Accéder au contenu principal

Howard the Duck n°1 (version québécoise) Gerber & Brunner

Howard the Duck, la création de Steve Gerber & Val Meyerik au détour d'un épisode de Man-Thing (Giant-Size Man-Thing v.01 #04) a eu sa propre série dans les années 70 bien que le sort se soit acharné sur le palmipède à cigare.
Ainsi Roy Thomas, qui n'aimait pas le personnage avait demandé à Gerber de s'en débarrasser, Howard avait aussi provoqué l'ire de Disney et il a alors fallu le doter d'une paire de pantalons, plus tard Steve Gerber est entré en procès avec Marvel à son sujet ; et malgré toutes ces avanies Howard the Duck a fait son chemin dans le monde de la bande dessinée et même dans celui du strip de presse.
Gerber lui a même créé des avatars (dont l'un a été dessiné par Jack kirby en personne), et il est indéniable que Cerebus l’oryctérope de Dave Sim lui doit quelque chose.
Récemment, en Mars 2015, une nouvelle série a vue le jour sous les auspices de Chip Zdarsky & Joe Quinones toujours chez Marvel.
D'autre part, une réédition de ses premières aventures a été publiée en juillet 2015, du moins une première partie de ses aventures, dans un recueil devenu de fait pécuniairement plus accessibles que ce qui était disponible jusqu’alors.
Chris Bachalo/Generation X n°3
Toutefois, hormis une apparition remarquée (?) dans les aventure de Miss Hulk, un passage chez Generation X, ou la série Marvel Zombies,  Howard the Duck n'avait pas eu l'heur d'avoir ses aventures publiées en français.
Du moins de ce côté-ci de l'Atlantique car, nos cousins québécois ont eu droit aux aventures signées Steve Gerber & Frank Brunner grâce à l'éditeur Héritage.
Du moins à quelques unes des aventures.

Ainsi d'une manière cocasse mais pas si dénuée de sens que ça, Howard a pris place en back-up (série de complément) des magazines consacrés à Shang-Chi le Maître du Kung Fu, pas si dénuée de sens disais-je car Howard est aussi le maître du Quack Fu !

Mais trêve de bavardage, je suis fier de vous proposer le premier épisode d'Howard the Duck en version québécoise ou plutôt Howard le Canard, je remercie avec chaleur les amis de La Belle province et ceux de l’Hexagone qui m'ont permis de réaliser un souhait depuis (trop ) longtemps différé [-_ô]. 










Commentaires

  1. Je me suis justement procuré ce mois-ci le premier tome de la nouvelle intégrale U.S.
    Dès que j'aurai lu ce premier épisode en V.O., je ferai une pitite comparaison avec ce que tu nous proposes...

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®