Accéder au contenu principal

Autorité [Jeff VanderMeer / Gilles Goullet]

Deuxième volet de la trilogie dite du «Rempart sud », Autorité - traduit par Gilles Goullet - est bien, comme l'affirmait son auteur, Jeff VanderMeer, tout à fait compréhensible sans avoir lu son prédécesseur.
Délaissant, dans ce deuxième opus, la  « Zone X » à proprement dit [Pour en savoir +]. Laquelle est, je le rappelle « un espace naturel immaculé, siège de phénomènes étranges qui purifient l'environnement. Tout en causant des ravages terrifiants sur les êtres humains ». Autorité est néanmoins aussi une expédition, mais à l'intérieur de l'agence gouvernementale, appelée « Rempart sud » ; visiblement privée de Prime directive©.
Ce roman, de presque 400 pages, quasi autonome, correspond presque mot pour mot à la définition que donnait Thomas Narcejac du roman d'espionnage, lequel se « situe au carrefour du roman-problème, du roman noir, du suspense et de la science-fiction. Il unit toutes les formes de la peur et de la curiosité. ». Vous voilà prévenus !

       Au travers d'une atmosphère d'épouvante incompréhensible et suffocante, les personnages y révèlent le conflit de leurs ambitions et de leurs loyauté. Une approche romanesque, d'une bureaucratie du secret, que n'aurait pas reniée Len Deighton, auteur de remarquables romans sur les grandes heures de la Guerre froide. 
Impossible en effet, de ne pas penser aux agents de retour d'au-delà du Rideau de fer©, lors du debriefing de ceux revenus de la « Zone X », et des questions qu'on se pose à leur sujet.

Si le roman d'espionnage d'alors, était (et est encore) une tentative de compréhension de l'inconscient des démocraties occidentales, Authorité garde le même cap en y substituant les problèmes environnementaux contemporains en lieu et place des divergences d'alors.  

Authorité est un roman dans lequel l'intrigue ne compte pas plus que l'atmosphère, d'où parfois une sensation de longueur. Voire, si l'on est moins indulgent, de « ventre mou »
Toutefois la ténacité est, à mon sens, payante.   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Triple frontière [Mark Boal / J.C. Chandor]

En même temps qu'un tournage qui devait débuter en 2011, sous la direction de K athryn B igelow, Triple frontière se verra lié à une tripotée d'acteurs bankables : S ean P enn, J avier B ardem, D enzel W ashington. Et même T om H anks. À ce moment-là, le titre est devenu Sleeping dogs , et d'autres noms circulent ( C hanning T atum ou encore T om H ardy). Durant cette période de valses-hésitations, outre M ark B oal au scénario, la seule constante restera le lieu où devrait se dérouler l'action. La « triple frontière » du titre est une enclave aux confins du Paraguay , du Brésil et de l' Argentine , devenue zone de libre-échange et symbole d'une mondialisation productiviste à fort dynamisme économique. Le barrage d' Itaipu qui y a été construit entre 1975 et 1982, le plus grand du monde, produirait 75 % de l’électricité consommé au Brésil et au Paraguay . Ce territoire a même sa propre langue, le « Portugnol », une langue de confluence, mélange d

The Words

... The Words ( Les Mots ) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; D ennis Q uaid, J eremy I rons, J . K . S immons et B radley C ooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité.  Je m'explique. Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen , en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris , son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'

Wheelman [Frank Grillo / Jeremy Rush]

En partie produit, et surtout entièrement cornaqué par War Party™, la société de production de J oe C arnahan & de F rank G rillo, et magistralement interprété par ce dernier ; « Wheelman 2017 » repose sur la règle des 3 unités du théâtre dit classique :  • Unité temps : Une nuit.  • Unité d'action : Une attaque à main armée ne se déroule pas comme prévue.  • Unité de lieu : Une BMW E46  Autrement dit, 98% du film se déroule dans une voiture avec seulement F rank G rillo au volant et à l’écran. Son personnage n'interagit avec l'extérieur quasiment que via un téléphone portable.              Tourné à Boston en seulement 19 jours, pour un budget légèrement supérieur à 5 millions de dollars, « Wheelman » est, au moment des comptes, une péloche dégraissée et bien relevée.  D'entrée de jeu les premières minutes donnent le ton : « l'homme au volant » du titre a été embauché pour être chauffeur lors d'un braquage à main armée. Divorcé, sa fille adolescente, d