Accéder au contenu principal

Les Elfes de Fer t1 [Chris Evans / Emmanuel Chastellière]

Peut-être connaissez-vous cette « théorie littéraire », mise au point par l'écrivain & éditeur Ford Madox Ford, laquelle avance que la seule lecture de la quatre-vingt-dix-neuvième page d'un roman est suffisante pour donner envie de lire ou non ledit roman. 

Or donc, j'ai soumis La Souveraine des ombres à ce test. Et le premier tome de la série, connue sous le titre de Les Elfes de Fer, s'en tire plutôt bien.

« Quand le sort est jeté, au beau milieu de la bataille, tout ce qui compte, monsieur, ce sont les couilles, les mousquets et les soldats. Nous avons besoin des trois. »

            Ce premier tome, ressortissant de la Fantasy dite « magie & mousquets », est par ailleurs plutôt astucieux car il met en scène des elfes dans un sous-genre d'où ils sont généralement absents. 
En effet la Flintlock Fantasy (dans la taxonomie anglo-saxonne) dépeint un monde imaginaire post-moyenageux où l'avancée technologique est souvent équivalente à celle des débuts de notre propre « révolution industrielle ».  Une ère peu propice aux Elfes, du moins à ma connaissance.
Cela dit, comme le démontre avec brio Chris Evans, la littérature n'a que faire des jurisprudences taxinomiques. 
L'une des très bonnes idées de ce premier tome est de nuancer la race des Elfes. 
Ainsi, Konowa Vif-Dragon, ex-commandant des Elfes de Fer©, tout comme les elfes qu'il commandait, a été marqué et de fait n'entretient aucun lien, ou quasiment, avec la Nature.
Ce qui n'est pas le cas de tous les elfes.
Ils sont ici l'équivalent des éclaireurs indiens lors des Guerres indiennes (américaines), voire vu le contexte propre à La Souveraine des ombres, des Gurkhas.

Exilé pour des faits que je vous laisse découvrir, il est rappelé au début de l'histoire pour reprendre le commandement de son ancien régiment, dissout pour les actions qui lui avaient été personnellement reprochées. 
Toutefois une surprise l'attend au tournant.
Et il n'est pas le seul à avoir eu une surprise.

            Effectivement, si l'idée de départ était séduisante, je m'attendais plus à un récit de soldats durs-à-cuire qu'à celui traduit présentement par Emmanuel Chastelière pour les éditions Fleuve Noir™. Tous les ingrédients sont là, mais Chris Evans reste dans un registre un peu trop tiède à mon goût.
Et, ce qui n'arrange rien, ses deux fils narratifs lambinent bien trop, pour un final sans surprise. 

            En conclusion, ce premier tome a de bons ingrédients, certains inovovants même, des personnages attachants, un contexte (qui évoque l'Inde britannique) riche, mais l'ensemble manque, à mon goût, d'inspiration.
Visiblement Chris Evans a bien appris ses leçons, La Souveraine des ombres est un roman easy reader, mais il se montre un peu trop timoré compte tenu du potentiel romanesque de son aventure.  

Rien de vraiment répréhensible, mais les deux tomes suivants de son cycle sont passés de fait dans la file d'attente de ma Liste de lecture™.

Pour ceux qui voudrait se faire une idée de la page 99 voir ci-dessous, et pour un avis très détaillé, Le Culte d'Apophis se pose là !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …