Accéder au contenu principal

Cutter's Way (1981)


Alors qu’il rejoint son ami Alex, la voiture de Richard Bone tombe en panne dans une ruelle. Heureusement, un véhicule s’est arrêté quelques mètres avant le sien ; un homme sort sous la pluie puis remonte dans sa voiture. Bone tente d'arrêter son véhicule pour lui demander de l’aide, mais sans succès. 
Le lendemain la police l’arrête, il est le premier suspect dans une affaire de meurtre : on a retrouvé à proximité de son véhicule le corps d’une jeune fille dans une poubelle. 
Il sera rapidement innocenté. Néanmoins, la situation va prendre une tournure pour le moins étrange. 
Le lendemain du meurtre, alors qu’il assiste avec son copain Alex à un défilé historico-folklorique Bone en voyant un cavalier passer avec la parade s’exclame spontanément : « c’est lui ! ». Il croit reconnaître en un magnat du pétrole, l’homme qui était au volant de la voiture qui s’est arrêté dans la ruelle du meurtre. 
Puis il se rétracte, mais pour Alex il est clair que cet homme est le coupable. 
À partir de cet instant Alex, vétéran du Vietnam qui porte les stigmates de cette guerre dans sa chaire : il est borgne, manchot et unijambiste ; et dans sa tête ça ne va pas beaucoup mieux, donc cet homme animé de ce qui apparaît être un très fort comportement autodestructeur (voire destructeur) va s’ingénier à trouver des éléments qui penchent en faveur de la culpabilité de ce ponte de l'industrie pétrolière. 

Ce qui fait l’intérêt de Cutter’s Way d'Ivan Passer c’est d’une part l’interprétation des trois premiers rôles : Richard Bones alias Jeff Bridges excellent, Alex Cutter interprété de façon magistrale par John Heard et enfin Lisa Eichhorn dans le rôle de l’épouse d’Alex, Maureen « Mo » Cutter
Parallèlement à cette interprétation de très haut niveau, l’intérêt réside aussi dans l’ambiance générale du film.  
À aucun moment le spectateur ne voit l’homme qui sort de la voiture et qui est sensé avoir tué la jeune fille, tout le récit de cette « enquête » est dés lors basé sur les idées et la détermination d’Alex
Ce qui donne une ambiance entre paranoïa et folie. Une atmosphère que je qualifierai d’inquiétante étrangeté. Cette expression doit être entendue ici comme la sensation que quelque chose dépasse le « héros » (Richard Bone) et le spectateur, une situation où un autre (Alex Cutter ?) impose sa volonté – tantôt ressenti comme de la clairvoyance, tantôt comme l’extrémité d’une volonté autodestructrice - insinuant l’angoisse, le malaise.
Un film captivant et éprouvant.
Éprouvant car malgré la folie (?) d'Alex, malgré la désinvolture de Richard et l'apparente passivité destructrice de Mo, je me suis attaché à ces trois personnages ; et vous vous en doutez, ce dont on est sûr avec la vie c'est que personne n'en sort vivant. [-_ô]

Commentaires

  1. Un film rare, méconnu (au même titre que son auteur, d'ailleurs) et pourtant bouleversant. La séquence "western" à la fin éclaire le film d'une sorte de mélancolie, propre à la fin d'un certain "héroïsme" ou même de sa possibilité.
    Encore une fois, merci d'avoir joué les "passeurs" (jeu de mots !!) sur ce coup...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …