Accéder au contenu principal

MACNO [Consciences Virtuelles] Ayerdhal

••• En 1997, à la 24ème Convention Nationale de Science-Fiction, qui se déroulait alors à Nancy, le bruit courait que Raymond Audemard (un auteur connu notamment pour avoir écrit sous le pseudonyme maison des Blade, le voyageur de l'infini [Pour en savoir +]) recrutait des auteurs pour une nouvelles collection de SF. Chaque volume devait y être écrit par un auteur différent :
Au sein d'un univers non partagé, symboliquement situé en 2068, les auteurs en question devaient mettre en scène un héros récurrent. Celui-ci, SF oblige, était une I.A., baptisée MACNO. Autrement dit : Magasin des Armes, Cycles et Narrations Obliques ; tout en évoquant aux plus férus d'Histoire, le célèbre communiste libertaire Nestor Makhno.
 Tout un programme, si j'ose dire.

        Commandée par les éditions Baleine, MACNO devait être le pendant science-fictif de leur tête de pont, le détective privé libertaire Gabriel Lecouvreur alias Le Poulpe. Comme leur collection « Van Helsing  » [Pour en savoir +], investissait quant à elle, le quadrant fantastique de la littérature de genre 

Un report plus tard, Raymond Audemard ayant quitté l'aventure éditoriale, c'est Ayerdhal que nous retrouvons aux commandes du premier tome de la série. Charge à lui de planter le décor, dont la bible dit clairement : « En 2068, quelque chose qui est probablement une intelligence artificielle fout le bordel. Elle peut se placer au service de gens qui ont des question à poser ou des choses à remuer », c’est tout et c’est très libre ajoute Ayerdhal.  
Jean-Bernard Pouy figure incontournable du polar français, cheville ouvrière et cocréateur du Poulpe, qui a également lancé l'idée de MACNO renchérit : « Je serais moins présent. Les auteurs, tous des plumes confirmées, disposeront d'une plus grande liberté (que sur Le Poulpe) ». 
On est libertaire, ou on ne l'est pas !

Je précise cependant, que la série Le Poulpe, du temps où Pouy présidait à la sélection des manuscrits, avait la réputation de ne justement pas faire de sélection, et de tout publier. On peut donc légitimement penser qu'avec MACNO nous sommes face à une Liberté Augmentée™. La réalité sera elle, plus cruelle.

En deux ans (janvier 1998 - octobre 1999), la collection MACNO publiera 15 titres, avec des auteurs du calibre de Philippe Curval, Claude Ecken, Roland C. Wagner, et d'autres peut-être moins connus, comme Francis Mizio, dont j'ai dit tout le bien que je pensais de son roman Domo Dingo [Pour en savoir +].

••• Conscience virtuelles, le premier tome de la série s'intéresse plus particulièrement à l'émergence de MACNO. C'est dans ses pages qu'est relatée sa création. Et le moins que je puisse dire c'est que c'est un très mauvais départ.
Dans un entretien au sujet de ladite série, Ayerdhal prend soin de préciser : « Ce n'est pas cyber du tout et d'ailleurs je pense qu'aucun auteur ne travaillera dans ce sens. » et pour ceux qui à l'époque n'auraient pas bien compris : « Même des gens qui auraient des tendances, comme Roland C. Wagner, qui volontiers se laisserait aller dans ce genre de truc ne le fera pas, parce que ce n'est pas le propos. » Dont acte !

Mais justement, le propos, quel est-il ?

Car à part m'ennuyer pendant 150 pages, je n'ai rien trouvé qui vaille la peine d'être relevé. Et si les personnages n'arrivent pas à être aussi ennuyeux que l'histoire, il le doivent à leur inconsistance, ce qui a contrario n'augmente en rien l’intérêt de Consciences Virtuelles.

Reste que ce type de collection, qui finalement donne carte blanche aux auteurs, laisse la possibilité que l'un d'entre eux, voire plusieurs, tire de cette idée pas plus bête qu'une autre, une histoire distrayante. Ça n'a pas été le cas d'Ayerdhal, un romancier pourtant multi-récompensé.

MACNO : Consciences virtuelles, un roman qu'on peut ne pas lire.
Ce qui ne l'empêche pas de s'inscrire au Challenge Summer Short Stories of SFFF – saison4 !
   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Triple frontière [Mark Boal / J.C. Chandor]

En même temps qu'un tournage qui devait débuter en 2011, sous la direction de K athryn B igelow, Triple frontière se verra lié à une tripotée d'acteurs bankables : S ean P enn, J avier B ardem, D enzel W ashington. Et même T om H anks. À ce moment-là, le titre est devenu Sleeping dogs , et d'autres noms circulent ( C hanning T atum ou encore T om H ardy). Durant cette période de valses-hésitations, outre M ark B oal au scénario, la seule constante restera le lieu où devrait se dérouler l'action. La « triple frontière » du titre est une enclave aux confins du Paraguay , du Brésil et de l' Argentine , devenue zone de libre-échange et symbole d'une mondialisation productiviste à fort dynamisme économique. Le barrage d' Itaipu qui y a été construit entre 1975 et 1982, le plus grand du monde, produirait 75 % de l’électricité consommé au Brésil et au Paraguay . Ce territoire a même sa propre langue, le « Portugnol », une langue de confluence, mélange d

The Words

... The Words ( Les Mots ) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; D ennis Q uaid, J eremy I rons, J . K . S immons et B radley C ooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité.  Je m'explique. Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen , en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris , son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'

Wheelman [Frank Grillo / Jeremy Rush]

En partie produit, et surtout entièrement cornaqué par War Party™, la société de production de J oe C arnahan & de F rank G rillo, et magistralement interprété par ce dernier ; « Wheelman 2017 » repose sur la règle des 3 unités du théâtre dit classique :  • Unité temps : Une nuit.  • Unité d'action : Une attaque à main armée ne se déroule pas comme prévue.  • Unité de lieu : Une BMW E46  Autrement dit, 98% du film se déroule dans une voiture avec seulement F rank G rillo au volant et à l’écran. Son personnage n'interagit avec l'extérieur quasiment que via un téléphone portable.              Tourné à Boston en seulement 19 jours, pour un budget légèrement supérieur à 5 millions de dollars, « Wheelman » est, au moment des comptes, une péloche dégraissée et bien relevée.  D'entrée de jeu les premières minutes donnent le ton : « l'homme au volant » du titre a été embauché pour être chauffeur lors d'un braquage à main armée. Divorcé, sa fille adolescente, d