Accéder au contenu principal

L'Assassin des ruines [Cay Rademacher / Georges Sturm]

Premier tome des enquêtes de Frank Stave, Polizei-Oberinspektor de la ville de Hambourg, dans l'immédiate après-guerre.
            L'originalité de ce qui deviendra la « trilogie hambourgeoise » est de se dérouler dans ce qu'on a appelé une « zone d'occupation ».
Préparé dès 1943, un régime d'occupation est donc mis en place après la capitulation, et l'Allemagne est immédiatement divisée en quatre zones d'occupation.
Lorsque se déroulent les faits que relate « L'Assassin des ruines », en grande partie historiques, durant l'hiver 1947, l'État allemand n'existe plus et la ville de Hambourg est alors placée sous l'autorité de la Grande-Bretagne
           Manifestement Cay Rademacher s'est fortement documenté, et la partie historique l'emporte très largement sur l'enquête policière proprement dite. Laquelle, sans être inintéressante, sert visiblement de prétexte. Pas vraiment de quoi se montrer insatisfait vu l'originalité du contexte.
Sauf que l'auteur ajoute également une sous-intrigue, plutôt intéressante, mais dont la résolution bien trop rapide lui donne également des allures de prétexte. Et que son héros n'a pas été épargné sur le plan personnel, et que rien ne nous en est caché.
Autrement dit lorsque Cay Rademacher en a terminé avec la description de Hambourg, les conditions de vie difficiles, des états d'âme de son héros, et d'épaissir les autres personnages qui gravitent autour, il ne reste plus beaucoup de place pour enquêter sur l'assassin des ruines.
            Manière ludique d'aborder un versant de l'Histoire, « L'Assassin des ruines » aurait mérité que son auteur fasse cependant preuve d'autant de minutie sur l'aspect policier de son roman que sur son fond historique. 
Reste une description saisissante des conséquences d'un conflit mondial à nul autre pareil dans l'histoire de l'humanité.
Verdict : Encourageant, devra toutefois se montrer plus retors quant aux résolutions des prochaines enquêtes de son Polizei-Oberinspektor.  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er