Accéder au contenu principal

Carnaval [Ray Celestin / Jean Szlamowicz]

1919, la Nouvelle-Orléans, un fait divers criminel non résolu, il n'en fallait pas plus à Ray Celestin pour écrire un excellent roman policier.
Enfin si.

       Contacté par un ami pour une idée de film sur une affaire de serial killer non résolue des années 1930, laquelle s'était déroulée dans la ville de Cleveland aux U.S.A., Ray Celestin s'aperçoit que ce qu'il pensait être une idée originale, fait déjà l'objet d'un projet de film. 
Abandonnant cette idée, mais toujours motivé pour écrire sur les tueurs en série, l'auteur en devenir opte pour le « tueur à la hache », lequel a perpétré ses crimes à la Nouvelle-Orléans entre mai 1918 et octobre 1919.  

Cette affaire, dont l'enquête n'a pu ni identifier l'auteur ni ses motivations, est un formidable exhausteur d'imagination pour Ray Celestin, un axe (sans mauvais jeu de mots) autour duquel s'articule deux ingrédients majeurs : le jazz et la mafia. Lesquels deviendront son fil conducteur de ce qu'il envisage maintenant comme une tétralogie. 

Le bilan de ce premier roman est déjà très prometteur, mais le jeune romancier y ajoute la très bonne idée de s'inspirer d'une nouvelle de l'auteur japonais Ryūnosuke Akutagawa, intitulée en français  « Dans le fourré ». Parue au début des années 1920, elle est devenue depuis un modèle, un canevas narratif assez prisé, dont l'expression la plus connue est certainement le film d'Akira Kurosawa connu sous le titre de « Rashōmon »

Ray Celestin reprend donc l'idée de points de vue multiples, au travers d'enquêtes menées par trois personnages différents sur le tueur à la hache. Le point important est que s'ils peuvent se connaître (mais pas forcément), ils ne s'échangent pas leur progrès, ni leur conclusion.

Autre atout, et non des moindres, tout le roman baigne dans l'ambiance du jazz naissant, et du folklore lié à cette ville si atypique des États-Unis où il se déroule.  

       Très joliment traduit par Jean Szlamonicz pour les éditions Le Cherche midi™, sous le titre de « Carnaval » en lieu et place de « The Axeman's Jazz », ce roman en raconte bien plus que ce qu'on pourrait croire, grâce à ses trois principaux protagonistes, et son tueur en série bien loin du cliché habituel. 
Instantané d'une époque autant que solide roman policier,  « Carnaval » est une réussite à tout point de vue. D'autant qu'il en propose plusieurs.

Et la promesse d'une tétralogie indispensable.

(À suivre ....    

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®