Accéder au contenu principal

House Call [Christopher Priest / Christopher Mooneyham]

Prévu pour le 27 mai dernier, ce numéro spécial a dû faire les frais de la pandémie. En tout cas je ne l'ai vu nulle part.
Reste qu'une des histoires à rejoint l'opération numérique « DC Digital First », celle écrite par Christopher Priest.
            Le scénariste reprend en main un personnage de DC Comics© qu'il connait bien, pour en avoir écrit une douzaine de numéros, lorsqu'il s’appelait encore James Owsley(1), en collaboration avec le dessinateur Phil Gascoine, fin 1988 et durant l'année 1989.
Ce personnage c'est The Unknown Soldier.
            Sur une idée tout ce qu'il y a de plus simple, Christopher Priest utilise tout ce qui fait le scénariste qu'il est.
En effet Priest a quelques tics d'écriture, volontairement adoptés, dont celui d'utiliser systématiquement plusieurs cases noires, qui rythment ses histoires au gré de phrases aussi courtes que sibyllines.
            Une idée simple disais-je, où son art de la digression via des dialogues prolixes, et une pratique de l’ellipse capable de rendre fou le plus affûté des GPS© narratifs, lui donnent l'étoffe nécessaire pour en faire une captivante distraction. Même si ici, ce dernier point n'est pas vraiment à l'ordre du jour.
Les planches de Christopher Mooneyham, dont la sécheresse de l'encrage confère à l'histoire l'ambiance requise, apportent un storytelling nerveux et immersif.
On remarquera que le placement du texte est particulièrement travaillé. D'autant que Christopher Priest utilise un jargon technique nécessitant des notes de bas de page, qui se greffent aux phylactères, aux transmissions radio, et aux onomatopées.
Tout en restant lisible et fluide.
            Au final, ces 16 pages d'exercice de style, sont également une belle petite aventure sans aucun faux pas. Elles ont aussi l'avantage de présenter le personnage principal, et la caractéristique particulière qui déterminera ses missions, de manière attrayante.
La fin, ouverte, laisse même l'espoir de voir Christopher Priest poursuivre sur cette excellente lancée.
Christopher Mooneyham, dans un style qui n'est parfois pas sans évoquer Joe Kubert, apporte une valeur ajoutée essentielle.
À laquelle le coloriste Ivan Plascencia et le lettreur Willie Schubert ne sont pas étrangers.
La très dynamique couverture est l’œuvre de Mikel Janin


(À suivre .... ?)
_______________________
(1) : James Owsley a changé son nom aux alentours de 1993, en celui de Christopher Priest.
Pour cette histoire en particulier, il seulement crédité de Priest.      

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®