Accéder au contenu principal

Le Jour où Kennedy n'est pas mort [R.J. Ellory / Fabrice Pointeau]

Conscient que sur le terrain des révélations, le scoop se fait plutôt rare du côté du clan Kennedy, le romancier R.J. Ellory préfère se concentrer sur une tentative de thriller paranoïaque, dans la veine de ceux que n'aurait pas manqué d'enfanter la balle magique de Lee Harvey Oswald, si elle avait atteint sa cible. 
Une alternative qui n'aurait d'ailleurs pas changé fondamentalement « Le Jour où Kennedy n'est pas mort ». 
            Si effectivement John F. Kennedy ne meurt pas à Dallas le 22 novembre 1963, l'uchronie de Roger Jon Ellory ne lui octroi pour le coup, qu'un rôle de figurant. Son entourage est certes un peu mieux traité, mais rien, ou presque, du côté d’un attentat théoriste qu’on était en droit d’attendre d’un tel titre. 
L’auteur britannique réserve en effet la part du lion à Mitch Newman ; un journaliste de troisième zone, alcoolique, hanté par la guerre de Corée et sa rupture avec Jean Boyd
Une jeune femme dont la mère lui demandera de l'aide après lui avoir appris que sa fille s'est suicidée. 
Des prémices, tout bien considéré, assez classiques. 
Et la suite le restera. 
            R.J. Ellory tisse en effet son intrigue avec un peu trop de coïncidences à mon goût, et en oubliant, ici où là, de donner du sens à ce qui apparaît finalement comme un suspense bien trop fabriqué pour être totalement honnête. Ainsi, certains personnages disparaissent, d’autres apparaissent, sans que tout cela n’ait vraiment d’impact sur l’enquête de Mitch Newman
            Un roman assez faiblard, hormis un moment où j’ai eu l’impression d’être dans la peau du John Smith de Dead Zone. Et qui fonctionne uniquement sur la curiosité. Laquelle sera, compte tenu de ce qui précède, assez mal récompensée.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®