Accéder au contenu principal

Les spectres d'Alger [Vincent Ejarque]

Dans un entretien accordé à Bruno Delion pour le journal La Nouvelle République™ Vincent Ejarque justifie son choix d'avoir écrit un roman sur la guerre d'Algérie en expliquant « qu’il y en a peu », puis compare ce que les Américains font, s'agissant de la guerre du Vietnam
Outre que la comparaison me paraît mélanger les choux et les carottes : le territoire de l'Algérie que l'on connait aujourd'hui n'existait pas avant que Charles X lance sa « croisade » contre les Barbaresques, l'Algérie a été française pendant 130 ans, et last but not least, contrairement aux Américains, l'armée française a gagné militairement la guerre. Bref, rien qui rapproche de près ou de loin les deux conflits.
Mais surtout, demandons-nous (comme l'a fait Viet Thanh Nguyen au moment de la publication de son roman Le Sympathisant ) : où sont donc les Vietnamiens, dans tous ces films américains sur la guerre du Vietnam
Lesquels long-métrages rejouent par ailleurs - dans leur immense majorité - inlassablement, l'intervention américaine ..... à son avantage. 
Ceci étant dit, intéressons-nous au roman proprement dit de Vincent Ejarque, vendu au prix de 19 euros. 
            « Les Spectres d’Alger » suit pendant 423 pages un jeune ex-lieutenant du 12ème RCP, Michel Térien, personnage tout aussi fictif que son affectation, alors qu'il agit - dans la clandestinité - pour le compte de l'Organisation de l'Armée Secrète, un peu avant la signature des accords d'Évian
Rappelez-vous, l'OAS est le projet que se donneront « un quarteron de généraux en retraite » dans leur rejet de l'indépendance algérienne. 
            Personnage principal du roman, mais personnage falot, Térien est largement éclipsé par (justement) un spectre, qui à l'instar du communisme selon Derrida, hante, et imprime une trace visible et invisible sur l'Histoire : Roger Degueldre. 
Dépeint dans le roman comme un anti-héros tragique, le chef bien réel des tristement célèbres « commandos Delta » de l'OAS semble combattre au sein même de la fiction le parti pris de l'auteur, lequel passe étrangement sous silence les exactions du FLN. 
Un choix pas forcément nourrit d'arrière-pensée d'ailleurs, mais qu'accentue ce que dit Vincent Ejarque dans son interview pour le quotidien de la région Centre-Val de Loire « Concernant la torture, plus personne ne conteste que cela a été quelque chose de largement employé et de systématique dès le départ, mais on a aussi torturé aux Renseignements généraux dans le 8e arrondissement, à Paris.». Là encore, rien sur le FLN. 
D'autant qu'il cite une phrase d'Albert Camus : « La fiction est le mensonge par lequel nous disons la vérité.», et en laquelle il dit croire. 
Ce qui n'est pas mon cas. 
En effet, je ne pense pas que ce soit le rôle de la fiction de dire la vérité. Elle n'en a pas les moyens de toute façon. Tout au plus peut-elle nous inciter à savoir, à chercher. 
Ce qui n'est déjà pas si mal. 
            Pas forcément nourrit d'arrière-pensée disais-je, car l'auteur s'attache surtout à décrire les actions de l'OAS Alger, son fonctionnement, ses attentats, au travers de ce que fait ou voit l'ex-lieutenant Térien, d'où, peut-être, l'absence du FLN. 
Même si cela créé un déséquilibre, car les militaires français n'avaient pas le monopole de l'horreur. 
En outre, ce qui m'intéresse chez un auteur c'est justement son parti pris, quand bien même n'aurais-je pas le même point de vue. 
            Je ne ferai donc pas un vilain procès d'intention à Vincent Ejarque, d'autant que son roman est palpitant. Qui plus est, l'un des nombreux articles de presse authentiques, et d'époque, qui rythment son roman, fait un portrait assez juste, me semble-t-il, de Degueldre. Et étonnamment, un portrait plutôt positif. 
Soldat perdu, officier issu du rang, idéaliste, immensément courageux ; condamné à mort pour raison d'État. Un anti-héros tragique disais-je. 
            Michel Houellebecq a une théorie très intéressante : « La raison d’être fondamentale de la littérature romanesque » dit-il « c’est que l’homme a en général un cerveau beaucoup trop compliqué, beaucoup trop riche pour l’existence qu’il est appelé à mener. La fiction, pour lui, n’est pas seulement un plaisir ; c’est un besoin. Il a besoin d’autres vies, différentes de la sienne, simplement parce que la sienne ne lui suffit pas. » Ces autres vies n'ont pas forcément besoin d'être intéressantes précise-t-il. 
Ce qui n'est pas le cas ici.
Car si Michel Térien est trop passif à mon goût, sa vie est a contrario et peut-être paradoxalement, très intéressante. 
            Au final, ce premier roman de Vincent Ejarque comble avec brio le besoin que créé notre cerveau. Alors vivement le prochain !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er