Accéder au contenu principal

Articles

Tranchecaille [Patrick Pécherot]

« Tranchecaille » de P atrick P écherot se déroule en 1917, pendant ce qu'on a appelé « l'offensive Nivelle ». Vraie-fausse enquête policière, ce roman paru en 2008 est le portrait en creux de la « Der des Ders ».             Le soldat Antoine Jonas , condamné à mort pour l'exemple, sera le révélateur, au travers des témoignages de ses camarades de tranchée, de sa permission parisienne, des actes de son avocat le capitaine Duparc , de l'idée que P atrick P écherot se fait de la « Grande Guerre ».              S'inspirant des peintures qui paraissaient dans l'hebdomadaire L'Illustration , P écherot écrit un roman noir dans la lignée de ce que Jean Amila ( Le Boucher des Hurlus ) ou D idier D aeninckx ( La Der des Ders ) ont pu faire en leur temps.             Très vivant, son récit restitue un parler populaire plus vrai que nature. Il rend compte de la fatigue des hommes du front. De l'arrière où la paranoïa, le ressentiment, la honte parfois rendent la
Articles récents

Control [Peter W. Singer & August Cole / David Fauquemberg]

Deuxième roman dans le domaine de la « FICINT » [ Pour en savoir + ] par S inger & C ole - cette fiction dont il sont les promoteurs et qui se base sur des recherches pointues dans les domaines les plus divers, mises au service d’un récit qui anticipe les conflits de demain, tout en restant dans un « cône de vraisemblance » -  « Control » prend le pari d'anticiper notre avenir de 8 ans.             P . W . S inger & A ugust C ole imaginent donc un test grandeur nature, Burn-In , le titre original, ou deverminage en français ( sic ) exprime mieux cet aspect que le titre finalement retenu par les éditions Buchet-Chastel­™. Or donc, dans une Amérique du Nord en déliquescence, la robotique s'est accaparée de très nombreux secteurs de l'emploi, Laura Keegan , agent du FBI , se voit proposer une mission qu'on ne refuse pas. Elle va tester en situation tout ce qu'il y a de plus réelle un « robot policier ».   Il va sans dire que le chômage massif qu'a entra

The Old Man [Jeff Bridges / John Lightgow / Amy Brenneman]

Déjà renouvelée pour une seconde saison après seulement trois épisodes , « The Old Man », adaptation télévisée d'un roman (non traduit en français) de T homas P erry, casse la baraque et botte quelques culs.             Le pitch est simple, un ex-agent de terrain de la CIA , qui vit caché aux yeux de son ex-employeur depuis de nombreuses années, voit (littéralement, de manière prémonitoire) l'agence de renseignement étasunienne s'intéresser à lui. La raison en est une « dette » contractée pendant la guerre russo-afghane où il joua un rôle pas du goût de tout le monde. Ce qui devait être une mission de routine, Dan Chase l'agent en question a plus ou moins l'âge de son interprète, J eff B ridges, ne se déroule pas comme prévue. Harold Harper ( J ohn L ightgow, impérial), avec qui Chase travailla en Afghanistan se retrouve - contre son gré - dans la boucle.             La très bonne idée est bien sûr de mettre en scène un agent d'une soixantaine d'années

Everything [Christopher Cantwell / I.N.J. Culbard / Laurent Queyssi]

Ça commence sur un malentendu.             Lecteur stakhanoviste de bandes dessinées américaines pendant des années, j'ai depuis quelque temps sérieusement levé le pied. Si certains scénaristes se sont enracinés sur ma short list , très peu au demeurant, les autres (les plus nombreux forcément) me sont devenus quasi invisibles illisibles. Reste une catégorie - les nouveaux venus - à laquelle je reste attentif. Avec une prédilection pour les mini-séries.             C hristopher C antwell a donc en sa qualité de nouvelle plume, attiré mon attention lorsqu'il a été embauché par Marvel™ pour écrire une histoire du Doctor Doom (alias le Docteur Fatalis). Une attention qui n'a cependant pas tenu longtemps. Je lui ai cependant laissé une chance et je me suis intéressé à la série télévisée Halt and Catch Fire , en même temps qu'à sa maxi-série de BD Blue Flame , chez Vault Comics™, probablement plus personnelle.  Deux expériences qui ne m'ont pas convaincu davantage. Res

Maître des Djinns [P. Djèli Clark / Mathilde Montier]

Premier roman de P . D jèli C lark, « Maître des Djinns » s'installe dans la même Égypte uchronique de ses deux textes courts Le mystère du tramway hanté et L'Étrange affaire du Djinn du Caire [ Pour en savoir + ]. Et premier constat : la forme longue réussie tout aussi bien à P . D jèli C lark que les nouvelles ou les novellas . Deuxième constat P . D jèli C lark est capable, si j'en crois ma propre expérience, de vous embarquer pendant presque 500 pages d'une histoire où des les premiers chapitres vous connaissez l'identité du maître des Djinns qui donne son nom au roman. La première raison en est que l'auteur a construit une Égypte fascinante, et qu'il s’évertue tout au long de son histoire à en restituer l'atmosphère et les mœurs avec beaucoup de brio. C'est d'autant plus dépaysant que le pays à connu des bouleversements qui l'ont - littéralement - réenchanté. Il est à ce propos intéressant, voire indispensable, de lire au préalable le

« Comprendre Ms. marvel » par Rokhaya Diallo

Dans une tribune qui se propose de donner la parole à des gens qui ne pensent pas comme la ligne éditoriale de l’hebdomadaire, le n°1319 de Marianne la donne à madame R okhaya D iallo, journaliste au Washington Post .              Titrée « Comprendre Ms. Marvel », madame D iallo y évoque une flambée critique sur les réseaux sociaux hexagonaux (?) au sujet de la série télévisée que consacre Disney+ ® à Ms. Marvel , une jeune super-héroïne également connue sous l’alias de Kamala Kha n.  Je ne suis pas les réseaux donc mon billet ne s’intéressera qu’aux propos qu’a tenus la journaliste dans cette tribune.  Tout d’abord un point de détail.  Madame D iallo laisse entendre, dans son éditorial, que les « comics » ne concerneraient que les super-héros. Il se trouve que la bande dessinée américaine, qui si on l’appelait comme ça prêterait moins bien à confusion, est un secteur bien plus large que les seuls super-héros. Mais soit !              Or donc, la journaliste du Washington Post affirm