Accéder au contenu principal

Le Monde Obscur [Henry Kuttner / A. Modlinger]

« Le Monde Obscur1972 » est une novella signée Henry Kuttner, parue en 1946 dans le pulp magazine Startling Stories
On estime cependant qu’elle a très probablement été écrite en collaboration avec son épouse C.L. Moore. Laquelle aura une très belle carrière sous son propre nom, et une influence considérable dans le milieu de l’Imaginaire® étasunien. 
            « Le Monde Obscur » s’articule à partir de ce qu’il est convenu d’appeler la prémisse « ruritanienne ». C’est-à-dire que comme dans le roman d’Anthony Hope Le prisonnier de Zenda1894 le personnage principal se substitue, grâce à sa ressemblance physique dans le cas d’espèce, à un autre ; lequel occupe une place éminente dans l’histoire qui va être racontée. 
Dans le roman de Hope, il s’agit du futur roi de Ruritanie. CQFD !
            Dans « Le Monde Obscur » Henry Kuttner conjugue cette prémisse au planet opera dont l’écrivain Edgar Rice Burroughs s’était fait une spécialité au début du XIXe siècle, avec notamment son héros, John Carter, qu’il n’avait pas hésité à envoyer sur Mars. Enfin Barsoom pour ses habitants. 
Manière pour Burroughs de poursuivre la légende de la Frontière™ chère à Frederick Jackson Turner. 
Que le début de la novella dont il est question ici, commence à Chicago n’est à mon avis certainement pas un hasard. Puisque E.R. Burroughs en était justement natif. 
            Si la façon qu’aura John Carter de se rendre sur Barsoom ne préoccupait pas vraiment E.R. Burroughs, Henry Kuttner s'intéresse au moyen qu'aura son héros de voyager. Au point d'en donner à lire le mode d'emploi.
Cependant si la société que découvre son personnage principal a tout d’un monde tout droit sorti d’un récit de Fantasy, les aspects qui appartiennent à ce (mauvais) genre y sont a contrario, rationalisés. Si les explications ont finalement peu à voir avec la science, cette tentative place ce texte à la croisée de deux (mauvais) genres quasi antinomiques : la Fantasy donc, et la Science-fiction. Ainsi évoque-t-il tantôt le comic strip Flash Gordon dessiné par Alex Raymond (et très largement inspiré justement par John Carter), mais aussi ( et pour cause) le cycle dit des Princes d’Ambre de Roger Zelazny. Ce faisant, « Le Monde Obscur » ressortit - en bonne logique - à la « science-fantasy » ! 
            Ceci étant dit, « Le Monde Obscur » est un court récit dont je peux dire après l’avoir lu, qu’il tient admirablement bien la distance, eu égard à sa date de publication, et à la flopée d’épigones qu’il a vraisemblablement suscitée et que j’ai pu lire. 
Qu’ils aient été écrits par Otis Adelbert Kline, Edmond Hamilton, ou encore Michael Moorcock (sous le pseudonyme d’Edward Powys Bradbury), voire plus récemment, et de ce côté-ci de l’Atlantique par le scénariste Thierry Smolderen et le dessinateur Alexandre Clérisse. 
Ce tour de passe-passe narratif, qui consiste à remplacer un personnage moins bien doté en lieue et place d'une autre au statut plus enviable, ou à le projeter dans un monde d'aventures sur une planète d'outre-espace qui n'attendait que lui, n'est pas sans évoquer la place du lecteur qui lui aussi plonge dans un autre monde, et vit par substitution les aventures de tel ou tel héros. 
           Au final « Le Monde Obscur » est une courte histoire old school, où les personnages, qu'ils soient du bon ou du mauvais côté, qu'ils soient des héros ou des traîtres, sont surtout motivés par un idéal. Chez aucun d'eux il n'y a de nihilisme.
Aussi retors qu'ils soient, même les méchants croient à ce qu'ils font.
« Le Monde Obscur » est un récit d'évasion vif, prenant, et réussi. En un mot : intempestif.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er