Accéder au contenu principal

Articles

Le Zombi express [George Langelaan]

Roman d'espionnage qui s’apparente plus à une course poursuite menée à un train de sénateur, « Le Zombi express 1964 » contient cependant quelques très bons moments.              L'intrigue, qui tient toute entière dans son titre, souffre certainement de sa trop grande sobriété, et du poids des ans.  « La peur est une ceinture de sécurité qui aide considérablement. »  En effet, G eorge L angelaan est un écrivain trempé au bain de l'expérience. Ex-agent de l'Intelligence Service (l'actuel MI-6 ) il est parachuté une nuit de 1941 au-dessus d' Argenton-sur-Creuse dans l'Indre, pour aider la Résistance française. Arrêté en 1942 il sera emprisonné au camp de Mauzac, en Dordogne . D'où il s'évadera - avec dix autres prisonniers - pour rejoindre Londres . Et repartir au combat, cette fois sous l'uniforme britannique.  À la fin des années 1950, laissant l'aventure aux autre, il se reconvertira dans la littérature de (mauvais) genre, en signant nota
Articles récents

La guerre éternelle [Joe Haldeman / Gérard Lebec & Diane Brower]

Fils de général, J oe H aldeman part faire la guerre du Vietnam contre son gré en 1967. Il en reviendra blessé en 1968, et décoré de la Purple Heart . « La guerre éternelle » s'inspire de cette expérience. À tel point que le nom de son personnage principal, Mandella , est un quasi acronyme du sien, et que son héros rencontrera un autre personnage appelé Marygay Potter , le nom de sa propre épouse. Il fera également vivre un entraînement hivernal aux jeunes recrues de son histoire, comme lui-même en avait subit un  pendant ses classes, au cœur du Missouri , alors qu'il allait combattre dans la jungle du Sud-Est asiatique.  Le roman commence d'ailleurs par un souvenir très précis de cet entraînement apparemment contre-intuitif : « — Ce soir, nous allons vous montrer huit manières de tuer un homme ; elles sont toutes silencieuses. »             Souvent présenté contre un roman anti-militariste, ce dont se défend d'ailleurs H aldeman ; pour lui « La guerre éternelle » e

David Galula et la théorie de la contre-insurrection [Driss Ghali]

D avid G alula (1919-1967) est un stratégiste français, passé par Saint-Cyr , qui a participé à la seconde Guerre Mondiale, et à la guerre d'Algérie.             Attaché d'ambassade en C hine auprès du colonel J acques G uillermaz à partir de 1945, puis membre de la commission spéciale des Nations Unies dans les Balkans , il a l'occasion d'observer de très près la guerilla qu'y livre M ao T sè- T oung, ainsi que la guerre civile grecque. De 1951 à 1956 il est attaché militaire à H ong-Kong où il rencontre notamment des spécialistes américains et anglais de la contre-insurrection. Laquelle deviendra son champ d'expertise, fort de ce qu'il a appris en Chine et en Grèce .             De 1956 à 1958, il mettra en pratique ses théories en Algérie où il est affecté, et plus précisément dans le djebel Mimoun , en Grande Kabylie .              En 1958, retour en Métropole à l'État-Major de la défense nationale où il s'occupe plus précisément de la radio, un

Mémoire de métal [Alastair Reynolds / Benoît Domis]

La lecture de « Mémoire de métal » m'a donné l'impression d'avoir lu un brouillon.             En effet, ce texte de 192 pages, traduit par B enoît D omis pour les éditions Bragelonne™ ressemble - à s'y méprendre - à une proposition de roman à peine mise en forme.  Dominée par une idée plutôt originale, mais dont on ne saura pas grand chose, sinon quelle donne son titre anglais au texte : « slow bullets » ; des « balles lentes » donc qui sont - apparemment - une « Mémoire de métal » qui équipe chaque soldat.             Au final, cette novella (si j'en crois le prix Locus © 2016 qui l'a récompensée) deviendra peut-être intéressante en devenant un roman. Pour l'heure, il s'agit d'un récit très frustrant.                Deux autres avis, dont je crois que je peux dire qu'ils ne sont très différents du mien : L'épaule d'Orion , et Les Lectures du Maki .         

Bal de brume [Estelle Faye]

S'il est peu probable que l'issue de cette nouvelle vous échappe dès les premières lignes lues, je gage que la force évocatrice d' E stelle F aye ne vous laissera pas indifférent.             Inspirée, si l'on en croit le texte qui accompagne cette offre de lecture gratuite [ Pour en savoir + ], par sa propre vie, « Bal de brume » est si bien écrite que la sensation d'avoir vous-même participé à cette soirée d'Halloween risque de vous hanter quelque temps. Du moins si j'en crois ma propre expérience.             « Bal de brume » est de toute évidence la nouvelle idéale pour quiconque, qui comme moi, ne connait pas cette autrice. D'autant qu'Albin Michel Imaginaire™ publie ce mois-ci Widjigo , une sortie bien tentante [ Pour en savoir + ], dont l'attraction est encore amplifiée par la très belle couverture d' A urélien P olice.             « Bal de brume » est donc disponible gratuitement en compagnie d'une seconde nouvelle Les Anges ti

Sélénie [Fabrice Lebeault / Greg Lofé]

« Il n'est jamais trop tard pour avoir une enfance heureuse »  The Marx Brothers  C'est l'aboutissement d'un rêve qui a couru pendant près d'une dizaine d'années dans la tête de F abrice L ebeault.              Réalisée à partir d'un story-board nourri de cette décennie de remue-méninges, l'histoire de « Sélénie » fait montre d'une rigueur dont on peine à croire qu'elle s'émancipe d'un véritable scénario.  Science- fantasy en cela qu'elle n'entretient que de lointains, très lointains rapports avec l’exactitude scientifique, l'histoire possède une naïveté trompeuse, et un charme désuet captivant qui ne doit rien au hasard.  Colorisé par G reg L ofé tout en aplat, le dessin très Ligne claire™ de F abrice L ebeault est tout aussi évocateur que les clins d’œil que le lecteur se réjouira de découvrir au fil des 72 pages de l'album.  Des références qui, soit dit entre nous, participent plus d'un jeu de pistes que d'une