Accéder au contenu principal

Watchmen, la série télévisée

Manifestement Damon Lindelof n'a pas fait sienne la maxime hollywoodienne bien connue : « Si vous avez un message à envoyer, utilisez Western Union© ». 
Dans une lettre ouverte, probablement destinée à prévenir les réactions négatives des fans les plus dévots de la maxi-série de bande dessinée publiée par DC Comics™ entre 1986 et 1987, le créateur de la série télévisée écrivait :    « Ces numéros sont un terrain sacré et ils ne seront ni repensés, ni recréés, ni reproduits, ni rebootés. Ils seront toutefois remixés. ». Lindelof précisait également qu'il ne s'agirait pas d'une suite. Mais plutôt d'un « Nouveau Testament » là où Watchmen, la bande dessinée original, en serait « l'Ancien Testament ».
Un code couleur d'uniforme qui n'a rien d'anodin
            Toutefois, l’impression tenace qui me reste après en avoir regardé le premier épisode a surtout la forme d’une question (sic)
Pourquoi Damon Lindelof a-t-il tant tenu à raccrocher son propre projet à la bande dessinée d’Alan Moore et de Dave Gibbons ? 

Alors même que ce premier épisode aurait pu en faire l’économie. Et y gagner bien plus d’intérêt. 
S’appuyant sur un prologue très fort, et méconnu de l’Histoire étasunienne ; qui par ailleurs n’apparaissait pas dans la maxi-série originale. 
Empruntant le chemin de l’uchronie ; genre qui n’est pas plus la propriété d’Alan Moore que de quiconque. Plus d’autres éléments que je ne citerai pas pour ne pas trop déflorer l’intrigue ; ce premier épisode avait tout pour être original. 
Surtout que les liens dudit épisode avec la bande dessinée sont tout à fait anecdotiques et (pour l'instant du moins ) très accessoires.
Je trouve même qu’ils en parasitent la réception. 

Du moins pour ceux qui, évidemment, connaissent la bande dessinée. 

Si certains clins d’œil, car il ne s’agit pour l’instant que de ça, risquent (heureusement) de passer inaperçus, le dernier parvient, malgré lui (?), à dédramatiser une scène symboliquement très forte. 
Et si dans la BD, du fait même d’en être une, la planche dont s’inspire justement cette scène était particulièrement saisissante ; elle est devenue tout ce qu’il y a de plus banale en terme de réalisation télévisuelle. 
La réalisation est d'ailleurs à mes yeux, une des plus flagrantes faiblesses de « It’s summer and we’re running out of ice / c’est l’été et nous sommes à court de glace ». 

Car là où la bande dessinée de Moore et Gibbons se singularisait par un énorme travail sur la forme, et reste encore dans ce domaine une référence, l’épisode en question - réalisé par Nicole Kassell - est d’une platitude presque embarrassante.
Un autre sujet de gêne a été pour moi, outre certaines facilités scénaristiques, le personnage du « Panda », et plus précisément dans la scène dite de « l’article  4. »

Difficile en effet d’imaginer qu’on puisse croire , avec toute la meilleure volonté de suspendre son incrédulité, à un tel déguisement. Toute la solennité du moment a bêtement volé en éclat. 
Cela dit même dans des scènes plus anecdotiques, à force de citer pour le seul plaisir de le faire, on s’y perd : Rorschach est ainsi mangé à toutes les sauces, et sur un autre terrain, le 7ème de Cavalerie, régiment emblématique de ce qu'on nomme avec pudeur la « Conquête de l'Ouest » et du tristement massacre de Wounded Knee devient  le 7ème de « Kavalerie », alors que les forces de police régulières reprennent les codes couleurs des uniformes dudit régiment. 
Mais c'est pourtant là que se trouve une grande partie de l’intérêt de ce premier épisode (et pourquoi pas de la série ?).
Ainsi Damon Lindelof a-t-il clairement désigné la source de son prologue : un article de Ta-Nehisi Coates, paru dans la revue américaine The Atlantic
Intitulé  « The Case for répartions », et traduit en français sous le titre sans équivoque de « Le Procès de l'Amérique », il s'agit d'un long réquisitoire de, je cite, « deux cent cinquante ans d’esclavage, quatre-vingt-dix ans de lois Jim Crow (les lois ségrégationnistes du Sud), soixante ans de séparation et trente-cinq ans de discriminations ».
Autrement dit, si on prend en compte cette introduction, on se trouve à des années-lumières d'une chasse à l'easter eggs.
De là à croire que les références sont un écran de fumée, comme avait pu l'être l'invasion orchestrée par Ozymandias dans la BD, pour ici fédérer un public plus large sur un sujet contemporain plus grave, il n'y a qu'un pas à franchir.  
Autrement dit, damon Lindelof n'a visiblement pas l'intention d'utiliser Western Union© pour envoyer son message.
            Reste qu' en l’état, dommage d’avoir voulu faire de cette série une suite, ou quelque soit le nom qu'on veut bien lui donner (il a même été question dans la lettre ouverte déjà citée d'un remixe) à Watchmen la BD, alors qu’avec tout ce qui lui est étranger Damon Lindelof tenait une série déjà intéressante. 
Et qui n’aurait pas souffert de la comparaison. 
Toutefois je reste confiant, sachant que dans un entretien donné au site Deadline.com, Damon Lindelof a évoqué, certes en des termes confus, la possibilité que les neuf épisodes prévus ne connaissent pas forcément de suite. 
Un peu à l'image de la maxi-série originale et ses 12 numéros.

Wait & see ....

(À suivre .....)

Commentaires

  1. Mon site préféré pour regarder des films est https://voirfilmstreaming.tv/ Je l’aime bien, je vous conseille de le regarder vous-même, c’est vraiment cool dans tous les sens du terme

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er