Accéder au contenu principal

CLA$$WAR (Rob Williams/Trevor Hairsine/Travel Foreman)

... CLA$$WAR est une série de 6 comic books publiés par Com.X une maison d'édition britannique.
Elle met en scène des super-humains travaillant pour le gouvernement américain ; au même moment ou à peu près Marvel lancera la série The Ultimates où les membres de cette équipe (une version des Avengers) sont aux ordres du gouvernement U.S, et de son côté DC Comics publiera Stormwatch : Team Achilles (septembre 2002).
L'équipe de CLA$$WAR dont le patronyme est Enola Gay, tout un programme, progresse sur le même sentier de dépendance que les deux autres séries citées, à savoir celui inauguré par des séries telles que Watchmen, Marshal Law ou encore L'Escadron Suprême.
Des séries qui se proposent de réfléchir à ce que représenterait la présence de méta-humain dans une réalité comme la notre en poussant l'idée le plus loin possible. 
Ce qui rattachent ces trois séries c'est qu'en définitive s'il y avait des super-humains dans notre réalité ils seraient d'une manière ou d'une autre, rattachés au gouvernement d'un pays. Soit parce qu'ils en seraient le produit comme dans CLA$$WAR, soit parce qu'il n'aurait pas le choix comme dans The Ultimates (si mes souvenirs sont bons), soit parce qu'ils seraient un contre-pouvoir aux méta-humains comme dans le cas de  Stormwatch : Team Achilles.  
Rob Williams le scénariste de la série ajoute en quelque sorte une annexe à l'opération Paperclip qui débouche sur la production de super-humains. 
La série met en scène l'un des membres de l'équipe Enola Gay qui se pose des questions sur la nature des opérations dans lesquelles certains de ses collègues sont impliqués. Il est en outre renseigné par une barbouze sur les agissement du gouvernement à ce sujet.
Il est à noter que lors de la publication en recueil des 6 numéros (en 2 x 3) Rob Williams a ajouté 8 pages d'introduction (qui ne sont donc pas dans la version française publiée par l'éditeur Delcourt) et qui clarifie la situation vis-à-vis de ce personnage, et offre un peu plus de caractérisation quant aux personnages principaux.
Car il faut bien le dire, si ces six revues forment une histoire, elles devaient être suivies par d'autres numéros. 
Ce qui ne sera certainement pas le cas à l'heure actuelle, et c'est bien dommage tant CLA$$WAR recèle un beau potentiel tant en terme d'histoire(s) que de personnages.
Rob Williams est plutôt à l'aise avec cette histoire de politique fiction, même s'il est desservi par un changement de dessinateur au style assez opposé : Trevor Hairsine et Travel Foreman.     
Malgré ces deux écueils, CLA$$WAR mérite d'être découverte ou redécouverte au moment où son scénariste fait un très beau départ avec la nouvelle série dédiée au Martian Manhunter chez DC Comics.
Cette série s'inscrit dans la veine de Stormwatch : Team Achilles ou encore de The Authority par exemple voire de Justice League Elite, et du dessin animé qui s'en inspire.
Si vous avez aimé il y a des chance que vous aimiez aussi CLA$$WAR (chez Delcourt pour la V.F, traduction de Nick Meylaender).

Pour ma part j'ai commencé The Royals : Masters of War du même scénariste et j'ai également commandé The Ten Seconders, tout en lisant avec beaucoup de plaisir la série Martian Manhunter.
Tout ça pour dire que j'ai été séduit par ce scénariste.

Le serez-vous aussi ?

Commentaires

  1. Je ne doute pas que ce soit intéressant mais je dois dire que je me lasse de ces séries au ton cynique qui, me semblent-il, creusent le sillon d'Alan Moore et de son Watchmen. Certes, il y a quelques réussites mais j'ai le sentiment qu'on a fait le tour de la question. Alan Moore lui-même s'était mis à rechercher le sense of wonder après avoir lancé cette vague de comic books "réalistes". Contrairement à M. Dionnet, je ne pense pas que Watchmen apporte une conclusion à une évolution du genre super-héros, mais un aboutissement à cet démarche réaliste. Reste à revenir au merveilleux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas tout à fait d'accord. Déjà Moore (et d'autres que je cite) travaille aussi à partir de ce qui a été produit dans les années 70. Ensuite ce n'est pas tant de creuser un sillon que de proposer à partir d'un "moment" quelque chose sans en être la copie mais de le "dépasser". L'aufhebung (conserver/dépasser) hégelien en quelque sorte ; donc de proposer quelque chose d'autre. Les histoires racontées ne sont pas réalistes, ni cyniques mais dans le meilleur des cas tragiques (J'entends par tragique, que le tragique voit la réalité telle qu'elle est). [-_ô]
      Reste que Classwar est une petite série bien sympa avec beaucoup de potentiel.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …