Accéder au contenu principal

Superposition [David Walton/Éric Holstein]

« [..] un thriller quantique à la mécanique implacable, qui tient en haleine jusqu’à la dernière page.» selon ActuSF son éditeur français. Du moins l'un de ses éditeurs, puisque Superposition verra les éditions FOLIO l’intégrer cette année, à leur collection. Avec toujours une postface de Roland Lehoucq, amateur de SF et surtout pour le coup, scientifique multicapé.  FOLIO garde aussi, si j'ai bien compris, la traduction d'Éric Holstein.
Or donc, quel meilleur moment pour lire ce roman que celui où il connaitra (mais pas encore tout à fait) lui-même une sorte de superposition éditoriale.

Au-delà de cette fantaisie, et malgré la postface scientifique éclairante (mais abstruse) de Roland Lehoucq, Superposition peine à convaincre. Oscillant et là ce n'est plus seulement une figure de style, entre le très commun et quelques bonnes idée. Sans être ennuyeux, il m'a cependant fallu attendre la fin du 37ème chapitre (sur 41) et son suivant pour que l'idée à la base du roman finisse par accoucher d'autre chose que d'un thriller somme tout assez commun. Si Walton avait développé plus tôt cette interaction quantique, si j'ose dire, son histoire aurait pu ( mon avis) prendre un tournant beaucoup plus haletant et intéressant.

Dans un entretien accordé à ActuSF [Pour en savoir +] David Walton déclare : « Cette idée [La superposition] permet d’introduire de nombreux questionnements sur l’identité et les choix que l’on fait, en plus d’être un point de départ excitant. ». Je ne mets pas en doute le point de départ excitant, c'est lui qui m'a convaincu de dépenser 10,99 € pour lire la version numérique du roman (sans DRM, faut-il le préciser), mais les nombreuses questions sur l'identité ne prennent leur ampleur qu'à la presque toute fin de l'histoire. Un tantinet frustrant.   
D'autant qu'une bonne partie du récit est consacrée à nous raconter un procès, dont on voit venir de loin le basculement, plutôt étonnant, et que David Walton n'en fait rien. Encore plus frustrant que le procès lui-même.

••• En conclusion Superposition est en effet un thriller, qui pourra pour les béotiens dans mon genre transformer la physique quantique en une forme de magie (malgré la postface tout entière consacrée à nous expliquer ce qu'elle est) , dont l’absence de limites risque de faire s’effondrer leur suspension volontaire d'incrédulité. Il a cependant pour lui quelques éclaires d'imagination inspirées, et un « méchant » dont les aspirations emporte l'adhésion.

Un ou deux petits ratés de probabilité qui en définitive l'empêche de basculer du côté des romans dont on ne pourrait dire que le plus grand bien.     

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …