Accéder au contenu principal

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

       Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.
    
Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses précédentes aventures ne vous gâchera en rien la lecture de celle-ci.

Outre un préambule de 5 pages écrit par Robbie Thompson et dessiné par Niko Henrichon, et qui nous dit tout ce qu'on doit savoir, Donny Cates en enfant de la balle qui connaît ses classiques, permet à quiconque, grâce à la limpidité de son histoire, de facilement s'y retrouver, sans jamais alourdir son scénario.
Aidé par Gabriel Hernández Walta au dessin, une plus-value incontestable, « Le dieu de la magie », titre du présent recueil, permet un nouveau départ au rythme du canon pyrotechnique et pugilistique qui caractérise le genre.  
Et qui pour le coup, doit une fière chandelle à John Wick.   
       Jamais ennuyeux, ce récit coche donc toutes les cases nécessaires pour un achat qu'on ne regrettera pas. 

Donny Cates a en effet bien fait ses devoirs. Il sait où en est le personnage principal de la série, et connaît manifestement bien le reste de l'écurie Marvel pour que les invités jouent leur partition respective sans jamais apparaître déplacés.
Gabriel Hernández Walta est une valeur sûre, et on peut le constater facilement en voyant qu'il est aussi à l'aise quelque soit les situations dans lesquelles se trouvent les personnages.
Habile, il sait rendre compte de leur psychologie grâce à des visages très expressifs et un langage corporel dont il n'a plus rien à apprendre. Et qui pourrait facilement se passer de dialogues.   
Jordie Bellaire ajoute son talent de coloriste au sentiment de satisfaction général.

       Au final, ce premier tome de l'ère Legacy©, intitulé pour la traduction française, par Nicole Duclos, « Le dieu de la magie », réussi la gageure de mettre une centaine de planches à nous raconter l'énième nouveau départ d'une série d'une manière captivante (et souvent amusante), quand bien même celle-ci aurait pu être bien plus courte, et que ce n'est pourtant pas la première fois qu'on y assiste. 
Abracadabra !  

Commentaires

  1. Vil tentateur ! Pour l'instant, je n'ai pas cédé à l'envie de ce Docteur Strange, bien que j'apprécie beaucoup l'écriture de Donny Cates pour Venom et que je me suis bien amusé à lire Cosmic Ghost Rider. Je vais donc sûrement tenter sa saison des Gardiens de la Galaxie.

    Résister, je le dois... Faible, je suis...

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®