Accéder au contenu principal

10 Cloverfield Lane [Mary Elizabeth Winstead / John Goodman]

« 10 Cloverfield Lane » est un film qui se croit malin, et qui m'a persuadé qu'il l'était vraiment.
            Dès le départ ça part très bien, le scénario souffle le chaud et le froid sur une situation que la mise en scène fait tout pour rendre ambiguë. Et la manipulation des subjectivités n'ira qu'en augmentant.
L'interprétation n'est pas pour rien dans ce sentiment paranoïaque exacerbé.
            La distribution, très réduite, impose au face à face entre Michelle et Howard Stambler d'être toujours juste. Même si John Gallagher dans le rôle d'Emmet propose quelques respirations bienvenues à l'ambiance crapoteuse qui s'installera.
Et fort heureusement, Mary Elizabeth Winstead et John Goodman le sont ; au point de faire oublier qu'ils jouent la comédie (sic)
Huis clos entre perversion carnassière et bonté déclarée, le film multiplie les fausses pistes en autant de ricochets déroutants.
Plus le temps passe, et moins on accorde de confiance à ce qui se déroule pourtant devant nos yeux. Tout devient suspect.
Et la relative brièveté du long-métrage lui permet de ne pas s’essouffler.
            Rapide, efficace, tout en esquive, le non-dit y est méchamment efficace, ce « 10 Cloverfield Lane » s'offre une dernière bobine d'epicness to the max libératrice et gorgée de sense of horror.
Dans le genre pétroleuse aux tripes en inox blindé, ça se pose là !
            Un très bon divertissement, à toutefois ne pas mettre entre toutes les mains.
L'affiche qui illustre cette critique est due à Francesco Francavilla, dessinateur bien connu des amateurs de BD étasuniennes.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®