Accéder au contenu principal

Le mage du Kremlin [Giuliano da Empoli]

Brique parmi tant d'autres du Mur de Berlin, Vladimir Poutine a été propulsé vers le plus haut sommet de la fédération de Russie grâce au souffle qu'a produit l'effondrement dudit mur en novembre 1989. 
            Jusqu'à présent essayiste politique, Giuliano da Empoli puise justement la matière de son premier roman dans les recherches qu'il avait faites pour son dernier essai en date intitulé « Les ingénieurs du chaos2019 ». 
            En effet, plutôt que d'inclure Vladislas Sourkov, spin doctor bien réelle de Vladimir Poutine, dans son essai, l'auteur italo-suisse né à Neuilly-sur-Seine en 1973, puise dans le profil atypique du natif de Solntsevo la matière nécessaire à lui créer un alter ego romanesque : Vadim Baranov
            S'il modifie radicalement l'ascendance de son protagoniste, Giuliano da Empoli s'attache à coller au plus près de quelques évènements marquants, qui ont réellement ponctué le règne du « Tsar », et avec lesquels le « mage du Kremlin » éponyme a eu partie liée. Il invite en outre quelques prestigieuses « guest tsars » (sic) dont Bill Clinton, Angela Merkel, ou encore la chienne Koni, qui y ont également participés. À des degrés parfois inattendus. 
            Ingénieur de l'âme dont le chaos (؟) sera la principale motivation, la tâche de Baranov sera ainsi de faire de Vladimir Poutine, alors responsable du FSB, le remplaçant d’un Boris Eltsine en bout de course. 
À ce moment-là, Vadim Baranov n'est encore qu'un prestataire, un sous-traitant, dont les faits d'armes se limitent à produire des émissions de téléréalité pour la télévision russe. 
Le véritable chef d'orchestre de cette opération d'ingénierie politique, n'est autre que le très puissant oligarque (et intime d'Eltsine) Boris Berezovski, qui proposera donc à Baranov de « cesser de créer des fictions pour commencer à créer la réalité. ». Une ambition très marxienne. 
Ce à quoi ce denier s'astreindra avec la réussite qu'on peut encore constater aujourd’hui. Quand bien même Vladislas Sourkov est-il tombé en disgrâce, tout comme son homologue de fiction au début du roman. Mais ce que ne sait pas Berezovski, qui s'imagine en manipulateur effronté, c'est que Vladimir Poutine a déjà son propre calendrier. 
            On retrouve dans « Le mage du Kremlin » tout ce qui faisait déjà le sel de l'essai « Les ingénieurs du chaos » ; c'est-à-dire la mise au jour d'ingénieuses mécaniques qui permettent de porter au pouvoir des presque inconnus, ou à tout le moins des individus sur lesquels on n’aurait pas misé un seul rouble. 
Et, dans le cas de Poutine, de l'y maintenir, contre tous les pronostics qui voyaient dans ce fonctionnaire - vestige d'une ère d’avant la « fin de l’Histoire » - un simple homme de paille. Mais il y a aussi autre chose. 
            Si ce roman (achevé en janvier 2021) s'attache à brosser avec brio le portrait de Vadim Baranov, il dessine aussi - en creux - celui d'un anti-héros, dont la volonté de restaurer la dignité de sa Patrie passe (forcément puisque c'est un anti-héros) par des procédés qui le sont nettement moins. Une reprise en main largement motivée par la morgue et la condescendance de l'ennemi de toujours. 
Si la rencontre entre Poutine et Bill Clinton, que relate Giuliano da Empoli, ne laisse aucun doute sur le sujet. La guerre (par procuration) que livrent les U.S.A. en ce moment même, « jusqu’au dernier Ukrainien » (sic), en est un bien plus douloureux et sinistre rappel. 
Poutine, puisque c'est lui l’anti-héros en question, combine en effet les vertus du politicien et de l'homme d'État en ce qu'il pense comme ce dernier à la prochaine génération, sans pour autant oublier les prochaines élections qui obnubilent d'ordinaire le premier. 
Mais même ce pragmatisme est compréhensible, compte tenu de l'attitude des U.S.A. en particulier, et de l’Occident en général. Voir par exemple « Le Grand Échiquier1997 » de Zbigniew Brzeziński, sur ce qu'envisageait le politologue américain pour la décennie 2005-2015 au sujet de l'Ukraine et de l'OTAN. 
            Personnage tragique en ce que ses décisions sont pires que les problèmes qui les motivent, mais qu'elles sont les seules envisageables, rattrapé par l'hybris du pouvoir qui n'épargne personne, surtout pas ceux qui l'occupent si longtemps, Vladimir Poutine, s'il n'est pas le protagoniste principal de cet excellent roman, vendu au prix de 20 euros, en est assurément le personnage le plus attachant. 
 
Horresco referens !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er