Accéder au contenu principal

Les Attracteurs de Rose Street [Lucius Shepard/Jean-Daniel Brèque]

••• Récit d'atmosphère (si j'ose dire), Les Attracteurs de Rose Street, traduit par Jean-Daniel Brèque pour l'excellente collection « Une Heure-Lumière » des éditions Le Bélial' est une novella très agréable à lire.

S'inscrivant dans le Londres très littéraire de la fin du XIXème siècle Les Attracteurs de Rose Street n'est pas sans rappeler Frankenstein ou le Prométhée moderne

En effet la novella de Lucius Shepard transforme un des motifs de la littérature fantastique en pur produit de science-fiction, à l'instar de l'ouvrage de Mary Shelley ; sorte de transition entre le gothique et la science-fiction. Pas étonnant que Les Attracteurs de rose Street contienne aussi quelques traces du genre initiè par Horace Walpole.

En outre, l'auteur apporte un soin particulier à ce que j'aime le plus dans les textes courts, la chute. Mais surtout, il montre une belle maestria lorsqu'il s'agit de donner vie à des personnages complexes, malgré la brièveté de son histoire. Et je l'ai dit en ouverture, un sens de la mise en scène saisissant.

••• Un très chouette récit, magnifié par la couverture d'Aurélien Police, qui a la chance de trouver une place dans cette très belle collection. Et l'un de mes préférés !
Je n'oublie pas de saluer le travail de Jean-Daniel Brèque sans qui cette si agréable lecture n'aurait pas pu avoir lieu. Or donc monsieur Brèque, merci pour ce moment©™.

(À suivre ....)  
Dernière ligne droite pour participer au Challenge 4F3S !       
________
D'autres avis sur Les Attracteurs de Rose Street :

Albedo [Pour en savoir +
L'épaule d'Orion [Pour en savoir +]

Commentaires

  1. Merci à toi. Jean-Daniel Brèque

    RépondreSupprimer
  2. Décidément, ce livre fait des émules, il me fait envie de par l'ambiance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais pas seulement.
      Il y a aussi tout un arrière-plan socio-historique (si je puis dire), qui sans avoir l'air d'y toucher devrait trouver une résonance certaine aujourd'hui.

      Bref très chouette novella.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Authority [Robbie Morrison / Frazer Irving / Dwayne Turner]

Après la fin de la série précédente qui n'en finissait plus d'arriver, les attentats du 11-Septembre et le faux départ d'un relaunch annoncé, par Brian Azzarello & Steve Dillon. Dans lequel, selon des rumeurs persistantes de l'époque, le clone de Jésus Christ aurait rejoint les rangs de l'équipe ; The Authority redémarre -enfin- sous la direction d'un scénariste inattendu : Robbie Morrison.
Recruté par Scott Dunbier, alors executive editor de WildStorm (un autre nom pour editor-in-chief), qui connaissait son travail pour l'hebdomadaire 2000 AD et le mensuel Judge Dredd Megazine, Robbie Morrison devient donc le nouveau scénariste de The Authority. Après Warren Ellis, Mark Millar et l'interim de Tom Peyer.
Nous sommes alors en 2003.

Si vous connaissez également son travail (Nikolai Dante, Shimura, La Mort blanche ou encore Bendatti Vendetta, pour n'en citer que quelques uns), vous savez donc que Robbie Morrison n'est pas du genre à réinventer la…

Les Chats du Louvre [Taiyô Matsumoto / Isabelle Merlet]

"Un musée, de nuit, on se croirait dans le ventre d’une baleine."
D’un partenariat scellé entre les éditions Futuropolis et le musée du Louvre s’est développée une collection atypique de bandes dessinées au fil des années au gré de l’inspiration d’auteurs venus d’orient comme d’occident. Le cadre de ces publications autorise aux auteurs conviés un accès privilégié pour visiter les galeries et les coulisses du Louvre, d’en arpenter couloirs et recoins de jour comme de nuit pour s’imprégner de l’atmosphère du musée. Empli des énergies qui parcourent les lieux, à charge de l’auteur d’imaginer un récit s’inscrivant au sein du décor fantasmatique louvresque. Après diverses publications, c’est au tour de Taiyô Matsumoto de se voir offrir l’opportunité de s’aventurer dans « le ventre de la baleine » avec son nouveau manga Les chats du Louvre. Initialement publié en deux tomes en noir et blanc, ce récit a été complété d’une édition intégrale parée de couleurs réalisées pour l’occas…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…