Accéder au contenu principal

L'Indice de la peur [Robert Harris / Natalie Zimmermann]

Compte à rebours aux allures d'une catastrophe annoncée, « L'Indice de la peur », titre homonyme du surnom d'un véritable indice - dit de volatilité - des marchés financiers, le roman de Robert Harris brouille astucieusement les pistes jusqu'à ce que l'évidence rende les choses inéluctables. 
            Récit sans concessions au (mauvais) genre qu’il revendique, les péripéties et les personnages honorent néanmoins un classique de la littérature dont on dit qu'il a vu le jour sur les rives du Lac Léman. Et avec qui il partage un patrimoine commun. 
C'est d'ailleurs essentiellement sur ses rives que se déroule « L'Indice de la peur », et plus précisément au cœur de Genève, une ville qui sans conteste incarne le plus universellement, au coude-à-coude avec Wall Street et la City, le monde des banques et de la finance. 
Robert Harris y plante donc un fait divers qui au fil des pages se révélera l'innocent village Potemkine™ d'une bien plus dangereuse menace. Une histoire inspirée d’événements qui se sont réellement déroulés en 2010. 
            La solidité de l'intrigue est soutenue par une brochette de personnages que le savoir-faire de l'auteur dote de suffisamment de charisme pour susciter notre intérêt. Si Alexander Hoffmann, ex-scientifique attaché au CERN, et actuel patron d'un fond d'investissement ; et son épouse, Gabrielle, une artiste dont la démarche artistique mime - symboliquement - celle plus prosaïque de son mari, s'accaparent les attentions de l'auteur, ce dernier n'oublie pas l'importance des rôles secondaire ; quand bien même n’occupent-ils que des strapontins. 
Pas plus qu'il n'oublie d'ailleurs celui de son antagoniste principal, dans la mesure où la qualité d’une histoire dépend souvent du méchant qu’elle met en scène. 
            « L'Indice de la peur » ne renouvelle certes pas formule du thriller en créant un nouveau paradigme, il n'en demeure cependant pas moins qu'il utilise l'algorithme à sa disposition avec le sang-froid d'un opérateur de marché et la science d'un vieux routier du (mauvais) genre. 
Reste donc un roman qui encourage l'impatience, et se révèle à la hauteur des espérances d'évasion que son titre promettait.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er