Accéder au contenu principal

RUBICON


Un exemple de toile euristique
 ... Comme l'a souvent dit Jean-Baptiste Thoret un film peut avoir été tourné dans les années 80 et être formellement par exemple, un film de la décennie précédente (ou a contrario de celle d’après) ; c'est le cas de la série télévisée Rubicon qui esthétiquement renvoie directement aux années 70, et dont les thèmes renforcent indiscutablement cette appartenance en évoquant des films tels que Les 3 jours du Condor (explicitement cité par l'un des protagoniste) ou encore À cause d'un assassinat

... Will Travers travaille pour l'API (American Policy Institute) l'Institut Américain de Géopolitique, une officine créée après le 11 septembre dont l'activité est d'analyser et de synthétiser la masse de renseignements collectée par les agences gouvernementales ; et de proposer des solutions aux menaces détectées.
Si le 11 septembre a changé définitivement pour nombre d'entre nous l'appréhension que l'on avait du monde, l'API s'inscrit également dans une sorte de révolution. 
Car cette société si elle travaille avec les agences gouvernementales américaines (mais aussi étrangère d'ailleurs) CIA, FBI etc... parait être une entreprise privée, même si les capitaux (ou du moins une partie) proviennent du gouvernement U.S.
Or donc, l'API apparaît comme la parfaite illustration de ce que l'on peut appeler le capitalisme cognitif. 
C'est-à-dire des formes ou des situations de travail dans lesquelles la contribution créative, intellectuelle, scientifique est essentielle ; et où l'information et la connaissance tendent à occuper une place centrale. Mais surtout le capitalisme cognitif est une société de la connaissance régie par une organisation de type capitaliste. L'API transforme la connaissance en une marchandise fictive mais dont les répercussions sur le monde réel sont loin d'être de simples expériences de pensée sans conséquences. Tant physiques que politiques ou ..... financières.
C'est de l'une de ces répercussions bien tangibles dont va faire l'expérience David Hadas, l'un des meilleurs analystes de l'API, et ce sera le point de départ de l'enquête de Will Travers, son protégé.
De manière cocasse David Hadas apparaît comme une personne particulièrement superstitieuse, et la série Rubicon ne comptera que treize épisodes.  
Ceci étant, si le dernier épisode souffre de l'annulation d'une seconde saison Rubicon est une sacrément bonne série télévisée tout à fait dans la veine des deux films que j'ai précédemment cités et qui mérite selon moi, le détour (rien que le générique vaut ce détour).

À vous de voir. Pour en savoir plus.

L'illustration sonore en début de billet commence avec le thème de Michael Small pour le film d'Alan Pakula À cause d'un assassinat suivi par l'annonce de l'assassinat de John F. Kennedy, puis de l'attentat du 11 septembre 2001, et se termine par un extrait de Born to be wild.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…