Accéder au contenu principal

La maison des tocards [Mick Herron / Samuel Sfez]

« La maison des tocards » est le titre du roman de Mick Herron, et le surnom d'une succursale du MI5. Laquelle, vous l'avez compris, accueille les agents inaptes dont le célèbre service de la sécurité intérieure du Royaume-Unis ne veut plus. Mais qu'il ne peut pas se permettre de mettre à la porte de peur d'un procès, ou parce que les agents en question ont des relations pour éviter un licenciement pur et simple.
            Le premier tome de ce qui deviendra une série feuilletonnante, 10 récits au compteur à ce jour, suit justement l'un de ces nouveaux arrivant au « placard », sis à proximité de la station de métro de Barbican.  
Mick Herron mêle dans ce roman, et sa suite Les lions sont morts, avec une égale réussite, une intrigue solide et un humour noir plutôt corrosif.
Il faut dire que l'équipe de bras cassés, ou supposés tels, est commandée par un ex-combattant de la guerre froide, Jackson Lamb. Sorte de Flastaff rechapé par Reiser, sans qui cette série ne serait sûrement pas ce qu'elle est ; si j'en juge par les deux premiers (et seuls) tomes commercialisés dans l'Hexagone
Habile manipulateur Mick Herron est bien entendu un adepte du double langage dont le lecteur fera très souvent les frais, du moins si j'en crois ma propre expérience. Laquelle n'a semble-t-il pas été partagée par un nombre suffisant de lecteurs.
En effet, Les lions sont morts date déjà de 2017 pour son édition française. 
            La parution, cette année, d'Agent hostile, très bon dans un registre plus centré sur l'action pure et dure, un roman indépendant de cette série mais avec laquelle il entretient cependant des liens, et les rumeurs d'un projet de série télévisée adaptant « La maison des tocards », sont peut-être des indicateurs susceptibles de laisser croire que Mick Herron reprenne enfin du service de ce côté-ci du Channel.
Et rien ne me ferait plus plaisir que d'être encore convié à côtoyer les « tocards du placard ».
__________  
Un petit mot sur la traduction, où il n'est cependant pas question de remettre en question le travail accompli par Samuel Sfez.
            J'ai toutefois été étonné qu'il passe à côté de l'expression que je supposais être « cloak-and-dagger », et qu'il a traduit par « cape et d'épée » (page 52 en Babel Noir™). 
Et après une petite recherche sur le Web™ pour vérifier la V.O, il se trouve que j'avais vu juste. C'est bien « cloak-and-dagger » qu'utilise Mick Herron, mais qui est à prendre ici dans son sens synonyme de mystère, de secret (et d'espionnage), et non pas dans sa traduction littérale. 
            Puis, quelques lignes plus loin, quelle n'a pas été ma surprise de voir apparaitre le nom de Batman, le justicier de Gotham, comme un cheveu sur la soupe. 
Pour le coup c'est à Michael Caine que je dois de dire merci, puisque dans un entretien qu'il avait accordé au moment de la sortie de la trilogie de Christopher Nolan, où il interprétait le majordome de Bruce Wayne, il s'amusait d'avoir été le batman de Batman
Autrement dit son majordome ou, plus précisément son ordonnance.  
« Batman » en anglais, et sans majuscule, est de fait l'équivalent du mot français « ordonnance », c'est-à-dire un poste militaire où un subalterne est attaché à un officier. 
Et dans la version originale de « La maison des tocards », batman ne prend effectivement pas de majuscule. Ce qui vu le contexte, il est précédé par les mots factotum et majordome, ne laisse aucune chance au personnage imaginé en 1939 par Bob Kane et Bill Finger. 

Commentaires

  1. Tu m'a donné envie de lire ce roman. Et comme il est à la médiathèque du coin c'est parfait.

    Par contre au début il parle de lettre sur la tranche du livre, ca le fait pas trop, on ? Ou alors j'ai mal compris la phrase. A suivre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excuse-moi, je n'ai pas vu ton commentaire plus tôt.
      Une lettre sur la tranche du livre ?
      Là c'est moi qui comprend mal.
      [-_ô]

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er