Accéder au contenu principal

Des larmes sous la pluie + Le poids du cœur [Rosa Montero /Myriam Chirousse]

Peut-être influencée par ses lectures d'enfant des aventures de Flash Gordon, Rosa Montero s'est lancée en 2011 dans l'écriture, de ce qui deviendra bientôt en France une trilogie, de romans de Sf.
« Des larmes sous la pluie » en est le premier tome.
Suivront « Le poids du cœur », et « Le temps de la haine » à paraître en septembre de cette année. 

Contrairement à ce que les titres des deux premiers tomes peuvent laisser penser, il s'agit bien de romans de science-fiction ; où certains ont même vu une forme d'hommage à Philip K. Dick. Même si l'autrice explique qu'elle a plutôt choisi le mythe moderne de l'androïde pour parler de choses qui lui tiennent à cœur, au lieu d'un simple hommage à l'auteur de « Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques »
Quand bien même Bruna Husky est-elle une réplicante de combat, et que l'ambiance emprunte largement au roman noir™ façon « Blade Runner » madrilène. 
« Quatre ans, trois mois et vingt neuf jours »

Les deux premiers tomes des aventures de Bruna Husky peuvent aisément entrer dans la définition de la science-fiction qu'en a proposée Theodore Sturgeon :
« Une (bonne) histoire de Sf est une histoire bâtie autour d'êtres humains, avec un problème humain et une solution humaine, et elle n'aurait pas pu se produire sans son contenu scientifique »
Rosa Montero, qui a déjà une fort belle carrière dans le domaine de la littérature, n'a visiblement pas réduit ses ambitions en décidant d'écrire dans le registre, parfois souvent sous-estimé, de la science-fiction.
D'aucuns affirment, à la suite d'Alfred Korzybski, que la carte n'est pas le territoire© ; eh bien dans le cas qui nous occupe ici  la carte est en effet bien plus vaste que ce que nous en montre les territoires visités. Idem pour les personnages que côtoie l'héroïne de Rosa Montero ; Yiannis l'archiviste, Nopal le mémoriste ou Lizard l'officier de police, pour n'en citer que quelques uns. En d'autres termes, l'autrice espagnole fait montre d'un vrai sens de la dramaturgie, où aucun aspect n'est traité à la légère.
Ce qui s'explique aisément quand on sait que Rosa Montero déclare vivre la moitié du temps dans ce monde-là, et que « Bruna Husky est le personnage le plus puissant de tous ceux que j’ai créés. Du moins, Je le crois... Et c’est, en tous cas, celui que j’aime le plus. Elle m’emporte ! »
Une belle déclaration d'amour, à laquelle je souscris entièrement.

       Or donc, c'est avec un plaisir teinté de pas mal d'impatience que j'attends la suite des enquêtes de la « techno-humaine » Bruna Husky, traduites par son amie Myriam Chirousse, dans cet avenir si proche en termes de préoccupations politiques et sociales. En effet, Rosa Montero propose avec ses deux romans-ci une forme d'anticipation dont notre présent est bien évidemment la source principale. Ceci étant, on est bien loin du pensum

Au contraire, « Des larmes sous la pluie » et « Le poids du cœur » gardent une fraîcheur à nulle autre pareille, probablement parce que Rosa Montero a fait sienne la citation qu'elle met en exergue du premier roman de la trilogie : « C'est ce que je fais qui m'apprend ce que je cherche ». 
___________________
Le Maki n'en pense pas moins que moi [Pour en savoir +], sauf pour le deuxième tome [Pour en savoir +].

(À suivre ....)      

Commentaires

  1. J'ai vraiment apprécié les deux premiers tomes, avec une préférence pour Des larme sous la pluie, et j'attends donc avec impatience ce troisième opus.


    RépondreSupprimer
  2. J'ai ajouté des liens vers tes deux commentaires, qui m'avaient échappé.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®