Accéder au contenu principal

Une Heure-Lumière, Hors-série 2018 [Le Bélial']

••• Proposé gratuitement dans le cadre d'une opération promotionnelle : pour deux titres achetés entre le 6 septembre 2018 et le 31 octobre de la même année, hors numérique, de la collection « Une Heure-Lumière » de l'éditeur Le Bélial', [Pour en savoir +], ce hors-série met les petits plats dans les grands.

Sous une magnifique couverture d'Aurélien Police, l'artiste qui à mon avis doit garantir une bonne partie des ventes de ladite collection, ce hors-série propose un éditorial d'Olivier Girard, big boss des éditions en question, un entretien avec -justement- Aurélien Police, une nouvelle inédite en français de Ken Liu, et bien entendu le catalogue de la collection. 
Lequel est agrémenté pour presque chacun des 16 titres parus d'un « blurb » venu d'une critique d'un blogueur ou d'une blogueuse, non professionnel. Une plutôt belle idée.
Tout comme cette collection d'ailleurs, qui présente la particularité d'être consacrée à des textes courts, entre disons la nouvelle et le roman, qu'on appelle généralement des novella. Un sujet qui occupe par ailleurs, une grande partie de l'éditorial d'Olivier Girard qui ouvre ce hors-série, en plus de revenir sur la genèse de la collection.

Mené par Erwan Perchoc, l'une des chevilles ouvrière de la maison d'édition, sise à Saint Mammès (77), la rencontre avec Aurélien Police est très intéressante. Et salutaire.

En effet, on n'accorde pas assez d'espace, à mon avis, dans le monde de l'édition, à deux importants acteurs, souvent relégués aux seconds rôles quand ce n'est tout simplement pas à de la figuration : les auteur des couvertures, et les traducteurs. 

Et comme de bien entendu, ce sont les éditions qui en font le plus de ce côté-là qui se distinguent encore et toujours.

Or donc, puisque j'en parle, la traduction du court texte de Ken Liu est de Pierre-Paul Durastanti, lui aussi l'un des piliers du Bélial'. « Sept anniversaires », puisque c'est le titre de ladite nouvelle, tout en me laissant sur ma faim, m'a complétement captivé tout du long. Et ce n'est pas rien de la part d'un écrivain, que de réussir à passionner un lecteur avec un texte qui est aux antipodes de ses attentes. Sans parler de la fin, que je n'ai pas comprise. 
C'est dire le talent de Liu (et de son traducteur).

D'une certaine manière « Sept anniversaires » synthétise ce que je pense de la collection. Sur les 16 volumes parus j'en ai lus pour l'instant huit. Et sur ces 8 histoires seules quatre m'ont vraiment plu. Toutefois je sais que je lirai les autres, et les suivantes, car cette collection est d'abord une excellente idée. En plus de proposer, notamment dans leur version numérique un prix très attractif : 4,99 € (9,90 € pour l'édition papier, souvent agrémenté d'un marque-page).

Tout comme Ken Liu, qui m'a suffisamment marqué avec « L'Homme qui mit fin à l'histoire », sixième titre de la collection, que même la sévère déception de « Le Regard  » (9ème), n'a pas entamé mon intérêt pour cet auteur.    

En d'autres termes les quelques déceptions rencontrées en lisant Ken Liu ou la collection« Une Heure-Lumière » ne sont rien en comparaison des satisfaction que l'une et l'autre m'ont apportées. D'autant que ni les écrits de Liu, ni la collection du Bélial' ne me sont directement adressés. 

••• En dernière instance, je recommande ce hors-série à tous ceux qui connaissent la collection (même si je sais que ce n'est pas nécessaire). Et à ceux qui ne la connaissent pas, je conseille de franchir le pas avec cette offre découverte, qui pour le coup propose un cadeau de bienvenue, qui n'a rien d'un gadget ou d'un fond de tiroir. 

Et si j'avais deux titres à proposer, pour formaliser la commande, rappelez-vous : le hors-série est offert pour l'achat de deux titres ; mon choix se porterait bien évidemment sur les titres que j'ai aimés : « L'Homme qui mit fin à l'histoire » de Ken Liu donc (traduit par Pierre-Paul Durastanti), sur « La ballade de Black Tom » de Victor Lavalle (traduit par Benoît Domis, longtemps rédacteur en chef de la revue Ténèbres [Pour en savoir +]), sur « Dragon » de Thomas Day qu'on ne présente plus [Pour en savoir +] ou l'un des tout derniers, « Les Attracteurs de Rose Street » de Lucius Shepard (traduit par Jean-Daniel Brèque, traducteur multi-capé, dont les efforts pour faire connaître Poul Anderson en France, via notamment Le Bélial', ou sa collection « Baskerville » [Pour en savoir +] placent durablement du bon côté de la Force).   
_________
D'autres avis sur ce hors-série :

L'épaule d'Orion [Pour en savoir +
Apophis [Pour en savoir +]

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…