Accéder au contenu principal

Goodnight Paradise [Joshua Dysart / Alberto Ponticelli / Giulia Brusco / Laurence Belingard]

Le texte qui suit est un point de vue sur l'album de bande dessinée « Goodnight Paradise » paru chez l'éditeur américain TKO Studios™ et commercialisé en France par Panini™. 
En tant que tel, ce commentaire risque d'en dire bien trop sur le contenu de l'histoire, tout en élaborant une manière de la lire qui citera - par la force des choses - des éléments que n'importe quel lecteur préférera sûrement découvrir par lui-même. À vos risques & périls donc .....
            L'accroche de « Goodnight Paradise » tient en quelques mots : « une jeune fugueuse est découverte, sans vie, dans une poubelle par un sans-abri bipolaire. Choqué il entreprend de découvrir ce qui s'est passé ». 
Vu les éléments énoncés, on se doute bien qu'il ne s'agira pas pour le sans-abri en question de déployer un arsenal technique dans le cadre balisé d'une enquête. Tout indique au contraire que les investigations seront surtout le prétexte, le révélateur d'un scandale, d'une injustice ou d'une souffrance ; voire d'une peu des trois. 
« Les fautes que je commets ne me servent pas, elle me troublent trop » 
Georges Bernanos (Journal d'un curé de campagne
Et effectivement, « Goodnight Paradise » ressortit à la littérature noire en tant que le récit utilise - comme dit précédemment - le crime comme révélateur, tout en affirmant que nos existences sont essentiellement des guet-apens, des traquenards. 
Mais ici les apparences sont trompeuses. 
            Tout d'abord il me semble que « Goodnight Paradise » fonctionne par interversion.
C'est-à-dire que comme dans la série télévisée Columbo, on sait dès le début qui est le « coupable ». Les guillemets sont de rigueur car le sujet du récit, contre toute attente, n'est pas un crime.
Ensuite, le meutre de la jeune fugueuse est ce qu'on appelle un « MacGuffin© ». 
Autrement dit un procédé qui n'est là que pour faire avancer l’histoire. D'ordinaire le MacGuffin© est un objet, qui attise la convoitise des uns et des autres. Transformer un meurtre en un tel procédé est particulièrement original. En outre l'enquête à proprement parler d'Eddie le sans-abri, n'aura pas d'autres incidences que celles de nous faire découvrir les protagonistes, dans la manière courante que cette astuce scénaristique est d'ordinaire utilisée.
Le meurtre sert également à nous faire découvrir Venice Beach.
Un quartier de Los Angeles où vit justement Joshua Dysart, le scénariste de l'album. 
Et troisième et dernier point, celui qui mème l'enquête, Eddie donc, est une sorte de docteur Sheppard Angelino. 
            Or donc si on récapitule, le sujet de « Goodnight Paradise » n'est pas (à mon avis) le meurtre de la jeune fugueuse (MacGuffin©), dont le corps est découvert par Eddie dans une poubelle. Mais bien l'abandon par ce même Eddie, de sa femme et de son fils, 16 ans plus tôt. Évènement que l'on apprend presque au début de l’histoire (interversion).
En sus, Eddie est, comme le James Sheppard d'Agatha Christie, le point de vue du lecteur, et surtout le « coupable ». Il n'est cependant pas le seul narrateur. 
On remarquera que si la presque totalité de l'enquête tourne autour de jeunes gens, le cas du fils d'Eddie (que nous voyons au travers des yeux de son père, i.e. notre point de vue) n'est que peu abordé. Il n'apparaît d'ailleurs que rarement dans l'histoire, et encore plus rarement en compagnie de son père.
Ou plus précisément la mise en sourdine  de son cas, agit comme un « paradigme absent » qui, naturellement, attire l'attention. 
On peut aussi noter que les trois jeunes fugueurs, lesquels bénéficient d'une biographie un peu plus fouillée, sont - quasiment - des modèles représentatifs de la diversité américaine : un fils de suprémaciste blanc, une jeune afro-américain gay, et une jeune fille certainement violée.     
            En conclusion, comme dans le Faucon Maltais, nous passons une grande partie de l'histoire à courir après un leurre. Le vrai sujet de
« Goodnight Paradise » est bien la « culpabilité » d'Eddie Quinones, dont l'apparente modestie en termes de place qu'elle prend, est inversement proportionnelle à sont importance. 
C'est bien en effet la culpabilité d'avoir abandonné sa famille, et dans la durée de l'histoire que raconte l'album, celle de ne pas pouvoir renouer avec son fils, qui motive Eddie à entreprendre cette enquête improbable. Un point de vue contre-intuitif certes, mais que j'aurais bien du mal à contredire. 
L'épilogue où Quinones dilapide son butin au lieu de s'en servir pour rejoindre son fils est également, à mon sens, révélateur.  
            Il me reste à parler du travail d'Alberto Ponticelli dont les planches dans leur apparente simplicité, voire leur spontanéité, dissimulent (oui c'est chez moi une obsession) un très très gros travail. Il me semble d'ailleurs qu'il s'est rendu lui-même sur place, à Venice Beach, pour se documenter, et s'immerger, avec Joshua Dysart, dans la vie des laissés-pour-compte de la plage. Les couleurs de Giulia Brusco n'auraient pas pu mieux convenir aux dessins et au récit. 
« Goodnight Paradise » n'est donc pas une lecture consolante, et sa crudité risque de perdre en route quelques lecteurs.

Commentaires

  1. Le récit utilise - comme dit précédemment - le crime comme révélateur. - La marque d'un vrai polar, à mes yeux.

    Les jeunes fugueurs : des modèles représentatifs de la diversité américaine. - C'était, pour moi, un aspect qui faisait un peu trop construit.

    J'avais découvert l'écriture de Joshua Dysart avec la série Unknown Soldier sur laquelle il collaborait avec Alberto Ponticelli : c'est ce qui m'a décidé à suivre cet auteur. Sa version de Harbinger, suivie par Imperium, vaut également le temps de lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur l'aspect « United Colors of Benetton » des fugueurs, même si possiblement réaliste, je suis bien d'accord avec toi ; ça fait - en effet - un peu trop artificiel.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er