Accéder au contenu principal

Autorité [Jeff VanderMeer / Gilles Goullet]

Deuxième volet de la trilogie dite du «Rempart sud », Autorité - traduit par Gilles Goullet - est bien, comme l'affirmait son auteur, Jeff VanderMeer, tout à fait compréhensible sans avoir lu son prédécesseur.
Délaissant, dans ce deuxième opus, la  « Zone X » à proprement dit [Pour en savoir +]. Laquelle est, je le rappelle « un espace naturel immaculé, siège de phénomènes étranges qui purifient l'environnement. Tout en causant des ravages terrifiants sur les êtres humains ». Autorité est néanmoins aussi une expédition, mais à l'intérieur de l'agence gouvernementale, appelée « Rempart sud » ; visiblement privée de Prime directive©.
Ce roman, de presque 400 pages, quasi autonome, correspond presque mot pour mot à la définition que donnait Thomas Narcejac du roman d'espionnage, lequel se « situe au carrefour du roman-problème, du roman noir, du suspense et de la science-fiction. Il unit toutes les formes de la peur et de la curiosité. ». Vous voilà prévenus !

       Au travers d'une atmosphère d'épouvante incompréhensible et suffocante, les personnages y révèlent le conflit de leurs ambitions et de leurs loyauté. Une approche romanesque, d'une bureaucratie du secret, que n'aurait pas reniée Len Deighton, auteur de remarquables romans sur les grandes heures de la Guerre froide. 
Impossible en effet, de ne pas penser aux agents de retour d'au-delà du Rideau de fer©, lors du debriefing de ceux revenus de la « Zone X », et des questions qu'on se pose à leur sujet.

Si le roman d'espionnage d'alors, était (et est encore) une tentative de compréhension de l'inconscient des démocraties occidentales, Authorité garde le même cap en y substituant les problèmes environnementaux contemporains en lieu et place des divergences d'alors.  

Authorité est un roman dans lequel l'intrigue ne compte pas plus que l'atmosphère, d'où parfois une sensation de longueur. Voire, si l'on est moins indulgent, de « ventre mou »
Toutefois la ténacité est, à mon sens, payante.   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®