Accéder au contenu principal

Articles

Searching [Aneesh Chaganty / Sev Ohanian]

Bluffant, tout simplement.
••• Malgré une approche formelle de la réalisation, qui ne manquera pas d'attirer les commentaires, le cinéaste Aneesh Chaganty n'y sacrifie pas l'intrigue de son film, co-écrite avec Sev Ohanian.
On mesurera d'ailleurs toute l'astuce de l'ultime rebondissement de ce thriller, annoncé, d'une certaine manière, en toutes lettres dans la première partie du métrage.


Searching, dont je salue l'adaptation (ici française, mais j'ai entendu dire que le même soin avait été -logiquement- apporté partout où il a été traduit), est le parfait produit d'une époque gouvernée en grande partie par les réseaux sociaux, et l'univers informatique.

Un film 2.0, au même titre que La Toile [Pour en savoir +] de Sandra Lucbert, est un roman 2.0.

Que son réalisateur et co-auteur, ait travaillé pour la célèbre entreprise de Mont View, n'est sûrement pas étranger à la forme filmique adoptée (edit : pas tout à fait, voir la note en bas de pa…
Articles récents

Mort à tous les étages [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Quatrième roman publié par notre auteur du mois, Mort à tous les étages est construit à partir d'une idée malheureusement assez banale, que Duane Swierczynski pousse dans une logique jusqu'au-boutiste. Et aussi délirante soit-elle, qui fonctionne parfaitement tout le temps que prend la lecture de ce roman.
••• SiStephen King a Castle Rock, William Faulkner le comté de Yoknapatawpha, Duane Swierczynski reste fidèle à Philadelphie, où il place une nouvelle fois son intrigue. Très précisément au 1919 Market Street, dans un parallélépipède de 37 étages. 

C'est au 36ème étage de cet immeuble que la Murphy, Knox & Associates a convié ses cadres pour une réunion de travail, un samedi matin. Mais celle-ci ne se déroulera pas comme pouvait s'y attendre David Murphy.  
Le titre original du roman en dit un peu plus sur son contenu.

       En effet, «Severance package» le titre en question, peut se traduire par indemnités de départ, lesquelles vous vous en doutez n'auraient p…

The Blonde [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Difficile de croire qu'avec une couverture aussi sobre, The Blonde puisse, plus qu'un autre roman, attirer les lecteurs. Même si elle fait explicitement référence à l'une des entrées en matière les plus percutantes qu'il m'a été donnée de lire un jour : 
«21 h 13 Liberties Bar, aéroport international de Philadelphie
— J’ai mis du poison dans votre verre.
— Pardon ?»
••• Machiavel du high concept, le natif de Philadelphie prend au mot le stéréotype bien connu dit de la « Femme fatale™ », et livre un encore excellent page-turner.
Clin d’œil à ses aficionados les plus fidèles, et bien que The Blonde n'est en aucun cas la suite de À toute allure [Pour en savoir +], l'un des personnages de ce dernier apparaît dans celui-ci. En plus de quelques allusion sur ce qui s'y est passé ; sans que cela n'handicape pour autant la lecture du roman dont il va être question ici.
Mort à tous les étages, le roman suivant The Blonde, en terme de date de publication, réitérera …

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

Date Limite [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Duane Swierczynski est de ces écrivains qui vous donnent envie de visiter les lieux dont ils parlent. Alors même que la description qu'ils en font est loin, très loin, de pouvoir leur obtenir une mention dans un guide de tourisme.
••• En partie autobiographique, Date Limite se déroule donc essentiellement dans le quartier de Frankford  à proximité de l'Elevated Line (EL), la première ligne de métro ouverte à Philadelphie.

Sorte de whodunit sous stéroïdes, ce court roman traduit par Sophie Aslanides, greffe sur son astucieuse intrigue un artefact de pure science-fiction : le voyage dans le temps.
Inspiré par la période particulièrement trouble de la recherche scientifique, laquelle, influencée par la Guerre froide© a accouché d'une ribambelle de recherches plus saugrenues les unes que les autres, Duane Swierczynski imagine un procédé plutôt simple de jouer les Marty McFly.  
Si l'essentiel n'est pas dans le procédè lui-même, l'auteur de Date Limite, lui donne toute …

La Prière de Galilée [Joshua Corin/Philippe Mortimer]

En 2013, 16 millions de « polars » ont été vendus, 1820 titres commercialisés, pour un chiffre d'affaire total de 168 millions d'euros. Du moins sont-ce les chiffres que l'on peut trouver sur la Toile©.
••• On comprend dès lors qu'il n'est pas facile de tirer son épingle d'un si vaste marché. Pas facile non plus, de dire à quoi tient le succès, ou l'anonymat, de tel ou tel roman. 

Publié parmi les 1820 titres recensés de 2013, La Prière de Galilée n'a ainsi atteint ma tablette numérique, que ces jours-ci.
Par hasard.
En effet, je faisais des recherches sur ce qu'avait écrit Duane Swierczynski pour le marché de la BD [Pour en savoir +], quand je suis tombé sur le nom de Joshua Corin, associé à une histoire de Deadpool. Parfaitement inconnu de moi, ce scénariste a donc légitimement titillé la curiosité que j'entretiens pour les nouveaux scénaristes de BD américaine.
Et de lien en lien, j'en suis arrivé à apprendre qu'il était également l'é…

Deadpool vs X-Force [Duane Swierczynski/Pepe Larraz] Panini

Le voyages dans le temps n'est pas une idée en voie de disparition dans le loisir de masse. Pas plus chez l'éditeur américain Marvel qu'ailleurs.
Néanmoins, le scénariste Duane Swierczynski s'en tire plutôt bien, avec les quatre numéros de Deadpool vs X-Force ; lesquels mettent justement en œuvre ce concept. 
••• Premier atout, et non des moindre, les 80 planches de l'histoire sont dessinées par Pepe Larraz. 

À l'époque (en 2014), le dessinateur madrilène commençait à faire son trou chez Marvel ; et en lisant cette mini-série on comprend pourquoi. Son style explosif, soutenu par une narration toute aussi dynamique que claire, est fait pour raconter des histoires de super-emmaillotés. Expressifs, ses personnages habitent littéralement la planche, dont la mise en récit diversifiée est un régal pour l’œil.
Nolan Woodward, avec sa gamme de tons chauds, colorise les planches de Larraz avec autant de talent que ce dernier en met à les dessiner. 
À tel point qu'on pe…