Accéder au contenu principal

Predestination (Michael & Peter Spierig)

« Pour sa dernière mission un agent temporel doit capturer un dangereux criminel », tel est le résumé succinct de Predestination, une réalisation des frères Spierig (dont j'avais bien aimé Daybreakers, déjà avec Ethan Hawk) ; un film de science-fiction plutôt astucieux.
Lequel s'inspire d'une nouvelle de Robert A. Heinlein.
L'un des intérêts des films utilisant les voyages dans le temps, c'est de voir comment le scénariste va s'affranchir des paradoxes inhérents, et quasiment incontournables, à ce type d'intrigue.
Ici, Michael et Peter Spierig (bien aidés par Heinlein of course) livrent une histoire très bien ficelée et captivante, à l’atmosphère un brin oppressante.


       Luc Boltanski propose d'opérer une distinction, fondamentale à ses yeux, entre la réalité et le monde
La première renvoie à ce que chacun se représente comme étant « normal », autrement dit une situation tissée d'évidences ; mais qui résulte en fait d'une construction sociale cadrée par les institutions. Ou dit autrement : une sélection dans l'immensité des possibles qu'offre le monde (voir infra), de certains éléments organisés en fonction de formats préétablis. Alors que le second, le monde, désigne tout ce qui arrive : le flux de la vie, incertain par nature, qui se manifeste sans formatage préalable et échappe à tout projet de connaissance totale.
Ceci étant dit, la réalité que nous connaissons, ou plutôt que nous avons connue, ici les années 1980, est légèrement différente de celle des protagonistes de Predestination (du fait même de l'invention du voyage dans le temps) ; et cette « divergence » est fort bien amenée, tout en douceur.
L'interprétation et la mise en scène plutôt sobre, est aussi à la hauteur de cette ingénieuse histoire de Sf, et somme toute vraiment iconoclaste.


En conclusion, Predestination est un un film tout à fait recommandable !

Commentaires

  1. J'aime beaucoup le cinoche de genre australien, et les Spierig en sont de bons représentants actuels. Même s'ils ne sont pas sans défauts, j'avais bien aimé leurs deux premiers films. Et comme j'ai l'impression qu'ils s'améliorent à chaque film, je devrais prendre encore plus de plaisir avec "Prédestination"....

    Et merci pour la nouvelle, Artie !

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®