Accéder au contenu principal

Les nombreuses vies de Stephen Leeds [Brandon Sanderson / Mélanie Fazi]

Brandon Sanderson n'est pas le premier écrivain dont le héros s'interroge sur la solidité de la Réalité©. Quand bien même cette question prend-elle place au sein d'une fiction.
           Là où ça se complique vraiment, c'est que Stephen Leeds, son personnage principal, vit entouré d'aspects de lui-même, auxquels il a donné une personnalité propre. Et un savoir, qui lui est inaccessible, s'il ne peut communiquer avec l'aspect en question, de la même façon qu'il le ferait avec une personne réelle. Mais qui est, de notre point de vue (et du sien), un personnage imaginaire. Vous suivez ?
« Les illusions dangereuses » est donc, si on en croit l'auteur, la dernière aventure de Stephen Leeds
            Elle est rejointe par les deux précédentes novellas du cycle, sans que visiblement l'éditeur ne se soucie des lecteurs qui les ont déjà achetées lors de leur commercialisation antérieure [Pour en savoir +], pour former une intégrale. 
Un procédé qui manque singulièrement d'élégance. 
Contrairement à ce dernier épisode qui clôt, comme promis dans la préface, les aventures de Stephen Leeds.      
            Si Brandon Sanderson s'amuse visiblement avec son personnage, il lui manifeste tout aussi visiblement beaucoup d'empathie et de sympathie. 
Si comparaison n'est pas raison, on ne peut pas ne pas voir les affinités suggestives qu'entretiennent le romancier et son personnage. En effet tous les deux inventent des personnages auxquels ils confèrent une personnalité. Et avec lesquels ils peuvent vivre des années.
Incidemment, « Les illusions dangereuses » est l'histoire d'une séparation, à la fois pour Sanderson et pour Leeds. 
            Les nombreuses vies de Stephen Leeds est à mon avis un recueil qui risque de plaire à plus d'un amateur de bonnes histoires.
Et son ultime novella rejoint liste du projet Maki™, sans rougir !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er