Accéder au contenu principal

Le Crépuscule des Aigles (Fatherland)

... Je garde un très bon souvenir du roman de Robert Harris Fatherland, il faut dire que je suis amateur de ce que l'on appelle depuis Charles Renouvier l'uchronie ; c'est-à-dire une hypothèse qui repose sur un fait historique divergent de l'Histoire que nous connaissons, et qui  entraîne de fait de nouvelles conséquences :



Toutefois si je gardais un excellent souvenir du roman, j'en avais totalement oublié les évènements qui s'y déroulent ; c'est donc avec un a priori positif mais un oeil neuf que j'ai attaqué le film qui s'en inspire.

Ainsi donc après avoir vu Le Crépuscule des aigles, je ne peux que me féliciter d'en avoir tenté l'expérience.  
Cette enquête policière qui se déroule dans un état totalitaire qui se donne les apparences d'une démocratie fait resurgir un sentiment de paranoïa par petites touches assez angoissant. À cette atmosphère s'en ajoute une autre tout aussi subtile qui trouve son aboutissement dans la solution finale.
Ajoutez une interprétation haut de gamme, dont Rutger Hauer impérial et Miranda Richardson (vue dans Rubicon) excellente pour les premiers rôles, et un jeune acteur Rupert Penry-Jones que nous reverrons quelques années plus tard au MI-5. Le reste de la distribution est tout aussi bonne.

En définitive, Le Crépuscule des aigles est un excellent film qui mérite amplement le détour (fut-il historique). 

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.