Accéder au contenu principal

Articles

Shadow in the Cloud [Chloë Grace Moretz / Roseanne Liang / Max Landis]

Ma première confrontation avec cet aspect du folklore aéronautique a eu lieu vers 2006, au moment de la sortie de l'édition Dark Horse™ d'une travail conjoint de R oald D ahl et des studios Walt Disney™. Les « gremlins » du titre y étaient décrits comme des lutins facétieux ayant une prédilection pour la mécanique. Dans « Shadow in The Cloud » l'espièglerie est laissée de côté au profit d'une inquiétante-étrangeté © que le thème musical (aux réminiscences carpenterienne) et la mise en scène se chargent d'imposer. Du reste si les gremlins, que la R.A.F. s'est chargée de populariser, vous sont totalement étrangers ; un court documentaire en forme de dessin animé informatif de l'époque se chargera de votre édification avant que le film proprement dit ne commence. À propos d'époque, nous somme dès à présent en 1943, quelque part sur une base aérienne d' Auckland en N ouvelle- Z élande.              Tout dans ce slasher movie , et ce dès le début, pou
Articles récents

Andy Warhol’s Dracula [Kim Newman / Mélanie Fazi]

Au croisement de l'univers Wold Newton™ de P . J . F armer et de l'uchronie existe un Terre parallèle que d'aucuns connaissent sous le nom générique d' Anno Dracula .             Rythmée par des romans et des nouvelles, sa chronique est l’œuvre de K im N ewman. Ici aidé par M élanie F azi pour la traduction française.  Or donc, ce monde parallèle envisage un point Renouvier ® (ou point de divergence) comme n'importe quelle uchronie digne de ce nom, sauf qu'ici il se situe dans un roman ; certainement le plus célèbre  de B ram S toker : Dracula ! Là où chez le dublinois le comte Dracula échoue, il devient chez le londonien « l e père et le guide de la nouvelle race ». Et Anno Dracula retrace, à partir de cette victoire, la chronique chronologique d'un monde qui ressemble presque au nôtre.             « Andy Warhol’s Dracula » commence au Chelsea Hotel avec la mort de Nancy Spungen , et mord ensuite férocement dans le monde interlope de l'avant-gard

Adler [Lavie Tidhar / Paul McCaffrey / Simon Bowland]

Tout commence en 1912 avec C arolyn W ells, une femme déjà. La première elle a l'idée de réunir dans une même histoire des personnages inventés par des romanciers différents : Sherlock Holmes , le docteur Watson , Arsène Lupin , Craig Kennedy , monsieur Lecoq , Rouletabille , Raffles , Dupin , et quelques autres pour deux aventures publiées dans Century Magazine .  On dit que le scénariste G ardner F ox, une trentaine d'années plus tard saura s'en souvenir au moment de créer la Justice Society of America , où il ne sera plus alors question de détectives mais de super-héros. P hilip J osé F armer reprend l'idée à son compte au début des années 1970, en imaginant une origine commune à quelques héros populaires, sise à Wold Newton dans le Yorkshire , suite aux radiations d'une météorite tombée là en 1795. Quinze ans après Farmer un dessin animé réunira des personnages de comics strips dans une équipe nommée les Défenseurs de la Terre . Mais c'est vraisemblablemen

Santa Muerte [Gabino Iglesias / Pierre Szczeciner]

G abino I glesias est un nouveau venu dans la littérature de genre à qui on ne la raconte pas. Surnommé par J erry S tahl le «Palahniuk du barrio », l'adepte de la fonte venu de Puerto Rico revendique dans ses romans une violence omniprésente, une intrigue fortement colorée de multiculturalisme et la tchache qui va avec. Et dernière condition non négociable ; le récit doit intégrer une dimension mystique, quitte à méchamment flirter avec le fantastique. Et pour ne pas faire les choses à moitié, G abino I glesias s'inscrit dans sa propre veine créative qu'il appelle - forcément - le « barrio noir» ! « Santa Muerte », son premier roman traduit (chez Sonatine™) permettra à quiconque le souhaite de se faire son propre jugement sur ledit genre.              Fernando est un immigré illégal mexicain qui survit à Austin au Texas , en vendant de la drogue. Dès le début du court roman d' I glesias il est kidnappé. Relâché il va devoir délivrer un message à son employeur. À p

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service

Place aux immortels [Patrice Quélard]

Récompensé par le prix de la Gendarmerie Nationale © 2021, « Place aux immortels » a été écrit au début du confinement de l'année dernière.              À partir d'un ancien synopsis, P atrice Q uélard qui n'en est pas à son coup d'essai question littérature, quand bien même aura-t-il  attendu de remporter ce prix pour être publié par une maison d'édition ayant pignon sur rue, rédige en 45 jours un magnifique page-turner .  Si j'ai un goût particulier pour les enquêtes policières qui se déroulent dans des juridictions d'exception, ici sur le front entre avril et octobre 1915, « Place aux immortels » est bien plus qu'un excellent whodunit . Au même titre de Capitaine Conan , de R oger V ercel est bien plus qu'un énième récit de guerre.  P atrice Q uélard, comme V ercel ne nous décrivent par une tranche d'histoire il nous y font participer. Le talent que le prix Goncourt © 1934 met à nous immerger dans un aspect de l'Histoire assez méconnu,