Accéder au contenu principal

La guerre sans fin t1 : Paria [Jamie Sawyer / Florence Bury]

Le pari, sous-jacent, de la première trilogie [Pour en savoir +] est encore une fois remporté par Jamie Sawyer. Nous faire nous intéresser au sort de personnages qui disposent, pour leurs missions militaires, de corps de rechange, n'est en effet pas une mince affaire. 

« Nous ne savons pas ce qui nous arrive, et c’est précisément ce qui nous arrive. » Ortega y Gasset

       Ce premier tome dont il est question ici, participe d'un prolongement dans un futur proche, des mésaventures de l'Alliance commencé avec l'arc précédent, intitulé « Lazare en guerre ».
Quelques années après la fin du troisième tome de ladite trilogie (voir le lien), on retrouve de nouveau Keira Jenkins, promue chef de groupe SimOps™.
Cependant les temps ont changé, et c'est au milieu d'une paix fragile avec les Krells que devront s'aguerrir les « Chacals de Jenkins ».

Toujours écrit les dents serrées et un doigt sur la détente, « Paria », sous-titre que l'on aurait tout aussi bien pu mettre au pluriel, n'a pas d'effet de déjà-vu avec les aventures précédemment publiées de Conrad Harris alias Lazare
Jamie Sawyer donne à sa bleusaille suffisamment de caractères distinctifs pour qu'on ne reste pas que sur un intérêt poli, avant de nous asséner la surprise du chef.
En sus, sa science du « pay-in / pay-off » fait joliment cogiter ; alors qu'un sentiment paranoïaque s’appesantit de plus en plus lourdement au fil des 432 pages traduites par Florence Bury.  
Si le cliffhanger final ne fera que peu de prisonniers chez les lecteurs, le vrai coup de grâce viendra avec l'excellent, et surtout énigmatique, épilogue. 

       Jamie Sawyer avait avoué s'être inspiré des drones de combat pour créer les SimOps™. Indubitablement, cette nouvelle trilogie puisse encore dans notre réalité contemporaine l'inspiration des antagonistes, et d'une guerre mosaïque qui a définitivement pris la place de celle qu'on disait froide.
Et pourtant quel sentiment de dépaysement !

« Paria » donne donc le départ d'un nouvel arc de trois romans, et tout ce que je peux dire c'est qu'il n'y a eu ni retard à l'allumage, ni faux départ. 
Production bulldozer à forte valeur ajouté spectaculaire, sans effet d'agenda garanti, « Paria » ne mérite sûrement pas figurer sur la liste des exclus de votre PAL.

Lutin82 a elle aussi, beaucoup aimé [Pour en savoir +].


(À suivre .....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®