Accéder au contenu principal

Une Étude en vert / A Study in emerald

••• Une étude en vert c'est la tentative de Neil Gaiman d'écrire une nouvelle s'inspirant de l'univers Wold Newton (créé au départ par Philip José Farmer).
Commandée pour l'anthologie de Michael Reaves (en collaboration avec John Pelan) : Shadows over Baker Street, cette nouvelle devait être « un récit où Sherlock Holmes rencontre l'univers de H. P. Lovecraft ». Toutefois Neil Gaiman tout en acceptant cette contrainte, savait qu'il y avait une aporie : comment réunir deux univers si diamétralement opposés ?
D'un côté celui de Holmes absolument rationnel, voué aux solutions ; de l'autre celui de Lovecraft si totalement irrationnel, mystérieux et si dangereux pour la santé mental des protagonistes ...... et des lecteurs.
Illustration Yuko Shimizu
« I saw but did not observe »

       Dire que Neil Gaiman s'en tire haut main est un euphémisme ; non seulement cette nouvelle est une belle réussite, mais en plus elle a un effet Kisscool©.
Je me suis surpris ce matin à repenser à ma lecture de la veille et à me rendre compte que tel ou tel passage m'avait échappé, pas le passage en tant que tel bien sûr, mais sa ... disons signification.
Car vous l'avez compris cette nouvelle est un petit bijou de finesse et d'intelligence.
Toutefois une connaissance de ces deux auteurs est un préalable nécessaire & indispensable, me semble-t-il.
On la trouve traduite en français par Michel Pagel dans le recueil Des Choses fragiles. Je propose en illustration l'une des couvertures des éditions anglo-saxonnes, celle dessinée par Yuko Shimizu (que j'aime beaucoup) qui est également le cover artist de la série The Unwritten (que j'aime beaucoup également,voir ici).

Vous pouvez lire cette nouvelle si le cœur vous en dit, dans sa langue d'origine en cliquant ici, elle y est présentée sous la forme d'un feuilleton paru dans un journal, et c'est très réussi.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…