Accéder au contenu principal

Predestination (Michael & Peter Spierig)

« Pour sa dernière mission un agent temporel doit capturer un dangereux criminel », tel est le résumé succinct de Predestination, une réalisation des frères Spierig (dont j'avais bien aimé Daybreakers, déjà avec Ethan Hawk) ; un film de science-fiction plutôt astucieux.
Lequel s'inspire d'une nouvelle de Robert A. Heinlein.
L'un des intérêts des films utilisant les voyages dans le temps, c'est de voir comment le scénariste va s'affranchir des paradoxes inhérents, et quasiment incontournables, à ce type d'intrigue.
Ici, Michael et Peter Spierig (bien aidés par Heinlein of course) livrent une histoire très bien ficelée et captivante, à l’atmosphère un brin oppressante.


       Luc Boltanski propose d'opérer une distinction, fondamentale à ses yeux, entre la réalité et le monde
La première renvoie à ce que chacun se représente comme étant « normal », autrement dit une situation tissée d'évidences ; mais qui résulte en fait d'une construction sociale cadrée par les institutions. Ou dit autrement : une sélection dans l'immensité des possibles qu'offre le monde (voir infra), de certains éléments organisés en fonction de formats préétablis. Alors que le second, le monde, désigne tout ce qui arrive : le flux de la vie, incertain par nature, qui se manifeste sans formatage préalable et échappe à tout projet de connaissance totale.
Ceci étant dit, la réalité que nous connaissons, ou plutôt que nous avons connue, ici les années 1980, est légèrement différente de celle des protagonistes de Predestination (du fait même de l'invention du voyage dans le temps) ; et cette « divergence » est fort bien amenée, tout en douceur.
L'interprétation et la mise en scène plutôt sobre, est aussi à la hauteur de cette ingénieuse histoire de Sf, et somme toute vraiment iconoclaste.


En conclusion, Predestination est un un film tout à fait recommandable !

Commentaires

  1. J'aime beaucoup le cinoche de genre australien, et les Spierig en sont de bons représentants actuels. Même s'ils ne sont pas sans défauts, j'avais bien aimé leurs deux premiers films. Et comme j'ai l'impression qu'ils s'améliorent à chaque film, je devrais prendre encore plus de plaisir avec "Prédestination"....

    Et merci pour la nouvelle, Artie !

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …