Accéder au contenu principal

House Call [Christopher Priest / Christopher Mooneyham]

Prévu pour le 27 mai dernier, ce numéro spécial a dû faire les frais de la pandémie. En tout cas je ne l'ai vu nulle part.
Reste qu'une des histoires à rejoint l'opération numérique « DC Digital First », celle écrite par Christopher Priest.
            Le scénariste reprend en main un personnage de DC Comics© qu'il connait bien, pour en avoir écrit une douzaine de numéros, lorsqu'il s’appelait encore James Owsley(1), en collaboration avec le dessinateur Phil Gascoine, fin 1988 et durant l'année 1989.
Ce personnage c'est The Unknown Soldier.
            Sur une idée tout ce qu'il y a de plus simple, Christopher Priest utilise tout ce qui fait le scénariste qu'il est.
En effet Priest a quelques tics d'écriture, volontairement adoptés, dont celui d'utiliser systématiquement plusieurs cases noires, qui rythment ses histoires au gré de phrases aussi courtes que sibyllines.
            Une idée simple disais-je, où son art de la digression via des dialogues prolixes, et une pratique de l’ellipse capable de rendre fou le plus affûté des GPS© narratifs, lui donnent l'étoffe nécessaire pour en faire une captivante distraction. Même si ici, ce dernier point n'est pas vraiment à l'ordre du jour.
Les planches de Christopher Mooneyham, dont la sécheresse de l'encrage confère à l'histoire l'ambiance requise, apportent un storytelling nerveux et immersif.
On remarquera que le placement du texte est particulièrement travaillé. D'autant que Christopher Priest utilise un jargon technique nécessitant des notes de bas de page, qui se greffent aux phylactères, aux transmissions radio, et aux onomatopées.
Tout en restant lisible et fluide.
            Au final, ces 16 pages d'exercice de style, sont également une belle petite aventure sans aucun faux pas. Elles ont aussi l'avantage de présenter le personnage principal, et la caractéristique particulière qui déterminera ses missions, de manière attrayante.
La fin, ouverte, laisse même l'espoir de voir Christopher Priest poursuivre sur cette excellente lancée.
Christopher Mooneyham, dans un style qui n'est parfois pas sans évoquer Joe Kubert, apporte une valeur ajoutée essentielle.
À laquelle le coloriste Ivan Plascencia et le lettreur Willie Schubert ne sont pas étrangers.
La très dynamique couverture est l’œuvre de Mikel Janin


(À suivre .... ?)
_______________________
(1) : James Owsley a changé son nom aux alentours de 1993, en celui de Christopher Priest.
Pour cette histoire en particulier, il seulement crédité de Priest.      

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Triple frontière [Mark Boal / J.C. Chandor]

En même temps qu'un tournage qui devait débuter en 2011, sous la direction de K athryn B igelow, Triple frontière se verra lié à une tripotée d'acteurs bankables : S ean P enn, J avier B ardem, D enzel W ashington. Et même T om H anks. À ce moment-là, le titre est devenu Sleeping dogs , et d'autres noms circulent ( C hanning T atum ou encore T om H ardy). Durant cette période de valses-hésitations, outre M ark B oal au scénario, la seule constante restera le lieu où devrait se dérouler l'action. La « triple frontière » du titre est une enclave aux confins du Paraguay , du Brésil et de l' Argentine , devenue zone de libre-échange et symbole d'une mondialisation productiviste à fort dynamisme économique. Le barrage d' Itaipu qui y a été construit entre 1975 et 1982, le plus grand du monde, produirait 75 % de l’électricité consommé au Brésil et au Paraguay . Ce territoire a même sa propre langue, le « Portugnol », une langue de confluence, mélange d

The Words

... The Words ( Les Mots ) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; D ennis Q uaid, J eremy I rons, J . K . S immons et B radley C ooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité.  Je m'explique. Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen , en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris , son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'

Wheelman [Frank Grillo / Jeremy Rush]

En partie produit, et surtout entièrement cornaqué par War Party™, la société de production de J oe C arnahan & de F rank G rillo, et magistralement interprété par ce dernier ; « Wheelman 2017 » repose sur la règle des 3 unités du théâtre dit classique :  • Unité temps : Une nuit.  • Unité d'action : Une attaque à main armée ne se déroule pas comme prévue.  • Unité de lieu : Une BMW E46  Autrement dit, 98% du film se déroule dans une voiture avec seulement F rank G rillo au volant et à l’écran. Son personnage n'interagit avec l'extérieur quasiment que via un téléphone portable.              Tourné à Boston en seulement 19 jours, pour un budget légèrement supérieur à 5 millions de dollars, « Wheelman » est, au moment des comptes, une péloche dégraissée et bien relevée.  D'entrée de jeu les premières minutes donnent le ton : « l'homme au volant » du titre a été embauché pour être chauffeur lors d'un braquage à main armée. Divorcé, sa fille adolescente, d