Accéder au contenu principal

Justice League Elite (suite)

... Si dans un premier temps la Justice League Elite se confronte à quelque chose d'ordinaire, du moins à l'échelle d'un groupe de super-héros travaillant sous couverture face à des tueurs sanguinaires, la suite de leurs aventures va les amener aux confins de l'univers. 
Fort heureusement le scénario a l'appui d'une équipe artistique aussi à l'aise dans la représentation de moments intimes que dans le grandiose, voire l’innommable.
En outre Joe Kelly fait feu de tout bois en donnant des moyens de transport peu conventionnels à nos héros, et en proposant des enjeux qui font rapidement oublier la soupe du quotidien dont on doit se contenter bien souvent.
Justice League Elite #8
D'autre part la mission est bien entendu parasitée par des sentiments terre-à-terre qui donnent une épaisseur psychologique à nos protagonistes, mais pas la même épaisseur ni la même stabilité pour chacun.
D'ailleurs l'intimité des personnages aura des répercussions sur le déroulement, voire le dénouement de cette maxi-série. 
Manitou Raven
Je fais un petit aparté ; contrairement à d'aucuns j'avais envisagé la série de Jack Kirby The New Gods sous un angle non pas nordique, autrement dit The New Gods serait la suite de la série Thor après le Ragnarök mais d'un point de vue américain. Et la présence du Black Racer dans un moment bien particulier de l'aventure de la JLE me fait dire que cette hypothèse que j'avais formulée a aussi germé dans l'esprit de Joe Kelly. Inukchuk !
Ceci étant dit, les 12 numéros de la Justice League Elite valent vraiment le coup, les derniers numéros sont une véritable apothéose qui se transforme cependant en regret : celui de ne pas voir se poursuivre les aventures de ce groupe au delà de la maxi-série.
Reste douze numéros d'une aventure de très grande qualité, peuplée de personnages attachants, une maxi-série dont je sais déjà que je la relirai.
Sans compter que je vais m'intéresser au passage de Kelly sur la JLA, avec d'autant plus de motivation que je sais que j'y retrouverai Manitou Raven un personnage qui m’intéresse beaucoup.

Kemo sabe !

Commentaires

  1. Je l'avais lu en mensuel, à l'époque. Et je trouvais ça un peu lent. Peut-être effectivement que ça mériterait une relecture "en un coup". En tout cas, Manitou Raven est un personnage intéressant, tu as raison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je l'ai lu d'un bloc, et sur moi ça a vraiment bien marché.

      Sympa de passer par ici.

      Supprimer
  2. En effet, va falloir que je relise ça. J'en gardais un souvenir plutôt mitigé... comme souvent dans les bandes signées Joe Kelly.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.