Accéder au contenu principal

Légion t2 : À fleur de peau [Brandon Sanderson / Mélanie Fazi]

Précédemment dans Légion : Stephen Leeds a été engagé par les Laboratoires Azari, SA. pour retrouver un de ses scientifiques. Lequel « a trouvé le moyen d'appliquer la science aux vérités suprêmes de la religion. » dixit Tobias, un aspect de Stephen Leeds.

• Dans À fleur de peau Stephen est investi d'une nouvelle mission : retrouver un corps qui a disparu de la morgue.
______________
            L'idée de Légion, alias Stephen Leeds a été soufflée à Brandon Sanderson par son ami Dan Wells :
Et si ..... les voix qu'entend un schizophrène, plutôt que de le pousser à la folie, lui rendaient service ? 

Stephen Leeds est un surdoué, un génie, capable d'apprendre en très peu de temps quasiment n'importe quel savoir (langue, histoire, psychologie, techniques commando, etc.). Toutefois, plutôt que d'utiliser ce savoir comme n'importe lequel d'entre nous, Stephen créé, après chaque apprentissage, un « aspect ». Autrement dit une nouvelle personnalité, bien qu'il réfute être atteint du trouble dit de la « personnalité multiple », laquelle dispose alors d'une autonomie presque complète.
« Elle ne reviendra pas ? demandai-je à Ivy.
- Tu plaisantes ? Tu viens de lui dire qu'un type invisible qui te demande de tuer des gens s'est pointé contre ton gré. » 

Chaque « aspect » est une hallucination qu'il est le seul à voir, et avec qui il communique (avec plus ou moins de bonheur). 
Il y a Ivy, la psychologue, Tobias, l'historien, lui-même schizophrène (il entend la voix de Stan, un astronaute en orbite autour de la Terre), ou encore JC, un ex-Navy SEAL, etc.
En tout 47 personnalités aspects différents. Lesquels logent dans l'une des quarante-sept pièces de son manoir*.
JC est, de son propre aveu, l'aspect préféré de Brandon Sanderson. Il l'a inventé en pensant à Adam Baldwin, acteur notamment dans les série Firefly ou encore Chuck, où justement ses personnages respectifs ont un nom dont les initiales sont « JC ». CQFD ! 

 « La moitié de son corps est en plastique, lança Ivy d'une voix sèche.
- La moitié de ma bagnole aussi, répondit JC. Ça ne l'empêche pas d'avoir de la gueule ! »

            Si les deux novella traduites (jusqu'à maintenant, le cycle complet est constitué d'une troisième) par Mélanie Fazi, mélangent un contexte proche des enquêtes de Dirk Gently, le détective holistique de Douglas Adams [Pour en savoir +], Brandon Sanderson ne néglige pas pour autant les contenus disons, sérieux, des ses histoires : voyage dans le temps pour le premier, et biotechnologie pour le second. 
Un peu moins de cent pages pour le premier, un peu plus du double pour le suivant, malgré la brièveté des aventures de Légion, l'auteur équilibre l'humour et le fond.

Si ça se lit vite, c'est surtout parce que c'est une lecture agréable et distrayante. 

Les énigmes, les interactions entre Stephen Leeds et ses aspects, les multiples (eux aussi) rebondissements, font de ses deux novellas des lectures plus que recommandables.
Elles sont recommandées ! 
Autonomes, elles se savourent d'autant mieux qu'on les lit dans l'ordre.
À fleur de peau va derechef rejoindre The Maki Project 2020 !
______________
*Le manoir en question, constitué de 47 chambres donc, m'a fait penser que l'idée de Légion découlait peut-être aussi d'un moyen mnémotechnique, celui dit des loci, ou lieux en latin. Ou encore appelé « Palais de la mémoire ».     

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service