Accéder au contenu principal

Meurtre à Raqqa [Yannick Laude]

La découverte du corps d'une jeune fille, dans les décombres d'un bombardement, va être l'axe autour duquel gravitera, durant 464 pages, tout un arsenal d'intrigues familiales, idéologiques, militantes, contrebandières et j'en oublie volontairement, aux entrelacs captivants.
« Meurtre à Raqqa » est, par son sujet même, une invitation à la réflexion. Voyez vous-même.

Que vaut en effet la découverte d'un criminel qui a tué une seule personne, dans une ville qui vit au rythme des bombardements, des attentats et des luttes de pouvoir (meurtrières) entre des organisations aussi radicales que Daech ou al-Quaïda
Yannick Laude s'inscrit, avec ce premier roman (à ma connaissance) dans la tradition d'un Joseph Kessel (« La Nuit des généraux ») et d'un Philip Kerr, créateur du commissaire Bernhard Gunther, et n'a visiblement rien à leur envier. 
 Son personnage principal Merwan Milet est de ceux que j'espère voir revenir dans de nouvelles enquêtes.

« Aucune histoire n'est tout à fait exacte ; beaucoup disent la vérité » 

       Celle dont il est question ici, allie avec beaucoup d'élégance les éléments que j'ai déjà énumérés, en plus de faire preuve de beaucoup de didactisme, quand bien même le talent de l'auteur nous le fait oublier. 
Manifestement fort documenté, son roman au prix unique de 22,90 € ne nous laisse pourtant jamais à la traîne, dans une ville loin d'être calme, et peuplée d'une belle théorie de personnages, sans pour autant sacrifier aux souvent pénibles tunnels d'explications. 

Chez Yannick Laude les éléments culturels, politiques, historiques et géographiques cheminent de conserve avec le romanesque. L'un des tours de force de l'ouvrage est d'ailleurs une sorte de visite guidée assez surréaliste, mais dont on ne doute pas de la vraisemblance. 
« Meurtre à Raqqa » ne fait jamais preuve d'un exotisme malsain, pas plus qu'il ne se sert de la ville syrienne comme d'un simple décor. Le récit, tel que l'a imaginé l'auteur, n'aurait ainsi pas pu se dérouler ailleurs. Raqqa est en effet un personnage à part entière et essentiel du roman. 

       Si « Meurtre à Raqqa » s'inspire de la réalité, plusieurs protagonistes on fait la Une des journaux à un moment ou à un autre, c'est aussi et d'abord une fiction policière qui en usine les codes. Autrement dit, tout aussi proche des événements qui ont endeuillé et détruit la ville aux alentours de juin 2013, il s'agit d'une lecture récréative. 
Mais c'est aussi un hommage aux Raqqaouis, que Yannick Laude n'oublie dans ce formidable roman.  

Qui j'espère ne restera pas qu'un essai, aussi réussi soit-il.

Amen !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®