Accéder au contenu principal

Suicide Squad [Tom Taylor / Bruno Redondo / Adriano Lucas / Wes Abbott]

Inventée en 1959 pour les besoins d'une aventure qui n'a rien avoir avec ce qu'elle est devenue aujourd'hui, la Task Force X, dite Suicide Squad, prendra sa forme « définitive » grâce au scénariste John Ostrander en 1987, du moins dans sa lettre d’intention. Un statu quo relatif, puisque la définition même de l’équipe est que ses membres sont, ni plus ni moins, que du consommable.
Pour le dire vite, la « Suicide Squad » c'est Les Douze salopards version super-vilains.  
            Une poignée de super-criminels emprisonnés est donc recrutée pour des missions suicides. Lesquelles sont autant de bonus qui diminuent leur peine.
Équipés d'un explosif crânien, qui peut être déclenché à n'importe quelle incartade, ils n’ont pas d’autres choix que d’obéir.
             Ce qui fait l'intérêt de cette série, qui a connu plusieurs déclinaisons au fil du temps, c'est bien sûr l'incertitude qui pèse sur le sort des membres de l'équipe. Et, tout aussi évidemment, sur la réussite ou non des différentes missions.
            L'éditeur DC Comics©, à qui appartiennent les personnages qu'il publie, est devenu, au fur et à mesure, un réservoir où n'importe lequel d’entre eux peut devenir bien plus lucratif en accédant aux multiples écrans du monde entier.
Difficile, dans cet environnement de boutiquiers, d'en supprimer quelques-uns.
Il y a donc un plaisir supplémentaire à voir l’habileté des différents scénaristes à rendre plausible une Suicide Squad au sein d’un univers imaginaire aussi rigide.
             Tom Taylor et son dessinateur Bruno Redondo temporisent un body count inévitable sans toutefois épargner leur talent, puisqu’ils inventent une équipe antagoniste composée d’une brochette de nouveaux venus inédits.
Une équipe multiculturelle où la parité hommes/femmes n’est sûrement pas un hasard.
En outre, ils décentrent l’action, et la font commencer en Australie d’où est natif le scénariste.
Bref, un apport de nouveautés dont la découverte occupe pleinement des débuts prometteurs.
Et en termes de série mainstream récréative, il n'y a rien à redire.
            Pour avoir lu, pour l'instant, les cinq premiers numéros de la série, plus l'annual de Flash, écrit par Joshua Williamson, qui les complète, le bilan uniquement positif fait de la « Suicide Squad » une très chouette lecture à forte valeur ajoutée spectaculaire.
Alors même qu'elle ne propose que ce que n'importe quel lecteur est en droit d'attendre de ce type de lecture, la série de Taylor & Redondo, surnage dans la production actuelle.
Ce dernier, discrètement, fait un très beau travail formel, et dote la série d'une identité qui lui est propre. Le coloriste Adriano Lucas et le lettreur Wes Abbott complète ce tiercé artistique de tout premier plan.   
Une série tout à fait recommandée, qui par ailleurs sera traduite chez Urban Comics© avant la fin de l'année. Du moins les six premiers numéros.

(À suivre ....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®