Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du décembre, 2019

Stalingrad [Emmanuel Delporte] L'Ivre-Book

Cinq parties comme autant de points de vue sur une surnature sous influence.
Celle de l'essai aussi inclassable qu'influant, écrit par Jacques Bergier & Louis Pauwels, au titre explicite mais pourtant mystérieux : Le matin des magiciens.
Mais que se rassurent ceux qui ne l'auraient pas lu, l'omniprésente « pop culture » a pris le relais, et autant les lecteurs que les spectateurs de Hellboy seront en terrain connu.

Stalingrad d'Emmanuel Delporte, roman dont la couverture ne laisse aucune ambigüité sur son contenu se déroule en 1942, durant l'opération Barbarossa. L'auteur, dont c'est le premier roman publié, raconte donc des faits, absents des livres d'Histoire, par le biais de cinq points de vue différents. Cette technique, fort bien maîtrisée, dote son roman d'une énergie communicative.
Le tableau d'honneur de la meilleure perspective revient, à mon avis, à la quatrième partie, rédigée sous la forme d'un journal intime. La plus faible,…

Les chiens de Belfast [Sam Millar / Patrick Raynal]

« Une erreur d'interprétation, et tu bascules dans la rivière de merde, les rames solidement enfoncées dans le cul  »
            Les chiens de Belfast est le premier tome d'une série de quatre romans écrite par Sam Millar, à la demande de son éditeur qui voulait un héros récurrent.
Karl Kane, puisque c'est de lui qu'il s'agit, est un détective privé dur à cuire, jamais en panne d'une bonne blague.

Sam Millar, que j'ai découvert par hasard, mais qui semble jouir d'une assez bonne presse hexagonale, livre ici pourtant un récit policier bien peu rigoureux.

Ainsi, son détective privé entretient-il bien moins des six célèbres degrés de séparation avec n'importe quel personnage important de l'intrigue.  Ce qui est plutôt bienvenu puisque tous ces électrons, dont certains ne resteront pas libres longtemps, gravitent autour de l'enquêteur.
Ajoutez quelques réactions assez incompréhensibles de personnages clés (le duo de tueurs, le beau-frère), et un d…

Opération Sweet Tooth [Ian McEwan / France Camus-Pichon]

«Tout roman est un roman d'espionnage, tout écrivain est un espion.»  Ian McEwan
            Apprendre la prochaine parution d'un album de bande dessinée consacré aux liens entre la politique américaine et Jackson Pollock*, m'a ramené dans le giron d'un de mes centres d’intérêt : « la guerre froide culturelle».
Initié, par hasard, à ce versant de l'Histoire grâce au roman de Joseph Geary - intitulé Miroir - je m'y suis totalement plongé via l'essai de Frances Stonor Saunders, le bien nommé : Qui mène la danse (la CIA et la guerre froide culturelle). Toutefois, si la chute du Mur de Berlin™ a mis fin à la guerre froide, la CIA n'en a pas fini avec la  « la guerre culturelle».
Comme le met brillamment en lumière The Report, le récent film de Scott Z. Burns [Pour en savoir +].
            Or donc, Opération Sweet Tooth se déroule pour sa part en Angleterre au début des années 1970. On y découvre une partie de la vie de Serena Frome (prononcer « Frume », comme da…

The Report [Scott Z. Burns / Adam Driver / Annette Bening]

« Il faut se reporter au sentiment qui prévalait en Amérique au lendemain du 11 septembre. La peur et la paranoïa étaient immenses, et je ne puis que conjecturer sur l'anxiété qui devait régner au sein de la CIA du fait de n'avoir pas pu prévenir ces attentats. » Scott Z. Burns

The Report, du réalisateur & scénariste Scott Z. Burns, est un film d'autant plus intéressant qu'il relate une enquête tout ce qu'il y a de plus ennuyeuse d'une manière très attrayante. 

En effet, pendant 7 ans à partir de 2009, à la demande de la sénatrice Dianne Feinstein, Daniel J. Jones va, avec une équipe restreinte (sic), consulter d'innombrables documents afin de faire la lumière sur les différentes formes de torture  utilisées par la CIA sur des prisonniers, entre 2001 et 2006, durant ce qui a été convenu d'appeler la « guerre contre le terrorisme ». Et sur leurs résultats.

Et contre toute attente, ce film de 2 heures captive de bout en bout ; et trouve sa place auprès …

Le Jardin [Pyun Hye-young/Lim Yeong-hee/Lucie Modde]

« Une version coréenne du Misery de Stephen King. », certes ! Mais là où le romancier du Maine explorait ses propres peurs, Pyun Hye-young nous offre celles d'un quidam qui pourrait être le lecteur lui-même.
C'est d'ailleurs là que se niche le talent de l'autrice sud-coréenne ; nous captiver avec un sujet déjà pourtant brillamment traité, et dont l'universalité ne devrait plus guère nous terrifier. 

Et pourtant, .......

            Récompensé en 2017 par le Shirley Jackson Award©, dans la catégorie « roman » ; lequel honore des auteurs qui accomplissent des réalisations exceptionnelles dans le domaine du suspense et de l'horreur psychologique, Le Jardin fait honneur à son prix.   

Mélanges de sangs [Roger Smith / Mireille Vignol]

« Il faut choper le lecteur par les couilles dès le premier chapitre », estime James Ellroy ; Roger Smith n'agit pas autrement dans ses propres romans noirs
             Mélanges de sangs, son premier, est à la littérature ce que la guerre était pour Carl von Clausewitz ; la continuation de la politique par d'autres moyens.
Roger Smith ne dit d'ailleurs pas autre chose lorsque dans un entretien il estime que « le roman policier ne peut se contenter d'être un divertissement » dans un pays - l'Afrique du Sud - où la criminalité faisait en 2011 de Le Cap, la ville la plus dangereuse du monde.
En tout cas ce dernier dresse un terrifiant portrait des Cap flats, l'immense ghetto à l'est de la Mother City, un endroit que l'auteur connait bien puisque en plus d'y être allé, son épouse en est originaire. 

Mélange subtil et terrifiant de faits divers, d'individus réels, de politique et d'imagination ; Mélanges de sangs est un roman saisissant.
300 pages…