Accéder au contenu principal

PULP [ Ed Brubaker / Sean Phillips / Jacob Phillips / Doug Headline]

Court récit d'une soixantaine de planches, publié sous la forme d'un album dit « Original Graphic Novel », cette histoire est indépendante de tout ce qu'ont pu produire Ed Brubaker & Sean Philipps depuis la vingtaine d'années qu'ils collaborent.
            À l'origine il s'agissait pour le scénariste de produire un Western pour son dessinateur, à la demande de ce dernier. Finalement « PULP » se déroule en février 1939 à New York.
            « PULP » a plusieurs vertus, dont celle de donner un bel aperçu de ce qu'étaient justement les pulp magazines. Ces revues bon marché alimentées par une ribambelle de forçats attachés à leur Underwood™ et payés, comme Max Winter, deux cents le mot. Ainsi via ces magazines ont été publiés tous les genres de l'Imaginaire, dont certains sont même nés dans ces pages de mauvais papier.  
En très peu de planches, Brubaker & Philipps condensent un biographie dont la maîtrise de l’ellipse semble en ajouter bien plus qu'on en tourne, radiographient un caractère et une époque, et proposent un récit à suspense très bien ficelé.
Le tout s'imbriquant sans heurts, ni baisse de régime.
            « PULP » est aussi, et ce n'est pas la moindre de ses vertus, une belle porte d'entrée pour quiconque voudrait découvrir le travail des deux auteurs.
Certainement, à mes yeux, ce qu'ils ont fait de mieux depuis que je les lis. 
Historiquement solidement documenté, « PULP » trouve aussi une partie de son inspiration dans un accident qu'a eu Brubaker, dans lequel il a failli y laisser sa peau. 
12 euros pour lire la meilleure BD du semestre, c'est pas cher payé si vous voulez mon avis.

Commentaires

  1. Je reste sur l'idée que "Mort", l'éditeur odieux avec le protagoniste, est une caricature de Mort Weisinger, connu pour avoir été editor chez DC, mais qui avait débuté dans les pulps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'y avais pas pensé.

      Ça me rappelle la règle dite « Weisinger » justement, du nom de cet editor (évidemment), qui ne voulait pas plus de 35 mots pas case, et un maximum de 210 par page ; une règle qu'Alan Moore a souvent citée.
      Et dont pas mal de scénaristes devraient s'inspirer.

      Supprimer
    2. En y repensant, je me demande si Brubaker ne faisait pas aussi avec ce personnage une sorte d'allégorie de ce qu'il ressent à propos du « Soldat de l'Hiver » (qu'il a inventé en « work for hire ») et du traitement que lui a réservé Marvel™. Compte tenu, par exemple de la série TV en cours de diffusion qui capitalise sur le Winter Soldier.
      Il me semble qu'il a dit récemment avoir gagné plus d'argent avec son caméo dans l'un des films Avengers, qu'en créant ce nouveau personnage pour Marvel™.

      Supprimer
  2. d'après la légende, à son enterrement, le seul truc gentil que les gens ont trouvé à dire sur lui c'était "et encore, son frère était pire". il a bien accompagné Batman et Superman pendant une vingtaine d'années, mais il avait la réputation d'être odieux avec tout le monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, « et encore, son frère était pire » est une belle épitaphe.
      [-_ô]

      Supprimer
  3. c'est complètement possible. Mais Weisinger est un peu le maître étalon dans le genre. Il a très maltraité Siegel et Shuster, notamment.

    RépondreSupprimer
  4. Brubaker & Philipps condensent un biographie dont la maîtrise de l’ellipse semble en ajouter bien plus qu'on en tourne. - C'est la sensation que j'éprouve quand je commence à coucher sur le papier (enfin sur le clavier) ce que j'ai pensé de ma lecture d'un comics de Brubaker & Phillips : il y a beaucoup plus que ce qu'il y a sur la page.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er