Accéder au contenu principal

Les Elfes de Fer t1 [Chris Evans / Emmanuel Chastellière]

Peut-être connaissez-vous cette « théorie littéraire », mise au point par l'écrivain & éditeur Ford Madox Ford, laquelle avance que la seule lecture de la quatre-vingt-dix-neuvième page d'un roman est suffisante pour donner envie de lire ou non ledit roman. 

Or donc, j'ai soumis La Souveraine des ombres à ce test. Et le premier tome de la série, connue sous le titre de Les Elfes de Fer, s'en tire plutôt bien.

« Quand le sort est jeté, au beau milieu de la bataille, tout ce qui compte, monsieur, ce sont les couilles, les mousquets et les soldats. Nous avons besoin des trois. »

            Ce premier tome, ressortissant de la Fantasy dite « magie & mousquets », est par ailleurs plutôt astucieux car il met en scène des elfes dans un sous-genre d'où ils sont généralement absents. 
En effet la Flintlock Fantasy (dans la taxonomie anglo-saxonne) dépeint un monde imaginaire post-moyenageux où l'avancée technologique est souvent équivalente à celle des débuts de notre propre « révolution industrielle ».  Une ère peu propice aux Elfes, du moins à ma connaissance.
Cela dit, comme le démontre avec brio Chris Evans, la littérature n'a que faire des jurisprudences taxinomiques. 
L'une des très bonnes idées de ce premier tome est de nuancer la race des Elfes. 
Ainsi, Konowa Vif-Dragon, ex-commandant des Elfes de Fer©, tout comme les elfes qu'il commandait, a été marqué et de fait n'entretient aucun lien, ou quasiment, avec la Nature.
Ce qui n'est pas le cas de tous les elfes.
Ils sont ici l'équivalent des éclaireurs indiens lors des Guerres indiennes (américaines), voire vu le contexte propre à La Souveraine des ombres, des Gurkhas.

Exilé pour des faits que je vous laisse découvrir, il est rappelé au début de l'histoire pour reprendre le commandement de son ancien régiment, dissout pour les actions qui lui avaient été personnellement reprochées. 
Toutefois une surprise l'attend au tournant.
Et il n'est pas le seul à avoir eu une surprise.

            Effectivement, si l'idée de départ était séduisante, je m'attendais plus à un récit de soldats durs-à-cuire qu'à celui traduit présentement par Emmanuel Chastelière pour les éditions Fleuve Noir™. Tous les ingrédients sont là, mais Chris Evans reste dans un registre un peu trop tiède à mon goût.
Et, ce qui n'arrange rien, ses deux fils narratifs lambinent bien trop, pour un final sans surprise. 

            En conclusion, ce premier tome a de bons ingrédients, certains inovovants même, des personnages attachants, un contexte (qui évoque l'Inde britannique) riche, mais l'ensemble manque, à mon goût, d'inspiration.
Visiblement Chris Evans a bien appris ses leçons, La Souveraine des ombres est un roman easy reader, mais il se montre un peu trop timoré compte tenu du potentiel romanesque de son aventure.  

Rien de vraiment répréhensible, mais les deux tomes suivants de son cycle sont passés de fait dans la file d'attente de ma Liste de lecture™.

Pour ceux qui voudrait se faire une idée de la page 99 voir ci-dessous, et pour un avis très détaillé, Le Culte d'Apophis se pose là !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er