Accéder au contenu principal

Cryptonomicon *

... Deux choses m'ont probablement poussé à lire le premier tome de la trilogie de Neal Stephenson. Tout d'abord d'avoir enchaîné plusieurs saisons de l'excellente MI-5 puis, dans la foulé, d'avoir regarder Rubicon (13 épisodes très réussis série sur le renseignement et le capitalisme cognitif). Résultat : ces deux séries m'ont donné envie de lire des romans d'espionnage. 
C'est en faisant des recherches sur ce type de récit que je suis tombé sur le titre des bouquins de Stephenson, lesquels s'inspire du Nécronomicon, ce qui a eu le don de m'intéresser doublement.
En outre, j'ai le souvenir d'avoir particulièrement apprécié L'Âge de diamant, un roman du même auteur.

... Le Code Enigma, premier tome de cette trilogie donc, se déroule à deux époques différentes : durant la Seconde Guerre Mondiale et à une époque beaucoup plus récente. La première époque conte les tribulations d'un  groupe d'individus (dont bien évidemment Alan Turing) chargé de décrypter les codes Allemands. La seconde époque narre les péripéties vécues par un groupe de personnes voulant créer un paradis informatique (ici le terme paradis  est à entendre comme celui de paradis fiscal)  sur une île des Philippines.
La particularité des deux groupes c'est d'avoir en commun un intérêt certain pour la cryptographie et, d'avoir de part et d'autre du temps des liens familiaux (qui ne semble, assez étonnamment, faire sens que pour le lecteur).
Qui dit trilogie, dit également que l'auteur prend le temps d'installer son intrigue ; et c'est le cas ici. Heureusement Neal Stephenson a créé un belle brochette de personnages qui deviennent rapidement attachants. De plus son style, qui passe par la traduction de Jean Bonnefoy, est extrêmement enlevé. Ainsi les aventures des cryptanalistes de la Seconde Guerre Mondiale m'ont tenu en haleine (notamment au travers de l'enjeu principal du renseignement : comment trouver un équilibre entre exploiter ce que l'on sait - grâce au décryptage par exemple - sans que l'ennemi ne le sache et ne change ses codes) de bout en bout. Celles des informaticiens m'ont semblé un peu moins captivantes, mais c'est là qu'intervient notamment le style de Stephenson. 

Or donc c'est avec plaisir que j'ai commandé le deuxième tome de cette trilogie.

En attendant peut-être serez-vous intéressés par une émission de radio qui fait le point sur la désormais célèbre "machine Enigma".

La parole est à Monsieur X et à Patrice Pesnot :




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Report [Scott Z. Burns / Adam Driver / Annette Bening]

« Il faut se reporter au sentiment qui prévalait en Amérique au lendemain du 11 septembre. La peur et la paranoïa étaient immenses, et je ne puis que conjecturer sur l'anxiété qui devait régner au sein de la CIA du fait de n'avoir pas pu prévenir ces attentats. » S cott Z . B urns              The Report , du réalisateur & scénariste S cott Z . B urns, est un film d'autant plus intéressant qu'il relate une enquête tout ce qu'il y a de plus ennuyeuse d'une manière très attrayante.  En effet, pendant 7 ans à partir de 2009, à la demande de la sénatrice D ianne F einstein, D aniel J . J ones va, avec une équipe restreinte ( sic ) , consulter d'innombrables documents afin de faire la lumière sur les différentes formes de torture  utilisées par la CIA sur des prisonniers, entre 2001 et 2006, durant ce qui a été convenu d'appeler la « guerre contre le terrorisme ». Et sur leurs résultats. Et contre toute attente, ce film de 2 heures captive de

Mascarade [Ray Celestin / Jean Szlamowicz]

Deuxième opus de sa tétralogie consacrée au jazz et à la Mafia, Mascarade de R ay C elestin reprend une nouvelle fois l'idée d'une écriture sous contrainte.  Assurément, si dans le premier tome le romancier britannique s'inspirait d'une nouvelle de l'auteur japonais R yūnosuke A kutagawa [ Pour en savoir + ], il reproduit cette fois-ci la structure de l’enregistrement de «  West End Blues  », un  morceau de L ouis A rmstrong.  Un Louis Armstrong qu'on retrouve d'ailleurs comme protagoniste dudit roman, dont l'action se déroule en 1928, à Chicago ; en compagnie des détectives Michael Talbot et Ida Davies , également fidèles au poste. En l’occurrence celui de l'agence Pinkerton .  « J’avais l’intention de faire en sorte que mon livre suive fidèlement l’arrangement de ce morceau et que chaque personnage constitue un élément de l’instrumentation »             Si je suis particulièrement amateur du jazz des « Roaring Twenties »,  je doi

Un océan de rouille [C. Robert Cargill / Florence Dolisi]

Un océan de rouille , dont l'indispensable couverture d' A urélien P olice dit tout ce qu'il faut savoir du pacte de lecture qui attend le lecteur, est un magnifique tour de force. De fait,  stocké, fragmenté, sous une forme ou une autre, le roman de C . R obert C argil est déjà disponible dans l'imaginaire collectif. Mais le coup de maître du texan est justement de n'avoir pas voulu créer un alphabet nouveau, un projet qui ne fait généralement pas de prisonnier, mais plutôt une nouvelle combinaison de mots anciens. Pour le coup très attractive.             Dans un avenir lointain, post-humain, post-singularité, l'alternative est simple : faire partie d'une UMI (Unification Mondiale des Intelligences), ou faire face à l'obsolescence programmée en étant libre. Un océan de rouille met en concurrence ces deux options au travers du destin de Fragile , une Aidante modèle Simulacrum. Une cannibale. Or donc, si Fragile se verra embarquée dans une quê