Accéder au contenu principal

Ms. Marvel alias Kamala Khan

On l'oublie peut-être un peu aujourd'hui, mais la dernière tentative de Marvel d'entrer sur le marché des super-héros a été une rupture quant à ce qui se faisait alors.
Notamment en faisant un super-héros à part entière de ce qui aurait sûrement été chez la Distinguée Concurrence d'alors, un nouveau « sidekick ».
Un peu plus de cinquante plus tard, Gwendolyn Willow Wilson n'a pas oublié la leçon, et c'est sur les traces (symboliques) de Spider-Man que se lance, en 2014, la toute jeune Kamala Khan
Un personnage qui ne doit pas seulement d'avoir été une simple idée dans l'imagination de l'editor Sana Amanat. Du moins si on s'en refaire de ce qu'on connaît de la biographie de l'employée de la Maison des Idées™ : enfant d'un couple d'immigrés Pakistanais, demeurant dans une banlieue du New Jersey à forte majorité occidentale. 
Sur cette base quasi autobiographique, le scénario a été confié à G. Willow Wilson, qui a, d'une certaine manière, vécu l'inverse de sa consœur ; puisque native du New Jersey elle s'est installée quelque temps au Caire, et s'est convertie à l'Islam.
Toutefois « Ms. Marvel » est d'abord et avant tout, une œuvre de fiction « grand public ».

            Ainsi à l'instar de son célèbre ainé, Ms Marvel a fort à faire avec sa famille et son entourage proche. L'aspect soap opera qui a longtemps été une caractéristique de la Mavel.
À tel point que ses confrontations avec des super-vilains de seconde zone apparaissent moins polémiques que sa vie de jeune adolescente.    
G. Willow Wilson trouve un juste équilibre dans ses scénarios, faisant de sa série une lecture qui n'ennuiera pas les adultes, et intéressera les plus jeunes.  Du moins si je me réfère à ma propre expérience d'adulte et de père.
D'une manière amusante par exemple, le deuxième tome, intitulé « Génération Y », m'a rappelé les aventures de Dorothy au pays d'Oz, et le florilèges symbolique qui va avec l’œuvre de  L. Frank Baum.

Si Adrian Alphona n'est le seul dessinateur des trois tomes qui précédent l'évènement « Secret Wars » (2015-2016), autrement dit avant une nouvelle relance de l'univers Marvel, il est celui dont j'ai le plus apprécié les planches.

             « Ms. Marvel », avec son mélange de pugilat très premier degré et de turpitudes adolescentes, est une lecture plutôt agréable. La série prend bien garde de ne froisser personne, ce qui n'est pas plus mal, laissant aux lecteurs la possibilité de se faire leur propre opinion sur le melting pot étasunien. 
Il s'agissait en effet surtout d'offrir une ouverture vers plus de diversité dans la BD mainstream, selon Sana Amanat, et c'est une totale réussite de ce côté-là. 
Ainsi  « Ms. Marvel » n'est ni une BD d'opinion, ni une tribune politique, mais bien un divertissement.

Ce qui me fait dire que cette série risque aussi de convenir aux plus jeunes lecteurs, car son innocuité apparente autorise cependant à se poser des questions qui vont plus loin que le nombre de mandales distribuées. Ou au contraire à se satisfaire de les compter. 

C'est aussi une réussite en ce qu'elle ripoline des concepts pourtant usés jusque la corde, pour accoucher d'une série qui nous le fait largement oublier.  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®