Accéder au contenu principal

The Guardians of Justice (Will Save You!)

Série télévisée diffusée par Netflix™, que l’absence de battage médiatique devrait inciter à regarder, « The Guardians of Justice (Will Save You!) » se décompose en sept épisodes d'une durée d’approximativement 25 minutes chacun.
Si l'affiche ci-contre annonce son appartenance au genre super-héroïque, elle ne dit rien de sa forme. Laquelle mélange des prises  de vue réelle, des séquences de dessin animé, de l'animation 3D, de la patanimation, des séquences 8 bits à la musique de synthétiseur si reconnaissable, et j'en oublie sûrement. S'inspirant de tout un pan de la Pop culture©
des années 1980/1990, « The Guardians of Justice (Will Save You!) » est le rejeton sous acide d'une maxi-série de bande dessinée dont l'impact n'a toujours pas fini de se faire sentir. Du moins si j'en crois la (très mauvaise) série télévisée de Damon Lindelof, et l'acharnement que démontre régulièrement DC Comics™ a en démonter la spécificité.
            Si le scénario de
The Guardians of Justice (Will Save You!) est plus maquillé qu'un camion volé, les aficionados du 9ème art reconnaitront les siens. Au demeurant, je trouve assez révélateur que cette pierre d'angle de la bande dessinée n'apparaissent à aucun moment dans les propos du créateur de la série télévisée, Adi Shankar, lequel n'est pourtant pas avare de ses références.
« The Guardians of Justice (Will Save You!) » ne se contente pas de copier servilement son illustre aînée, mais constitue quasiment un bréviaire de la citation tout azimut. Une théorie de références qui ne gomme heureusement ni la caractérisation des personnages, ni l’intérêt que l'on peut porter à cette histoire pourtant souvent racontée.
Mélange de figures inattendues mais pourtant fidèles à leurs emplois,
« The Guardians of Justice (Will Save You!) » est une série postmoderne en ce qu'elle construit, comme tout ce qui se réclame de cette étiquette, l'image du salaud parfait. Masquant son propos sous le verni compensatoire d'une justice consolatrice (œil pour œil, dent pour dent), la série juxtapose du sens, exagère, surcharge, sans jamais pourtant tenir à l'écart son spectateur.
            Invité à oublier ce qu'il croit pour ne faire confiance qu'à ce qu'il voit, le spectateur parvient paradoxalement à tenir à distance les incessantes citations, pour s'offrir totalement à la nature spectaculaire du show.
            D'une certaine manière
les sept épisodes de « The Guardians of Justice (Will Save You!) » m'ont fait penser au 1er Matrix. Lui aussi synthétisait une multitude de sources (souvent étrangère au (mauvais) genre dont il deviendra pourtant la meilleure représentation), sous un une forme jamais vue auparavant, pour finalement accoucher de ce qui est, encore pour moi aujourd'hui, la meilleure adaptation cinématographique d'un (mauvais) genre apparu dans les premiers mois de 1938 grâce à l'imagination de deux jeunes hommes qui s'étaient rencontrés à Cleveland.
            « The Guardians of Justice (Will Save You!) » renoue avec l'idée que pour être bonne, une histoire doit être bien pensée avant d'être bien-pensante. Visuellement elle doit créer l'impression en plus d'une simple évocation, sa mise en scène doit prendre autant de risques que ceux qu'elle dirige. Les choix formels qui la guident participent autant que le scénario, et le jeu des acteurs, à l'épaisseur des personnages. 
Bref « The Guardians of Justice (Will Save You!) » est au petit écran ce que Matrix était au grand, la quintessence d'une certaine idée du super-héros.
Sur le cinéma impressionniste, on pourra consulter avec intérêt la chaîne Youtube™ de « La contre-histoire du cinéma ».

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er