Accéder au contenu principal

RUBICON


Un exemple de toile euristique
 ... Comme l'a souvent dit Jean-Baptiste Thoret un film peut avoir été tourné dans les années 80 et être formellement par exemple, un film de la décennie précédente (ou a contrario de celle d’après) ; c'est le cas de la série télévisée Rubicon qui esthétiquement renvoie directement aux années 70, et dont les thèmes renforcent indiscutablement cette appartenance en évoquant des films tels que Les 3 jours du Condor (explicitement cité par l'un des protagoniste) ou encore À cause d'un assassinat

... Will Travers travaille pour l'API (American Policy Institute) l'Institut Américain de Géopolitique, une officine créée après le 11 septembre dont l'activité est d'analyser et de synthétiser la masse de renseignements collectée par les agences gouvernementales ; et de proposer des solutions aux menaces détectées.
Si le 11 septembre a changé définitivement pour nombre d'entre nous l'appréhension que l'on avait du monde, l'API s'inscrit également dans une sorte de révolution. 
Car cette société si elle travaille avec les agences gouvernementales américaines (mais aussi étrangère d'ailleurs) CIA, FBI etc... parait être une entreprise privée, même si les capitaux (ou du moins une partie) proviennent du gouvernement U.S.
Or donc, l'API apparaît comme la parfaite illustration de ce que l'on peut appeler le capitalisme cognitif. 
C'est-à-dire des formes ou des situations de travail dans lesquelles la contribution créative, intellectuelle, scientifique est essentielle ; et où l'information et la connaissance tendent à occuper une place centrale. Mais surtout le capitalisme cognitif est une société de la connaissance régie par une organisation de type capitaliste. L'API transforme la connaissance en une marchandise fictive mais dont les répercussions sur le monde réel sont loin d'être de simples expériences de pensée sans conséquences. Tant physiques que politiques ou ..... financières.
C'est de l'une de ces répercussions bien tangibles dont va faire l'expérience David Hadas, l'un des meilleurs analystes de l'API, et ce sera le point de départ de l'enquête de Will Travers, son protégé.
De manière cocasse David Hadas apparaît comme une personne particulièrement superstitieuse, et la série Rubicon ne comptera que treize épisodes.  
Ceci étant, si le dernier épisode souffre de l'annulation d'une seconde saison Rubicon est une sacrément bonne série télévisée tout à fait dans la veine des deux films que j'ai précédemment cités et qui mérite selon moi, le détour (rien que le générique vaut ce détour).

À vous de voir. Pour en savoir plus.

L'illustration sonore en début de billet commence avec le thème de Michael Small pour le film d'Alan Pakula À cause d'un assassinat suivi par l'annonce de l'assassinat de John F. Kennedy, puis de l'attentat du 11 septembre 2001, et se termine par un extrait de Born to be wild.

Commentaires

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …