s'agissait de promouvoir le travail du natif de Bristol (PA). Voire de le réhabiliter après l'injuste ostracisme hexagonal dont il fut la victime à partir du milieu des années 1960, alors même qu'il était devenu l'un des auteurs fétiches de la revue Fiction™ dès 1954. Cette parution répare une injustice, en même temps qu'elle offre l'un des romans les moins ordinaires du genre. 
            1954 est d'ailleurs l'année où paraît « L'Épée brisée », le tout premier roman de son auteur, une Fantasy d'inspiration scandinave.
Le paysage littéraire dans le domaine de la Fantasy, en ce milieu des années cinquante, est alors très différent de celui que nous connaissons actuellement. Ainsi, l'influence majeure, et quasi incontournable aujourd'hui, de J.R.R. Tolkien n'a-t-elle pas encore colonisé l'imaginaire collectif et pour cause, le premier tome de sa célèbre trilogie paraît la même année que
« L'Épée brisée » d'Anderson.
Un roman qui se situe par ailleurs aux antipodes de l'univers de la Terre du Milieu, quand bien même ces deux œuvres partagent-elles toutes les deux certains points communs. 
« Moorcock a raison: c'est du roman noir. » Jean-Daniel Brèque 
            Pillage, meurtres, vengeance, torture, viol, inceste, folie.
Poul Anderson, pas encore trentenaire au moment où paraît son roman, n'épargne rien à ses personnages.
Testament en forme de baroud épique et baroque, dont le souffle décoiffera, encore aujourd'hui, quiconque s'y risquera ;  « L'Épée brisée »  signe une fresque cruelle et amorale, où les épées ne sont pas les seules à être brisées.
            Enrichi d'une préface de Michael Moorcock, qui sait ce qu'il doit à cette œuvre, et d'illustrations de Nicolas Fructus - lequel signe aussi la couverture de l'édition originale chez Le Bélial'™- « L'Épée brisée » est aussi disponible au Livre de Poche™, sous une magnifique couverture d'Alain Brion.   
Dans tous les cas la traduction est due à Jean-Daniel Brèque, un gage de qualité s'il en est !

 

Commentaires

  1. J'avais assez bien aimé ce titre, je suis en pleine lecture de la saga de Hrolf Kraki du même auteur, à suivre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, j'ai aussi prévu de relire Hrolf Kraki. [-_ô]

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®