Accéder au contenu principal

Meurtre à Raqqa [Yannick Laude]

La découverte du corps d'une jeune fille, dans les décombres d'un bombardement, va être l'axe autour duquel gravitera, durant 464 pages, tout un arsenal d'intrigues familiales, idéologiques, militantes, contrebandières et j'en oublie volontairement, aux entrelacs captivants.
« Meurtre à Raqqa » est, par son sujet même, une invitation à la réflexion. Voyez vous-même.

Que vaut en effet la découverte d'un criminel qui a tué une seule personne, dans une ville qui vit au rythme des bombardements, des attentats et des luttes de pouvoir (meurtrières) entre des organisations aussi radicales que Daech ou al-Quaïda
Yannick Laude s'inscrit, avec ce premier roman (à ma connaissance) dans la tradition d'un Joseph Kessel (« La Nuit des généraux ») et d'un Philip Kerr, créateur du commissaire Bernhard Gunther, et n'a visiblement rien à leur envier. 
 Son personnage principal Merwan Milet est de ceux que j'espère voir revenir dans de nouvelles enquêtes.

« Aucune histoire n'est tout à fait exacte ; beaucoup disent la vérité » 

       Celle dont il est question ici, allie avec beaucoup d'élégance les éléments que j'ai déjà énumérés, en plus de faire preuve de beaucoup de didactisme, quand bien même le talent de l'auteur nous le fait oublier. 
Manifestement fort documenté, son roman au prix unique de 22,90 € ne nous laisse pourtant jamais à la traîne, dans une ville loin d'être calme, et peuplée d'une belle théorie de personnages, sans pour autant sacrifier aux souvent pénibles tunnels d'explications. 

Chez Yannick Laude les éléments culturels, politiques, historiques et géographiques cheminent de conserve avec le romanesque. L'un des tours de force de l'ouvrage est d'ailleurs une sorte de visite guidée assez surréaliste, mais dont on ne doute pas de la vraisemblance. 
« Meurtre à Raqqa » ne fait jamais preuve d'un exotisme malsain, pas plus qu'il ne se sert de la ville syrienne comme d'un simple décor. Le récit, tel que l'a imaginé l'auteur, n'aurait ainsi pas pu se dérouler ailleurs. Raqqa est en effet un personnage à part entière et essentiel du roman. 

       Si « Meurtre à Raqqa » s'inspire de la réalité, plusieurs protagonistes on fait la Une des journaux à un moment ou à un autre, c'est aussi et d'abord une fiction policière qui en usine les codes. Autrement dit, tout aussi proche des événements qui ont endeuillé et détruit la ville aux alentours de juin 2013, il s'agit d'une lecture récréative. 
Mais c'est aussi un hommage aux Raqqaouis, que Yannick Laude n'oublie dans ce formidable roman.  

Qui j'espère ne restera pas qu'un essai, aussi réussi soit-il.

Amen !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un