Accéder au contenu principal

Une Heure-Lumière, Hors-série 2018 [Le Bélial']

••• Proposé gratuitement dans le cadre d'une opération promotionnelle : pour deux titres achetés entre le 6 septembre 2018 et le 31 octobre de la même année, hors numérique, de la collection « Une Heure-Lumière » de l'éditeur Le Bélial', [Pour en savoir +], ce hors-série met les petits plats dans les grands.

Sous une magnifique couverture d'Aurélien Police, l'artiste qui à mon avis doit garantir une bonne partie des ventes de ladite collection, ce hors-série propose un éditorial d'Olivier Girard, big boss des éditions en question, un entretien avec -justement- Aurélien Police, une nouvelle inédite en français de Ken Liu, et bien entendu le catalogue de la collection. 
Lequel est agrémenté pour presque chacun des 16 titres parus d'un « blurb » venu d'une critique d'un blogueur ou d'une blogueuse, non professionnel. Une plutôt belle idée.
Tout comme cette collection d'ailleurs, qui présente la particularité d'être consacrée à des textes courts, entre disons la nouvelle et le roman, qu'on appelle généralement des novella. Un sujet qui occupe par ailleurs, une grande partie de l'éditorial d'Olivier Girard qui ouvre ce hors-série, en plus de revenir sur la genèse de la collection.

Mené par Erwan Perchoc, l'une des chevilles ouvrière de la maison d'édition, sise à Saint Mammès (77), la rencontre avec Aurélien Police est très intéressante. Et salutaire.

En effet, on n'accorde pas assez d'espace, à mon avis, dans le monde de l'édition, à deux importants acteurs, souvent relégués aux seconds rôles quand ce n'est tout simplement pas à de la figuration : les auteur des couvertures, et les traducteurs. 

Et comme de bien entendu, ce sont les éditions qui en font le plus de ce côté-là qui se distinguent encore et toujours.

Or donc, puisque j'en parle, la traduction du court texte de Ken Liu est de Pierre-Paul Durastanti, lui aussi l'un des piliers du Bélial'. « Sept anniversaires », puisque c'est le titre de ladite nouvelle, tout en me laissant sur ma faim, m'a complétement captivé tout du long. Et ce n'est pas rien de la part d'un écrivain, que de réussir à passionner un lecteur avec un texte qui est aux antipodes de ses attentes. Sans parler de la fin, que je n'ai pas comprise. 
C'est dire le talent de Liu (et de son traducteur).

D'une certaine manière « Sept anniversaires » synthétise ce que je pense de la collection. Sur les 16 volumes parus j'en ai lus pour l'instant huit. Et sur ces 8 histoires seules quatre m'ont vraiment plu. Toutefois je sais que je lirai les autres, et les suivantes, car cette collection est d'abord une excellente idée. En plus de proposer, notamment dans leur version numérique un prix très attractif : 4,99 € (9,90 € pour l'édition papier, souvent agrémenté d'un marque-page).

Tout comme Ken Liu, qui m'a suffisamment marqué avec « L'Homme qui mit fin à l'histoire », sixième titre de la collection, que même la sévère déception de « Le Regard  » (9ème), n'a pas entamé mon intérêt pour cet auteur.    

En d'autres termes les quelques déceptions rencontrées en lisant Ken Liu ou la collection« Une Heure-Lumière » ne sont rien en comparaison des satisfaction que l'une et l'autre m'ont apportées. D'autant que ni les écrits de Liu, ni la collection du Bélial' ne me sont directement adressés. 

••• En dernière instance, je recommande ce hors-série à tous ceux qui connaissent la collection (même si je sais que ce n'est pas nécessaire). Et à ceux qui ne la connaissent pas, je conseille de franchir le pas avec cette offre découverte, qui pour le coup propose un cadeau de bienvenue, qui n'a rien d'un gadget ou d'un fond de tiroir. 

Et si j'avais deux titres à proposer, pour formaliser la commande, rappelez-vous : le hors-série est offert pour l'achat de deux titres ; mon choix se porterait bien évidemment sur les titres que j'ai aimés : « L'Homme qui mit fin à l'histoire » de Ken Liu donc (traduit par Pierre-Paul Durastanti), sur « La ballade de Black Tom » de Victor Lavalle (traduit par Benoît Domis, longtemps rédacteur en chef de la revue Ténèbres [Pour en savoir +]), sur « Dragon » de Thomas Day qu'on ne présente plus [Pour en savoir +] ou l'un des tout derniers, « Les Attracteurs de Rose Street » de Lucius Shepard (traduit par Jean-Daniel Brèque, traducteur multi-capé, dont les efforts pour faire connaître Poul Anderson en France, via notamment Le Bélial', ou sa collection « Baskerville » [Pour en savoir +] placent durablement du bon côté de la Force).   
_________
D'autres avis sur ce hors-série :

L'épaule d'Orion [Pour en savoir +
Apophis [Pour en savoir +]

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …