Accéder au contenu principal

Articles

La Vautour [Justine Niogret]

Très court texte, quelques paragraphes, rédigé dans le cadre du financement participatif d'un jeu de rôle [Pour savoir +] de Dark fantasy, « La Vautour » tranche par sa violence et son efficacité.
Rebutant, mais impossible à lâcher.

Sa brièveté est aussi sa force. D'autant plus nécessaire que plongé in medias res dans une sorte de « voyage du héro » dont les étapes seraient abattues à la hache, et au galop, la lecture se fait en apnée.

             Si je n'avais pas peur de me répéter, je dirais que « La Vautour » est de ces récits dit « behavioristes », où la plus grande partie de ce qu'ils disent en est absent.

Trouvée par hasard, cette courte nouvelle est une lecture dont l'effet est inversement proportionnel à sa longueur.
Aussi sec qu'un coup d'épée sur un bouclier. Et aussi percutant ! 
Articles récents

Thin Air [Richard K. Morgan / Claude Mamier], une critique-feuilleton

Critique un peu particulière aujourd’hui, puisqu’elle prendra la forme du premier épisode d’un feuilleton.
            En effet, j’aimerais tenter l’aventure d’une critique en épisode, au rythme de ma lecture du dernier roman en date de Richard K. Morgan. 
Une sorte de « Ligne verte », toute chose égale par ailleurs, au temps du Covid-19® et de la blogosphère. Pour citer un des derniers projets de roman-feuilleton qui me vient en tête. À raison de deux livraisons par semaine.
Mais surtout il s’agira, et c’est là que réside le défi en ce qui me concerne, d’avoir quelque chose à dire sur les pages lues, qui ne soit pas qu’un bête résumé.
Bref, voyons ça de plus près …….
           Deuxième roman se déroulant dans le même univers que celui de Black Man [Pour en savoir +], mais ce coup-ci sur Mars, « Thin Air » est toujours écrit par Richard K. Morgan, un romancier dont la notoriété a connu un sacré bond, à compter du moment où sa précédente série romanesque a été adaptée en série télévisée, e…

Le gambit du détective [Victor Fleury] ; une uchronie voltaïque

L’uchronie !? Le terme n’apparaît qu’en 1857, mais la discipline est au moins aussi ancienne que la science-fiction. Si on considère que cette dernière est née entre 1818(1) et 1926(2). 
Distincte donc, mais aussi sous-genre de l'autre, à un point tel qu’on ne questionne plus son appartenance au domaine de la Sf. 
Pourtant cette discipline, en marge de l’Histoire et du roman historique nécessite, ou plutôt, devrait nécessiter, une articulation scientifique ou au moins technologique, consécutive ou causale de sa divergence avec l’Histoire que l’on connaît, pour être de la science-fiction, non !?
            Comme dans le « Gambit du détective » de Victor Fleury, par exemple. Une nouvelle qui carbure à l’énergie « voltaïque ». Un (nouveau) sous-genre, apparenté au Steampunk, lequel exprime un passé « où le futur serait arrivé plus tôt», comme vous le savez sûrement. 
Victor Fleury invite donc l’énergie voltaïque à être cette pierre angulaire technologique dans une uchronie napoléonienne…

Petit enfer dans la bibliothèque, une Fantasy postmoderne

Septième aventure de Thursday Next, l'héroïne inventée par Jasper Fforde, ici traduite par Jean-François Merle, « Petit enfer dans la bibliothèque » en est pour l'instant la dernière en date.
« Je m'apprête à tuer quelqu'un vendredi matin, et j'aimerais bien savoir pourquoi »

            Créé dès 2001 et traduit 3 ans plus tard, le petit monde qui gravite autour de la ville de Swindon (GB) et de ses livres, est un univers de Fantasy. En ce qu'il propose un monde très différent du notre, mais qui ne repose pas, comme c'est parfois avancé, sur une uchronie.
En effet, s'il fallait prendre l'élection du président George Formby, au lendemain de la Libération comme « point de divergence », quid de la guerre de Crimée ? Et que penser de l'invasion de l'Angleterre par les nazis avant ladite Libération ?
Ceci dit sans prendre en compte le Monde des livres™, un univers à part entière, créé par le Grand Manitou.

Vous l'avez compris, la cosmogonie des s…

Johnny Mnemonic [William Gibson / Jean Bonnefoy]

C’est semble-t-il, sur la suggestion de John Shirley, dont Gibson fera le « patient zéro du Cyberpunk », que ce dernier soumet « Johnny Mnemonic » à Ellen Datlow, qui sélectionne les nouvelles de la prestigieuse revue de Sf et de vulgarisation scientifique Omni
En mai 1981, il n’est cependant pas encore question de parler de « Cyberpunk ». 

            Encore aujourd’hui, presque 20 ans après sa publication et l’évolution sans commune mesure de l’informatique. Sans oublier tout ce que le genre a produit ; « Johnny Mnemonic » est d’une efficacité redoutable. 
Ceci tient en grande partie au style utilisé par William Gibson. 
La narration subjective, qui donne bien évidemment un ton personnel, vécu. Et la technique dite de l’Iceberg™, en vertu de quoi la force d’une histoire réside dans ce qui est sous-jacent. Dans son implicite. 
Par exemple, pas besoin de s’étendre sur le type de société dans laquelle se déroule l’intrigue, la description de Jones, le dauphin, suffit largement. Le reste d…

Mauvaise donne [Jean-Philippe Jaworski]

Que dire que vous ne puissiez découvrir vous-même en lisant « Mauvaise donne », la novella extraite du recueil de Jean-Philippe Jaworski, intitulé Juana Vera ?
Ici, sous la très belle couverture de Hervé Leblan.

Rien de plus rabat-joie en effet, que les longs résumés de texte, où la seule chose qui nous reste après nous y être frottés, est de ne plus pouvoir lire ce dont ils parlaient car ils en avaient trop dit.
Évitons, autant que faire se peut d'être un nouvel Agent orange™ de la blogosphère critique.
Soyons périphérique.

            « Mauvaise donne », nous le savons aujourd'hui, est, entre autres choses, la carte de visite du roman Gagner la guerre, autant que la cartographie du monde secondaire où se déroulent ces deux récits. Fantasy d'inspiration Renaissance, la narration de la novella emprunte cependant la structure focalisée, à la première personne, sur le modèle des Marlowe de Raymond Chandler. Où, pour le dire autrement, s'exhibent les forces nomades et subversi…