Accéder au contenu principal

Sans aucun remords [Jordan / Solima / Sheridan / Staples / Clancy]

Comme le roman homonyme du célèbre Tom Clancy, dont il est la très libre adaptation, « Sans aucun remords » est l'apax existentiel de John Kelly - lequel évènement unique conditionnera le reste de son existence - un personnage récurrent de ce qu'il est convenu d'appeler le Ryanverse©. Une franchise romanesque ayant pour axe central le personnage de Jack Ryan, un analyste de la CIA d'encre et de papier, que sa carrière, passée via le cinéma et la télévision, a installé dans l'imaginaire collectif occidental. 
            Laissant derrière lui les années 1970, le Vietnam, John Milius, Keanu Reeves, Laurence Fishburne, Christopher McQuarrie ou encore Tom Hardy, l'acteur Michael B. Jordan recrute Stefano Solima et les scénaristes Taylor Sheridan & Will Staples pour qu'ils lui taillent dans un uniforme de Navy SEAL™ qui allait pourtant très bien à son personnage, une toute nouvelle panoplie de redresseur de torts, motivé par la vengeance. 
            Ne gardant que l'idée-force du roman, le pool créatif l'étoffe donc d'un contexte géopolitique contemporain, qui débouchera sur un film que sa faiblesse scénaristique ne parviendra pas totalement à hisser au niveau qui aurait pu être le sien. Et ce, malgré quelques idées intéressantes comme la diversion en la personne d'un agent de la CIA antipathique, le contrepied concernant le lieutenant Geer après que son arme se soit enrayée, ou l'étrange « séance des prénoms ».
            La réalisation, plutôt rentre-dedans de Stefano Solima, compte elle aussi plusieurs très bonnes idées de mise en scène ; dont l'arrivée du commando SEAL™ à Alep en Syrie, ou encore l'utilisation ingénieuse d'une lampe-torche. 
Néanmoins dans sa volonté d'augmenter la côte de dur-à-cuire de son personnage principal, le film s'attaque bien trop agressivement à la crédulité des spectateurs. Souvent au mépris du but que le personnage principal est sensé vouloir atteindre (l'attaque de la voiture, puis son incendie : pour quel résultat(s) ?). Idem lorsque John Kelly se voit en futur père de famille idéal, tout droit d'un catalogue de bonne manières (baille). 
            En outre, à trop vouloir faire de Michael B. Jordan une vedette (sic), le reste du casting reste en rade (sic) question background
Mention spéciale « out of character » pour l'agent double (?), dont l'ultime action est aussi ridicule qu'inutile vu le peu de caractérisation dont il a fait l'objet. 
Son supérieur ne s'en tirera pas beaucoup mieux. 
Difficile de croire que ce scénario est aussi l'œuvre de Taylor Sheridan ! 
Mais je ne serais pas surpris d'apprendre que « Sans aucun remords » est surtout l'œuvre de son acteur principal, vu la place qu'il y occupe, et surtout la manière dont il le fait.    
            Dommage, il ne manquait pas grand-chose pour faire de ces 1 heures 49 de long-métrage un bon actionner ; d'ailleurs en y réfléchissant, un nouveau montage (amincissant) et une ou deux explications supplémentaires pourraient encore y parvenir. 
En l'état, « Sans aucun remords » est un film qu'on peut ne pas voir ….. sans aucun remords (sic).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er