Accéder au contenu principal

House Call [Christopher Priest / Christopher Mooneyham]

Prévu pour le 27 mai dernier, ce numéro spécial a dû faire les frais de la pandémie. En tout cas je ne l'ai vu nulle part.
Reste qu'une des histoires à rejoint l'opération numérique « DC Digital First », celle écrite par Christopher Priest.
            Le scénariste reprend en main un personnage de DC Comics© qu'il connait bien, pour en avoir écrit une douzaine de numéros, lorsqu'il s’appelait encore James Owsley(1), en collaboration avec le dessinateur Phil Gascoine, fin 1988 et durant l'année 1989.
Ce personnage c'est The Unknown Soldier.
            Sur une idée tout ce qu'il y a de plus simple, Christopher Priest utilise tout ce qui fait le scénariste qu'il est.
En effet Priest a quelques tics d'écriture, volontairement adoptés, dont celui d'utiliser systématiquement plusieurs cases noires, qui rythment ses histoires au gré de phrases aussi courtes que sibyllines.
            Une idée simple disais-je, où son art de la digression via des dialogues prolixes, et une pratique de l’ellipse capable de rendre fou le plus affûté des GPS© narratifs, lui donnent l'étoffe nécessaire pour en faire une captivante distraction. Même si ici, ce dernier point n'est pas vraiment à l'ordre du jour.
Les planches de Christopher Mooneyham, dont la sécheresse de l'encrage confère à l'histoire l'ambiance requise, apportent un storytelling nerveux et immersif.
On remarquera que le placement du texte est particulièrement travaillé. D'autant que Christopher Priest utilise un jargon technique nécessitant des notes de bas de page, qui se greffent aux phylactères, aux transmissions radio, et aux onomatopées.
Tout en restant lisible et fluide.
            Au final, ces 16 pages d'exercice de style, sont également une belle petite aventure sans aucun faux pas. Elles ont aussi l'avantage de présenter le personnage principal, et la caractéristique particulière qui déterminera ses missions, de manière attrayante.
La fin, ouverte, laisse même l'espoir de voir Christopher Priest poursuivre sur cette excellente lancée.
Christopher Mooneyham, dans un style qui n'est parfois pas sans évoquer Joe Kubert, apporte une valeur ajoutée essentielle.
À laquelle le coloriste Ivan Plascencia et le lettreur Willie Schubert ne sont pas étrangers.
La très dynamique couverture est l’œuvre de Mikel Janin


(À suivre .... ?)
_______________________
(1) : James Owsley a changé son nom aux alentours de 1993, en celui de Christopher Priest.
Pour cette histoire en particulier, il seulement crédité de Priest.      

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er