Accéder au contenu principal

Trackers, série télévisée d'après Deon Meyer

Thriller en six parties, « Trackers » est dominé par une distribution féminine qui fait la loi. Même Lemmer, le personnage à qui l’écrivain Deon Meyer a consacré deux romans, et qui adapte ici, avec un pool de scénaristes et un showrunner, le second, intitulé À la trace, n’est qu’un rouage, certes essentiel, à un plan qui le dépasse.
Un plan qui n’est cependant que l’une des sous-intrigues de cette passionnante histoire, aux nombreuses ramifications.
            Effectivement « Trackers » braconne sur plusieurs théâtres d’opération : la protection animal, le trafic de diamants de conflits, les gangs, la politique, et enfin le terrorisme. Situé principalement au Cap, en Afrique du Sud, les six épisodes n’omettent pas non plus l’ombre de l’Apartheid.
            Trois femmes, disais-je, dominent donc de la tête et des épaules cette passionnante série télévisée.
Sandi Schultz dans le rôle de Janina Mentz, la directrice du PBI, les services de renseignement, et qui au demeurant ferait une terrifiante Amanda Waller (la patronne de la Suicide Squad de l’éditeur DC Comics©).
Rolanda Marais qui interprète Milla Strachan, fraichement recrutée par ce même PBI, et dont la vie familiale –agitée- jouera un rôle continu et essentiel dans l’histoire.
Et enfin, Flea van Jaarsveld qu’incarne Trix Vivier. Personnage rare à l’écran mais sûrement pas le plus inintéressant du pourtant formidable casting.
Je passe volontairement sous silence une quatrième actrice, dont le rôle de son personnage n’est que tardivement révélé.
            « Trackers » est à la fois un efficace thriller, est un instantané d’une Afrique du Sud dont Deon Meyer voudrait corriger l’image : « Au gré de mes tournées promotionnelles en Amérique et en Europe, j'ai réalisé à quel point l'hémisphère nord avait une perception négative de l'Afrique du Sud : une nation de pauvreté et de crimes violents. J'espère que la série vous fera voir un pays vibrant, prospère, aux forces de l'ordre et services de renseignements efficaces. ». [Source]
Chacun jugera à l’aune de sa sensibilité si le pari est gagné.
            En ce qui me concerne, « Trackers » m’a tenu en haleine de bout en bout. Et je ne serais pas contre une autre saison, si la même qualité est au rendez-vous.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®