Accéder au contenu principal

La troisième griffe de Dieu [Adam-Troy Castro / Benoît Domis]

Deuxième recueil du cycle que consacre Adam-Troy Castro à Andrea Cort, publié en France par Albin Michel Imaginaire™ ; « La troisième griffe de Dieu », titre homonyme du roman qui le compose, en compagnie d'une nouvelle intitulée « Un coup de poignard », emprunte le même canal créatif que le recueil précédent [Pour en savoir +].
            Si l'apparition du terme space opera, en 1944, se voulait dépréciatif. Wilson Tucker reprochait en effet à un certain nombre d'histoires de voyages spatiaux et de royaumes galactiques de n'être qu'une resucée du roman national des États-Unis d'Amérique. La neutralité qu'a désormais gagné le terme, lequel désigne une catégorie particulière de récits parmi toutes celles que compte la Sf, n'a cependant pas entièrement gommé l'héritage que lui doit la fameuse « Conquête de l'Ouest® », transposée donc aux confins de l'espace.
Mais c'est à un autre héritage que puise Adam-Troy Castro, quand bien même son cycle est du space opera, dans ce qu'il a de plus innovant à proposer.
Pas vraiment dans ce que la quincaillerie technique pourrait proposer de plus pointue (quoique), mais dans  son hybridation avec un autre genre littéraire. 
            Un autre héritage littéraire disais-je, qu'il faut aller chercher en Amérique du Nord, dans les années 1840.  
Allan Edgar Poe y invente alors une matrice en trois points, dont la pertinence est encore d'actualité.
Au travers de trois aventures, ou contes, il créé la figure du détective privé en la personne du chevalier Auguste Dupin. Et surtout donc, trois modèles d'intrigues fondatrices :
• le « whatwuzit » (keskecé) ? dans Double assassinat dans la rue Morgue
• le « whereisit » (oucé) ? dans La lettre volée 
• et le « whodunit » (kilafé) ? dans Le mystère de Marie Roguet   
Le chevalier Dupin, et ses trois formules, aura une très nombreuse descendance, et ce n'est sûrement pas lui faire injure que d'y compter Andrea Cort, procureur extraordinaire pour le Corps diplomatique de la Confédération homsap. 
            « La troisième griffe de Dieu » renvoie d'ailleurs à l'un des plus célèbres fruits de cet héritage criminel littéraire, écrit par la non moins célèbre Agatha Christie : Le crime de l'Orient-Express.
Où, en lieu et place du légendaire train, Adam-Troy Castro situe son enquête dans un ascenseur spatial. Et substitue à l'enquêteur belge expatrié Hercule Poirot, une Andrea Cort qui ne sera pas au bout de ses surprises.
            Le type de récit auquel appartiennent le roman de 1934 et a fortiori celui du romancier américain offre - idéalement - la possibilité au lecteur d'arriver aux mêmes conclusions que le détective dont il suit l'enquête. Tous les éléments qui feront sens dans l'incontournable épilogue pour démasquer le ou les coupables, doivent avoir été évoqués tout au long des pages qui l'ont précédées.
Autrement dit, le lecteur et l'enquêteur sont sur un pied d'égalité quant à la conclusion de l'énigme.
À charge pour l'auteur, tout en ne cachant rien, d'envoyer des contre-mesures, comme autant de fausses pistes, voire d'organiser quelques ultimes rebondissements qui, sans infirmer les conclusions de l'enquête, doivent néanmoins surprendre le lecteur. Tout en restant cohérent avec ce qu'on a appris lors des enquêtes antérieures, si d'aventure il y en avait. 
L'idée c'est quand même d'offrir certes une énigme, mais aussi surtout un roman.
Et de ce côté-là, comme de l'autre, Adam-Troy Castro fait honneur au pacte implicite qu'il signe avec le lecteur dès la dramatis personæ.    
            Si « La troisième griffe de Dieu » pâtit un peu de l'ombre portée de son embarrassant modèle ferroviaire, l'auteur s'en démarque, notamment en creusant la personnalité de son héroïne. 
Car nous sommes ici dans un cycle, et non pas dans une série (comme les enquêtes d'Hercule Poirot soit dit en passant), et la lecture chronologique, qui est d'ailleurs l'option adoptée par Albin Michel Imaginaire™, est primordiale. 
En sus du copieux roman qui donne donc son nom au recueil, la nouvelle « Un coup de poignard » s'intercale avant le troisième tome des enquêtes d'Andrea Cort, intitulé Le Guerre des Marionnettes
            Une guerre qui, si j'en crois les renseignements glanés ici ou là, risque de ne pas voir lieu dans la langue de Molière. 
La faute en revient essentiellement aux ventes décevantes du premier tome, malgré de très bonnes critiques, et une note de 4,43/5 sur le site Babelio™, au moment où je rédige la mienne.
S'il m'est difficile, vu que j'ai bénéficié d'un service de presse de la part d'Albin Michel Imaginaire™, d'en recommander l'achat stricto sensu, je vous assure néanmoins que si vous aimez les whodunits à rebondissements, les space opera qui dépaysent, et les personnages plus vrais que nature ; les deux premiers tomes de la trilogie « Andrea Cort » ne vous décevront pas. 
______________________
450 pages traduites par Benoît Domis, sous une belle couverture de Manchu, pour 24,90 euros. 

Commentaires

  1. Merci pour ta chronique très pertinente. C’est tentant en vérité de commencer par le 1er tome .

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er