Accéder au contenu principal

Superman VS. The Elite

       Consécutivement à l'apparition, et surtout au succès d'œuvres telles que L'Escadron Suprême, MarvelmanGrimjackBatman : Dark Knight ou encore Les Gardiens ; la bande dessinée de super-héros va emprunter, au cours des années 80, une nouvelle voie celle du grim and gritty, autrement dit des personnages et des histoires sombres & violents. 
À ce titre les œuvres citées, à différents degrés, peuvent être considérées comme des innovations, attendu qu'une innovation à la particularité de transformer les usages sociaux. Il n'est que de lire de nos jours les aventures des "encapés" pour se rendre compte des transformations par rapport à naguère.
  
Or donc Mark Gruenwald, Alan Moore, John Ostrander ou encore Frank Miller vont à leur corps défendant, pour certains, créer un sentier de dépendance, c'est-à-dire une trajectoire qui canalisera la créativité de leurs contemporains et de leurs épigones.
Et c'est sur ce sentier que nous allons rencontrer quelqu'un comme Warren Ellis.
The Authority #2
C'est à partir de Stormwatch  37 (1996) qu'Ellis va construire un nouveau type de super-héros qui s'incarnera d'abord dans un groupe de type paramilitaire Stormwatch donc, pour finalement s'affranchir de la tutelle onusienne et devenir The Authority. Paradoxalement cette "autorité" auto-proclamée ne se reconnaîtra aucun Dieu ni maître, et développera un concept extrait de l'idéologie managériale celui de l'individu proactif. 
The Elite
Être proactif qu'est-ce que c'est ?
Eh bien, c'est devancer le problème avant qu'il n'ait lieu. C'est agir sur les faits et les processus à venir. On n'est, on le voit, guère éloigné des agents de Précrime imaginés par Philip K. Dick. 
Bref, en plus d'être proactif, les mesures prises par The Authority tiennent plus de la loi du talion (par anticipation), que d'une justice modérée. En outre les membres de cette équipe ont une sexualité relativement explicite, ils entretiennent des liens étroits avec l'alcool et/ou les drogues. Et la violence est omniprésente ; qu'elle soit physique, on n'hésite pas à utiliser la torture, ou verbale.
Summum de la provocation, Jenny Spark qui est la substantifique incarnation de ce super-héros (qui n'en est pas un) ellisien, fume comme un pompier. Shocking!
       En 2001 le scénariste américain Joe Kelly (Action Comics #775) va opposer à cette conception violente, proactive et désinvolte du super-héros, le premier d'entre eux, l'extraterrestre kryptonien Superman, parangon de l'humanisme et de la retenue.

D'un côté donc Superman représentant de la notion apollinienne : l'ordre, la mesure, la maîtrise de soi.
Et de l'autre le versant dionysiaque ; c'est-à-dire le désordre, l'ivresse, en un mot : The Elite.
La philosophie de Manchester Black, la quintessence du super-héros ellisien (et de ses épigones) selon Joe Kelly, et par ailleurs leader de The Elite, peut se résumer à cette sentence que chacun d'entre nous a déjà, voire souvent entendu : "On ne fait pas d'omelette sans casser des œufs" et comme le disait fort à propos Panaït Istrati "Je vois bien les œufs cassés mais je ne vois pas l'omelette".
Action Comics #775
Comment Superman s'en sortira-t-il face aux représentants de ce nouveau super-héroïsme qui, bien que combattant les monstres, ne craint pas d'en devenir eux-mêmes ; et qui ont oublié ce que disait le père d'Albert Camus, Lucien : "Un homme ça s'empêche" ?

Vous le saurez en regardant l'excellent dessin animé intitulé Superman vs. The Elite. [-_ô]       

Commentaires

  1. il semblerait que tu reprennes un peu d' activité sur le blog

    RépondreSupprimer
  2. Encore un superbe article ! Surtout, j'y ai appris que le film Superman VS The Elite était adapté de certains épisodes de comics que je ne connaissais pas... moi qui pensais qu'on avait seulement imaginé une version alternative de Stormwatch/The Authority :)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Report [Scott Z. Burns / Adam Driver / Annette Bening]

« Il faut se reporter au sentiment qui prévalait en Amérique au lendemain du 11 septembre. La peur et la paranoïa étaient immenses, et je ne puis que conjecturer sur l'anxiété qui devait régner au sein de la CIA du fait de n'avoir pas pu prévenir ces attentats. » S cott Z . B urns              The Report , du réalisateur & scénariste S cott Z . B urns, est un film d'autant plus intéressant qu'il relate une enquête tout ce qu'il y a de plus ennuyeuse d'une manière très attrayante.  En effet, pendant 7 ans à partir de 2009, à la demande de la sénatrice D ianne F einstein, D aniel J . J ones va, avec une équipe restreinte ( sic ) , consulter d'innombrables documents afin de faire la lumière sur les différentes formes de torture  utilisées par la CIA sur des prisonniers, entre 2001 et 2006, durant ce qui a été convenu d'appeler la « guerre contre le terrorisme ». Et sur leurs résultats. Et contre toute attente, ce film de 2 heures captive de

Mascarade [Ray Celestin / Jean Szlamowicz]

Deuxième opus de sa tétralogie consacrée au jazz et à la Mafia, Mascarade de R ay C elestin reprend une nouvelle fois l'idée d'une écriture sous contrainte.  Assurément, si dans le premier tome le romancier britannique s'inspirait d'une nouvelle de l'auteur japonais R yūnosuke A kutagawa [ Pour en savoir + ], il reproduit cette fois-ci la structure de l’enregistrement de «  West End Blues  », un  morceau de L ouis A rmstrong.  Un Louis Armstrong qu'on retrouve d'ailleurs comme protagoniste dudit roman, dont l'action se déroule en 1928, à Chicago ; en compagnie des détectives Michael Talbot et Ida Davies , également fidèles au poste. En l’occurrence celui de l'agence Pinkerton .  « J’avais l’intention de faire en sorte que mon livre suive fidèlement l’arrangement de ce morceau et que chaque personnage constitue un élément de l’instrumentation »             Si je suis particulièrement amateur du jazz des « Roaring Twenties »,  je doi

Un océan de rouille [C. Robert Cargill / Florence Dolisi]

Un océan de rouille , dont l'indispensable couverture d' A urélien P olice dit tout ce qu'il faut savoir du pacte de lecture qui attend le lecteur, est un magnifique tour de force. De fait,  stocké, fragmenté, sous une forme ou une autre, le roman de C . R obert C argil est déjà disponible dans l'imaginaire collectif. Mais le coup de maître du texan est justement de n'avoir pas voulu créer un alphabet nouveau, un projet qui ne fait généralement pas de prisonnier, mais plutôt une nouvelle combinaison de mots anciens. Pour le coup très attractive.             Dans un avenir lointain, post-humain, post-singularité, l'alternative est simple : faire partie d'une UMI (Unification Mondiale des Intelligences), ou faire face à l'obsolescence programmée en étant libre. Un océan de rouille met en concurrence ces deux options au travers du destin de Fragile , une Aidante modèle Simulacrum. Une cannibale. Or donc, si Fragile se verra embarquée dans une quê