Accéder au contenu principal

Moon Knight, Disney +

L’arrivée de Moon Knight dans l’écurie Marvel™ se fait du côté des « Villains » au milieu des années 1970. Mais le personnage auquel il s’oppose alors est un loup-garou, considéré par l’opinion publique intradiégétique (si je puis dire), comme une menace. 
C’est là le paradoxe de sa création. 
Ce qui fera dire à Doug Moench, son créateur (associé au dessinateur Don Perlin), qu’il s’agit d’un anti-héros. 
Mais rassurez-vous, le mercenaire stipendié se rachètera (sic) avant la fin de l’histoire (Werewolf by Night#32-33). Qui, soit dit en passant, ne contient rien d’égyptien. 
            Comme bon nombre de protagonistes dont les aventures s’étalent durant de nombreuses années, presque 50 pour Moon Knight, le personnage verra son ADN super-héroïque changer. Ce qui au demeurant rend tout à fait acceptable la version Disney+™ ; les super-héros se modifient plus ou moins en passant par les mains des différents scénaristes qui prennent en charge leurs aventures d’encre et de papier (voire plus si affinités). Certaines modifications restent, d’autres non. 
Les racines égyptiennes (alors qu’au départ ce sont la Lune et l’argent qui façonnent « logiquement » un personnage qui devra capturer un loup-garou), et le trouble dissociatif de l'identité (alors qu’il s’agit, comme n’importe quel super-héros, d’identités secrètes) deviendront des signes distinctifs, mais que récemment pour le dernier point.
Toutefois, pour cette version télévisée, Kevin Feige transforme Kevin Grant en londonien, employé par le British Museum (ce qui est plutôt cohérent vu les liens qu’entretenaient l’Angleterre et l’Égypte ancienne), et lui laisse la part du lion dans ce premier épisode. Alors que Marc Spector & Moon Knight jouent les arlésiennes. 
            Oscar Isaac, qui donc interprète Kevin Grant/Marc Spector/Moon Knight a une théorie sur les films de super-héros. 
Ils remplaceraient aux yeux des spectateurs, les comédies (de type Very Bad trip par exemple) d’il y a une quinzaine d’années. Or donc, d’après lui toujours, les gens y retourneraient surtout pour y retrouver « des personnages marrants ». Certes dit-il, les scènes d’action sont spectaculaires, mais l’humour y est tout aussi omniprésent. Et déterminant. Toutefois Oscar Isaac ne voulait pas d’un humour à la Deadpool, mais plutôt interpréter un personnage qui ne sait pas qu’il est comique. Pari réussi !
Du reste il voit en Moon Knight et son (ses ?) alter ego, la même relation, la même dichotomie, qu’entre Superman et Clark Kent lorsqu’il était joué par Steve Reeve. 
Ce qui l’a par ailleurs intéressé dans ce rôle précisera-t-il, c’est la possibilité de faire un « vrai travail de caractérisation ». 
« Y a-t-il de l’espace pour créer quelque chose ? Une marge de manœuvre pour inventer ? », voilà ce qu’il avait en tête en s’impliquant dans ce projet télévisé (reprenant au passage les deux questions que se posent toujours William Dafoe, à chacun de ses rôles). 
            Projet auteurisant & pop corn, Moon Knight s’en sort plutôt bien dans ce premier épisode. 
 
(À suivre .......)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er